Participer
Communiqué de presse

Le Conseil fédéral transforme la préférence nationale en préférence étrangère

En décembre 2016 le Parlement fédéral a violé la Constitution en refusant d’appliquer, ne fût-ce que partiellement, l’article 121a de la Constitution fédérale. Il n’existe ni contingent, ni plafond, ni gestion autonome et limitation de l’immigration, autant de règles pourtant explicitement voulues par le peuple et les cantons qui ont accepté l’initiative contre l’immigration de masse. En appliquant la décision du Parlement, le Conseil fédéral fait un pas de plus: il transforme en pratique la "préférence nationale" en une "préférence étrangère".

Le Conseil fédéral a présenté aujourd’hui les dispositions clés des ordonnances qui appliqueront la loi d’exécution de l’art. 121a de la Constitution fédérale. Ces règles n’auront strictement aucun effet sur l’immigration de masse que continue de subir la Suisse. L’obligation d’annoncer les places de travail vacantes, qui a été adoptée en décembre dernier, profiterait aujourd’hui à quelque 187 000 personnes sans emploi de Suisse parmi lesquelles ont compte aujourd’hui déjà un très grand nombre d’étrangers. Le Conseil fédéral veut de surcroît faire annoncer aux offices de placement tous les réfugiés et les requérants d’asile admis provisoirement qui sont aptes à se présenter sur le marché du travail. C’est dire que la plupart des personnes à placer seront sans doute de nationalité étrangère. Une fois de plus, on constate à quel point la majorité du Conseil fédéral et du Parlement se moque du peuple suisse: d’un côté, on offre à des étrangers des emplois en Suisse, de l’autre côté, on impose aux entreprises et aux cantons des charges bureaucratiques énormes. Le Conseil fédéral ignore aussi superbement la disposition de l’art. 121 cst. qui exige une préférence nationale permanente sans aucune valeur seuil ou d’autres conditions.

Une fois de plus la politique donne à l’accord de libre circulation des personnes avec l’UE la priorité par rapport à notre Constitution fédérale et à la volonté du peuple qui a exigé un contrôle de l’immigration. Conclusion: il est grand temps de mettre fin au principe de la libre circulation des personnes dans des accords internationaux, donc de cesser de donner aux étrangers le droit d’immigrer librement en Suisse. Le 24 juin prochain, les délégués de l’UDC Suisse fixeront la marche à suivre pour atteindre cet objectif.

partager l’article
Themen
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
22.09.2017
La répartition des départements est l'affaire du Conseil fédéral. L'UDC prend acte de la décision du gouvernement... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.07.2017, von Gregor Rutz
La démocratie directe est vidée de son sens. De plus en plus souvent, nous devons lutter pour... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@svp.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord