Participer
Communiqué de presse

Le Conseil fédéral joue avec des cartes truquées

Le Conseil fédéral a décidé durant sa séance d’aujourd’hui de ne pas soumettre l’accord de Schengen au référendum obligatoire, mais de se contenter du référendum facultatif. De toute évidence, le…

(UDC) Le Conseil fédéral a décidé durant sa séance d’aujourd’hui de ne pas soumettre l’accord de Schengen au référendum obligatoire, mais de se contenter du référendum facultatif. De toute évidence, le gouvernement a une peur panique de voir refuser ce texte et tente donc de le faire passer en douce derrière le dos du peuple et des cantons. La motivation de ce jeu malhonnête est bien connue: le Conseil fédéral veut envers et contre tout faire entrer la Suisse dans l’UE. Et pour arriver à ses fins, il n’hésite même pas à mentir au peuple.

Dans son message sur l’approbation des accords sectoriels entre la Suisse et l’UE de juin 1999, le Conseil fédéral affirmait encore expressément qu’il n’était pas question d’ouvrir des négociations dans des domaines entraînant un transfert de souveraineté à des instances supranationales comme une union douanière, une union monétaire, l’accord de Schengen ou encore la politique de commerce extérieure et de sécurité (cf. FF 1999 IV 6132). Donc, il y a cinq ans seulement, il était hors de question de négocier sur Schengen puisque cet accord touche substantiellement à la souveraineté de la Suisse.

Cinq ans plus tard, ce même Conseil fédéral affirme que les critères constitutionnels exigeant de soumettre l’accord de Schengen au référendum obligatoire ne sont pas réunis. De l’avis du gouvernement, « aucun des accords n’est en revanche soumis au référendum obligatoire, car aucun d’entre eux ne prévoit l’adhésion à une organisation de sécurité collective ou à une communauté supranationale » (cf. communiqué du 23.6.04). Donc, le même accord qui, en 1999, était qualifié de non négociable est devenu aujourd’hui secondaire au point qu’un référendum facultatif suffit? Cette position n’est pas crédible et elle est de surcroît contradictoire. De deux choses l’une: ou le Conseil fédéral a menti en 1999, ou il ment aujourd’hui.

Pareille attitude n’est pas tolérable de la part d’un gouvernement. L’UDC invite avec insistance le Conseil fédéral à revenir sur cette erreur manifeste. Que l’on cesse enfin de prendre les gens pour des imbéciles!

Berne, 23. juin 2004

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.09.2021
L'UDC salue la prolongation de la prise en charge par la Confédération des coûts des tests Covid.... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
21.09.2021
Face à la menace d’une vague d’immigrants venus d’Afghanistan, le groupe parlementaire UDC a demandé un débat... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
17.09.2021
L'UDC salue le fait que le Conseil fédéral renforce enfin les contrôles aux frontières nationales. Les personnes... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Armée

La sécurité de la population.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – PC:30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord