Participer
Communiqué de presse

Expulser enfin systématiquement les étrangers criminels

La situation légale est claire depuis l’acceptation de l’initiative sur le renvoi: les étrangers qui ont été condamnés définitivement pour un délit figurant sur une liste du Code pénal doivent quitter la Suisse. Cette règle devant également s’appliquer aux ressortissants de l’UE, l’UDC exige que cela soit précisé dans le Code pénal. Elle invite tous les partis représentés à la commission préparatoire du Conseil national de soutenir ses propositions et de veiller à ce que la volonté du peuple soit enfin appliquée.

Le peuple suisse a approuvé en 2010 l’initiative sur le renvoi en vertu de laquelle des criminels étrangers doivent obligatoirement quitter la Suisse s’ils ont été condamnés pour un des délits énumérés aux articles 66a et suivants du Code pénal suisse (CPS).

La justice a manifestement beaucoup de mal à respecter cette règle de droit. Preuve en est l’attitude du tribunal cantonal zurichois qui, en août 2017, a décidé qu’un ressortissant allemand pouvait rester en Suisse alors qu’il aurait dû être expulsé à la suite de sa condamnation pour plusieurs délits figurant à l’art. 66a ss. CPS. Motif invoqué par les juges zurichois: l’accord de libre circulation des personnes ne permet pas une expulsion, car cet individu ne représente pas un danger public au sens de la jurisprudence de la Cour de justice UE. Le Tribunal fédéral a certes prononcé un jugement définitif en cette matière, mais, comme il ne s’agit pas d’un arrêt de référence, la question de savoir si la Constitution fédérale suisse est prioritaire par rapport à l’accord de libre circulation des personnes reste ouverte.

De toute évidence, les juges suisses ont besoin de directives claires et nettes pour respecter le droit suisse. L’UDC a donc déposé une initiative parlementaire demandant que les dispositions de l’article 66a et suivants CPS soient complétées de manière à ce que la mesure d’expulsion s’applique également aux criminels originaires de l’UE. Dans une deuxième initiative parlementaire, l’UDC exige de surcroît la suppression de ladite clause de rigueur que le Parlement a jugé bon d’ajouter au CPS. Si les chiffres publiés l’été dernier par la Confédération sont à peu près exacts, il s’avère que les tribunaux invoquent dans plus d’un tiers des cas la clause de rigueur pour éviter une expulsion. Or, cette clause a été prévue pour des cas absolument exceptionnels, ce qui n’est manifestement pas le cas dans la pratique judiciaire actuelle.

La Commission des institutions politiques du Conseil national examine les deux propositions durant sa séance actuelle. L’UDC attend des autres partis qu’ils tiennent la parole donnée avant la votation sur l’initiative pour l’autodétermination et qu’ils respectent la démocratie directe, donc la volonté du peuple.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
13.08.2019
Compte tenu de leur part à la population totale, les migrants affichent un taux de criminalité et... lire plus
Conférence de presse
partager l’article
13.08.2019
Compte tenu de leur part à la population totale, les migrants affichent un taux de criminalité et... lire plus
Exposé
partager l’article
13.08.2019
L'homme du terrain que je suis peut confirmer les déclarations faites jusqu'ici. Comme l'ont fort justement relevé... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Armée

La sécurité de la population.

Agriculture

Pour une production indigène.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord