Participer
Communiqué de presse

Doris Leuthard porte un coup fatal à l’agriculture

Dans son discours prononcé aujourd’hui à la foire agricole OLMA à St-Gall, Doris Leuthard, présidente de la Confédération, a demandé à l’agriculture de veiller à plus de biodiversité, de s’adapter au changement climatique et de devenir plus compétitive au niveau international pour réagir à la réduction des obstacles aux importations. En clair, Madame Leuthard n’hésite pas à porter un coup mortel à l’agriculture. Un peu plus de production de fleurs, une Suisse entretenue par des agriculteurs paysagistes, moins d’exploitations productrices, mais en lieu et place l’importation en masse de céréales, de légumes et de viande, en particulier d’Argentine, sans doute, un pays que la ministre a cité en exemple dans son exposé à côté du Pérou. Voilà manifestement sa conception de l’écologie. L’auditeur attentif n’en croit pas ses oreilles. Une présidente de la Confédération a-t-elle le droit de dire n’importe quoi? Surtout trois semaines après la claire acceptation par le peuple d’un nouvel article constitutionnel qui vise la sécurité alimentaire?

Comme chaque année, l’ouverture de la foire agricole de Suisse orientale a été marquée par une intervention d’un représentant du gouvernement fédéral. Ce rôle est revenu cette année à Doris Leuthard. Par son discours, la présidente de la Confédération a passablement gâché l’ambiance de fête de ce 75e anniversaire de l’OLMA. Les exigences qu’elle a adressées à l’agriculture suisse – plus de biodiversité, adaptation au changement climatique, adaptation au contexte commercial international – sont impossibles à réaliser simultanément. Le renforcement de l’écologie augmente les coûts de production alors que l’ouverture des frontières pousse les prix à la baisse. Les domaines agricoles suisses disparaîtront à l’exception peut-être de quelques grandes exploitations du Plateau suisse et de quelques domaines bio des montagnes produisant des spécialités.

Dans son exposé, Madame Leuthard a cité en exemple l’agriculture de l’Argentine et du Pérou. Il est évident que les conditions de production de ces pays ne sont pas comparables à celles de la Suisse. Pour couronner le tout, elle a osé qualifier de succès la suppression du contingentement laitier alors que les producteurs suisses doivent vendre leur lait largement en dessous du prix de production. Pour ces milieux, les déclarations de Madame Leuthard sonnent comme une mauvaise plaisanterie.

La déclaration de la présidente de la Confédération est d’autant plus scandaleuse qu’elle intervient trois semaines après que 80% des Suissesses et des Suisses ont approuvé un nouvel article constitutionnel sur la sécurité de l’approvisionnement alimentaire. Ce résultat devrait inciter le pouvoir politique à garantir la production nationale et non pas à la mettre en péril. Et c’est sans parler du refus que le Parlement a opposé à plusieurs reprises au libre-échange agricole. La présidente de la Confédération n’en a cure: que m’importent le peuple et le Parlement, je suis la présidente, voilà sa devise.

Les déclarations de la présidente de la Confédération doivent mettre en état d’alerte toute l’agriculture. La Suisse doit conserver ses bases vitales dont vit également le tourisme. C’est un défi lancé à tout l’espace rural et notamment à l’Union suisse des paysans qui a pu fêter l’acceptation de son initiative il y a trois semaines. Faute d’une réaction rapide et ferme, cette votation pourrait devenir une victoire à la Pyrrhus. Quant à l’UDC, elle continuera de se battre pour une agriculture indigène productrice.

partager l’article
en lire plus
Thèmes et positions
Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Religions

S’engager pour nos valeurs

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@svp.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord