Participer
Communiqué de presse

Juridiction constitutionnelle: attaque contre les droits démocratiques

La décision de la Commission des affaires juridiques du Conseil national d’introduire la juridiction constitutionnelle en Suisse est une attaque massive contre la démocratie directe. Ce projet doit…

La décision de la Commission des affaires juridiques du Conseil national d’introduire la juridiction constitutionnelle en Suisse est une attaque massive contre la démocratie directe. Ce projet doit donc être catégoriquement rejeté. Il renforcerait la politisation de la justice et déplacerait les compétences des citoyens et du Parlement vers les tribunaux. Les droits du peuple en seraient affaiblis. Ce minage des droits démocratiques ne peut en aucun cas être accepté.

L’UDC refuse l’introduction de la juridiction constitutionnelle. La suppression voulue par la commission du Conseil national de l’art. 190 de la Constitution fédérale, qui définit les lois fédérales et le droit international comme droit applicable par les tribunaux, entraînerait un sensible affaiblissement des droits démocratiques, encouragerait l’émergence d’un Etat de juges et renforcerait la politisation de la justice. Dans la question de la juridiction constitutionnelle, il ne s’agit pas en premier lieu du rapport entre la Constitution et les lois fédérales, mais bien de savoir qui est compétent pour concrétiser des dispositions constitutionnelles indéfinies. La suppression de l’art. 190 de la Constitution fédérale aurait pour effet de permettre aux juges de déclarer anticonstitutionnelles des lois fédérales ou des parties de lois sans tenir compte de l’avis du Parlement et de la population. Et cela même si le peuple et le Parlement ont volontairement formulé ainsi les lois fédérales concernées en donnant plus de poids à d’autres facteurs qu’aux dispositions constitutionnelles, qui, en raison de leur rédaction, autorisent fréquemment plusieurs interprétations. L’introduction de la juridiction constitutionnelle provoquerait une forte insécurité du droit parce qu’on ne pourrait plus se fier aux lois fédérales. Cette forme de droit témoigne avant tout une méfiance infondée à l’égard du peuple souverain.

Pour accroître la sécurité du droit, il faudrait au contraire supprimer dans l’art. 190 de la Constitution fédérale la référence au droit international. On éviterait ainsi des situations où des lois fédérales contredisent des dispositions du droit international public. La priorité reviendrait aux décisions démocratiques du souverain.

Berne, 24 juin 2011

partager l’article
plus sur le thème
Consultation
partager l’article
17.05.2019
Le rapport explicatif accompagnant le projet de loi fédérale sur l’établissement d’actes authentiques électroniques et la légalisation... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
16.05.2019
L'UDC se voit confirmée dans sa position par les rapports complémentaires demandés par la ministre de la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
15.05.2019
Le Conseil fédéral tente dans la précipitation d'atténuer les graves problèmes que posent la libre circulation des... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Agriculture

Pour une production indigène.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord