Participer
Communiqué de presse

Le conseil fédéral a voté par 4 : 3 pour Schengen – pourquoi alors ces cachotteries ?

De l’avis du Conseil fédéral, la collégialité semble être un secret d’Etat. L’UDC s’oppose à ces cachotteries. Le Conseil fédéral n’est pas un club secret, mais un gouvernement qui doit des comptes…

(UDC) De l’avis du Conseil fédéral, la collégialité semble être un secret d’Etat. L’UDC s’oppose à ces cachotteries. Le Conseil fédéral n’est pas un club secret, mais un gouvernement qui doit des comptes au souverain. Le peuple a le droit de connaître toute la vérité et rien que la vérité. On a de plus en plus l’impression que les agissements du gouvernement visent à effacer des responsabilités et à dissimuler des opinions. Certains chefs de département se cantonnent derrière le principe de la collégialité pour faire passer leur propres objectifs politiques. Dans une démocratie directe, des opinions divergentes ne doivent pas être écartées ou cachées, mais au contraire débattues.

De plus en plus de citoyens se demandent à juste titre pourquoi le Conseil fédéral craint tellement la transparence à propos de la décision Schengen. Quelques semaines seulement avant la votation, le peuple est dans l’incertitude, ne sachant plus qui il doit croire. Or, la presse et notamment la « Weltwoche », ont annoncé en été 2004 déjà que le dossier Schengen/Dublin n’avait obtenu qu’une courte majorité au Conseil fédéral. Cet hebdomadaire a même précisé que les conseillers fédéraux Merz, Schmid et Blocher avaient rejeté l’accord, si bien que la décision a été prise par 4 voix contre 3. Ainsi, presque la moitié du Conseil fédéral était contre Schengen/Dublin. Jamais le Conseil fédéral n’a démenti ce fait.

Ce résultat serré n’a rien d’étonnant, car Schengen/Dublin est avant tout un pas important vers l’adhésion à l’UE. Or, les conseillers fédéraux Merz, Schmid et Blocher sont apparemment opposés à cette adhésion. Aussi, la volte-face de certains ministres est-elle pour le moins surprenante. Le conseiller fédéral Merz, par exemple, qui l’an passé avait encore voté non, ne voit aujourd’hui plus aucun défaut dans l’accord de Schengen (SonntagsBlick du 8.5.05). Et que dire du crédit politique qui reste à un Joseph Deiss répétant comme un moulin à prière que le Conseil fédéral est « uni » derrière Schengen et abusant du même coup de la collégialité pour arriver à ses fins?

Le principe de la collégialité et la transparence des décisions du Conseil fédéral ne sont pas incompatibles. Par contre, on ne saurait abuser du principe de la collégialité pour écarter des opinions contrariantes dans l’unique but de forcer l’adhésion de la Suisse à l’UE. Pareilles attitudes sont indignes d’une démocratie.

Bern, 11 mai 2005

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
13.01.2020
Selon divers comptes rendus de la presse, le président turc Recep Tayyip Erdogan a prononcé lors d'une... lire plus
éditorial
partager l’article
09.01.2020, de Yves Nidegger
L’homosexualité n’est ni une race, ni une ethnie, ni une religion. Sous couvert de protéger la paix... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
08.01.2020
L'UDC est révoltée par la décision du Tribunal administratif fédéral d'interdire le renvoi en Italie de familles... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Agriculture

Pour une production indigène.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Armée

La sécurité de la population.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord