Participer
Communiqué de presse

Le code de procédure pénale inadapté doit enfin être corrigé

Il est urgent de réviser le code de procédure pénale suisse. La loi actuelle protège les délinquants à tel point qu’elle peut, dans le pire des cas, empêcher les autorités judiciaires d’élucider des délits et des crimes. Le Conseil fédéral refusant de corriger ces dysfonctionnements, l’UDC invite la Commission des affaires juridiques à renvoyer l’objet et à exiger de nombreux durcissements de la loi.

Le nouveau code de procédure pénale uniforme pour toute la Suisse est entré en vigueur le 1er janvier 2011. Il a rapidement fait la preuve de son inadaptation, car il vise principalement à protéger les délinquants. Depuis 2011, en effet, les inculpés et leurs défenseurs peuvent faire valoir de larges « droits de participation ». Concrètement, le code de procédure pénale prescrit que l’inculpé peut participer à l’interrogatoire de témoins et même de complices et qu’il peut même poser des questions. Un délinquant peut donc écouter ce que déclare son complice dans l’enquête et adapter en conséquence ses propres déclarations à l’égard de l’autorité de poursuite pénale.

Cela fait des années que des représentants de la justice et de la police critiquent cette procédure. Un exemple: Stefan Blättler, président de la Conférence des commandants des polices cantonales, a affirmé dans divers médias que des normes procédurales, qui renforcent excessivement les droits des inculpés, entravent l’enquête pénale et n’aident absolument pas à trouver la vérité matérielle. Le Conseil fédéral a certes mis en route une révision du code de procédure pénale, mais il s’obstine manifestement dans son refus de corriger les dysfonctionnements les plus évidents. Bien au contraire, il ose affirmer que le nouveau code de procédure pénale a fait la preuve de son efficacité.

Il faut cesser de protéger systématiquement les délinquants

Les représentants du groupe parlementaire UDC à la Commission des affaires juridiques du Conseil national (CAJ-CN) invitent donc celle-ci à sa séance d’aujourd’hui à renvoyer le projet de révision au Conseil fédéral. Le gouvernement doit par la même occasion être chargé de modifier enfin les dispositions critiquées par la police et les procureurs.

Il s’agit en particulier de corriger les droits excessifs qui sont accordés aux délinquants et qui entravent la poursuite pénale de ceux-ci. D’autres contraintes administratives inutiles servant à protéger les délinquants, mais ayant pour principal effet de surcharger les forces de police, doivent également être réduites. Ces mesures ralentissent la procédure et absorbent d’importantes ressources. Par ailleurs, la position des victimes dans la procédure pénale doit enfin être renforcée.

L’UDC demande en outre d’ancrer dans la loi l’enregistrement des données ADN de personnes condamnées pour des crimes ou des délits. Le tribunal doit avoir la possibilité d’exiger un prélèvement de données ADN s’il paraît vraisemblable que la personne condamnée commette de nouveaux crimes ou délits. Ces données ne pourront être effacées qu’après 30 ans.

Stopper les manœuvres dilatoires aux frais des contribuables

Autre dysfonctionnement à corriger: dans le régime actuel, des malfaiteurs profitant d’une assistance judiciaire gratuite peuvent obtenir, en changeant plusieurs fois d’avocat, une prolongation de la procédure, voire la prescription de leur affaire. Ces individus abusent aux frais des contribuables du droit de choisir gratuitement un avocat pour finalement échapper à la peine qu’ils méritent.

Il est également choquant qu’un inculpé puisse toujours bénéficier d’un défenseur aux frais des contribuables s’il est menacé d’une expulsion du pays. On ne voit pas pourquoi des étrangers sans autorisation de séjour en Suisse – donc aussi des touristes criminels et des requérants d’asile – puissent toujours bénéficier d’un avocat gratuit. L’expulsion obligatoire assortie de la clause de rigueur n’est sérieusement discutable que dans le cas d’étrangers ayant une autorisation de séjour. En d’autres termes, si l’expulsion est obligatoire et que la clause de rigueur ne s’applique pas, l’affaire est parfaitement claire et il n’est pas nécessaire de faire intervenir un défenseur.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Exposé
partager l’article
22.07.2020, de Thomas Aeschi
La libre circulation des personnes empêche l'expulsion d'étrangers criminels. Dix ans après l'acceptation de l'initiative sur le... lire plus
Exposé
partager l’article
22.07.2020, de Adrian Amstutz
Ne l'avons-nous pas dit et répété ? L'initiative pour le renvoi des étrangers criminels, que le peuple... lire plus
Conférence de presse
partager l’article
22.07.2020
Ce que l'UDC a prédit depuis longtemps est désormais officiellement confirmé: l'initiative pour le renvoi des étrangers... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Armée

La sécurité de la population.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Agriculture

Pour une production indigène.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord