Participer
Communiqué de presse

La Suisse doit rapidement aider les personnes déplacées par la guerre, en Ukraine et dans les pays limitrophes de cette dernière

A ce jour, ce sont surtout les femmes, les mères et leurs enfants qui fuient la guerre en Ukraine. Leur destination sont les pays limitrophes, notamment la Pologne et la Hongrie, raison pour laquelle l’UDC demande au Conseil fédéral d’apporter une aide sur place dans ces pays plutôt que de faire venir ces réfugiés en Suisse par le biais de programmes de réinstallation. Cette demande va également dans l’intérêt des femmes et des enfants qui ont dû laisser des membres de leur famille derrière eux. En outre, les migrants économiques profitant de la situation ukrainienne pour immigrer dans l’Etat social de leur choix doivent être refoulés à la frontière.

Les Ukrainiens souffrent des affres de la guerre. Selon l’ONU, ce sont plus d’1 million de personnes qui ont déjà fui leur pays, principalement des femmes et des enfants. Le président ukrainien Selenskyj a décrété une interdiction de sortie du territoire pour tous les hommes âgés de 18 à 60 ans, qui doivent rester pour défendre leur pays. Les femmes et les enfants fuyant la guerre ne recherchent donc qu’une protection temporaire et principalement dans les pays limitrophes, à savoir : la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la Moldavie et la Roumanie. Selon le HCR, la Pologne et la Hongrie sont à ce jour les principales terres d’accueil de ces réfugiés de guerre.

La situation actuelle est très nettement différente des flux migratoires à grande échelle de ces dernières années, comme l’explique le Conseiller national Andreas Glarner. « Contrairement aux migrants économiques pesant actuellement sur notre système d’asile, les femmes et les enfants ukrainiens n’émigrent pas pour être pris en charge à long terme dans un Etat social aussi moderne que généreux. » Les déplacés de guerre ukrainiens sont avant tout des femmes, des mères accompagnées de leurs enfants. Leur vie et leur intégrité physique étant menacées, ces dernières recherchent une protection temporaire, dans l’espoir d’une fin rapide de cette guerre et de pouvoir retrouver leur famille et leurs proches au plus vite.

« Voilà donc pourquoi l’aide sur place doit désormais être au centre des préoccupations, immédiate et sans tracas bureaucratique. », déclare le Conseiller national Gregor Rutz (ZH). Au lieu des programmes bureaucratiques et coûteux de réinstallation, nous devons prendre des mesures immédiates par le biais de la DDC, du Corps suisse d’aide humanitaire et en collaboration avec le CICR, afin que les personnes déplacées soient prises en charge dans les pays voisins de l’Ukraine et qu’elles puissent bénéficier d’un logement sûr et d’un accès à l’éducation.

Les médias rapportent que des migrants économiques installés en Biélorussie profitent toutefois de « l’opportunité » offerte par cette guerre pour se rendre dans l’Union européenne via l’Ukraine. « En Pologne, par exemple, des milliers de jeunes gens d’autres origines étrangères arriveraient entre-temps et continueraient leur voyage, vers l’Allemagne notamment. » déclare la Conseillère nationale Martina Bircher (AG). Fin 2021, la Biélorussie avait sciemment fait venir, de façon ciblée, des personnes de régions en crise à la frontière extérieure de l’UE afin de faire pression sur cette dernière.

Concrètement, l’UDC demande au Conseil fédéral :

  • de renforcer sans attendre les ambassades suisses en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie, en Roumanie et en Moldavie par l’envoi de représentants de la DDC ;
  • de lancer immédiatement un programme « cash for shelter » sur place afin de trouver des ménages pouvant offrir un accueil temporaire aux personnes déplacées, contre paiement par la Suisse ;
  • de fournir immédiatement une aide financière et logistique généreuse aux principaux pays d’accueil de réfugiés ukrainiens pour le logement et les soins des personnes déplacées par la guerre ;
  • d’éviter autant que possible les programmes de réinstallation à l’échelle européenne, ces programmes ne correspondant pas aux besoins des femmes et des enfants déplacés. La priorité doit être donnée à l’aide sur place et non à la réparation, du Portugal à la Suède, des personnes déplacées.
  • Si l’accueil temporaire de certains groupes correspondant au statut de protection S ne peut être évité, ils ne doivent pas être répartis dans les cantons mais être hébergés de façon aussi centralisée que possible ; en outre, ils ne doivent pas être mélangés aux migrants économiques venus d’autres pays. A ce titre, il faut trouver des communes adéquates, disposant de capacités d’accueil temporaire suffisantes pour les grands groupes. Ces femmes et ces enfants souhaitant retourner aussi rapidement que possible dans leur pays, d’éventuelles possibilités de formation pour les enfants ukrainiens doivent être crées sur place et dans leur langue maternelle.
  • Afin de pouvoir disposer de la place nécessaire pour les personnes déplacées par la guerre en Ukraine, les dossiers des 46’000 personnes admises à titre provisoire en Suisse doivent être examinés. Cas échéant, si un renvoi dans le pays d’origine est raisonnablement possible, il doit être effectué sans attendre. En outre, les pays d’origine doivent être priés de respecter le droit international et de reprendre immédiatement ces personnes.
  • Les migrants économiques, comme ceux d’Afghanistan ou de pays africains par exemple, qui profitent de « l’occasion » pour déposer une demande d’asile dans le pays européen de leur choix (ce alors qu’ils ont traversé plusieurs pays tiers sûrs) doivent être refoulés à la frontière.
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
06.07.2022, de Andreas Glarner
Tabou passé sous silence par les médias, une autre grave conséquence de l’immigration de masse se révèle :... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.06.2022, de Manuel Strupler
Une Suisse à 10 millions d’habitants ? Cela sera bientôt une réalité, avec des conséquences désastreuses pour... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.06.2022, de Michaël Buffat
Le statut de protection S pour les réfugiés ukrainiens ne doit être appliqué que temporairement. La gauche... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – IBAN:CH83 0023 5235 8557 0001 Y

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord