Participer
Communiqué de presse
Conférence de presse de 02. mai 2020

Le droit d’urgence doit être levé immédiatement et les atteintes à la propriété privée doivent être rejetées

La large immobilisation de l’économie coûte à la Suisse quelque 6 milliards de francs par semaine. L’UDC demande donc la levée immédiate du droit d’urgence, l’abandon d’interventions centralisatrices et inspirées par l’économie planifiée et le rétablissement de l’ordre constitutionnel ordinaire. Il doit être en particulier exclu d’accorder de nouveaux subsides par le biais du droit d’urgence. Lors de la session extraordinaire du Parlement fédéral, l’UDC combattra en outre avec détermination l’idée que l’Etat force les bailleurs de renoncer aux loyers. Il s’agirait, ni plus, ni moins, d’une expropriation imposée par l’Etat. Une atteinte aussi massive au droit constitutionnellement garanti de la propriété privée devrait être obligatoirement soumise au peuple.

Les mesures du Conseil fédéral contre la propagation du coronavirus ont des effets désastreux sur notre économie. Près de deux millions de personnes, donc plus d’un tiers des salariés, sont au chômage partiel et plus de 150’000 ont perdu leur emploi. Ordonnée par le Conseil fédéral, l’immobilisation de larges parties de notre économie et de la vie publique nous coûte quelque 6 milliards de francs par semaine.

Pour éviter que ces dommages ne s’alourdissent, l’UDC a été le premier parti politique de Suisse a lancer le 31 mars 2020 une Stratégie pour protéger la population tout en minimisant les dommages économiques. Aujourd’hui, on dispose de connaissances plus approfondies sur la pandémie du coronavirus. La catastrophe annoncée ne s’est pas produite. La courbe de l’infection s’abaissant, le groupe parlementaire UDC des Chambres fédérales a adapté sa stratégie. Lors de sa séance d’aujourd’hui, il a décidé de déposer en vue de la session extraordinaire qui débute de 4 mai 2020 une intervention comprenant les exigences suivantes:

  • levée immédiate du droit d’urgence et retour au droit constitutionnel ordinaire à la condition que certaines règles de comportement soient respectées. Cette revendication s’applique également dans le cas d’une deuxième vague de la pandémie Covid-19.
  • non à l’abrogation du droit constitutionnellement garanti de la propriété privée. Durant la session extraordinaire, le Parlement examinera notamment les motions de commission 20.314220.3158 et 20.3161 qui exigent toute un abandon du loyer ordonné par l’Etat. Il s’agit là, ni plus, ni moins, d’une expropriation ordonnée par l’Etat et d’une atteinte massive au droit de la propriété privée garanti par la Constitution fédérale. Ce serait ouvrir la boîte de Pandore, car la garantie de la propriété est la condition essentielle du bon fonctionnement de l’économie de marché et, partant, de la sécurité sociale;
  • dans la perspective d’une éventuelle deuxième vague de la pandémie, le Conseil fédéral doit enfin accélérer la prévention de crises qui a été manifestement négligée jusqu’ici (notamment en ce qui concerne le matériel médical et de protection);
  • la libre circulation des personnes doit être suspendue. On attend des entreprises qu’elles engagent en priorité des chômeurs suisses;
  • à la suite de la crise économique et du nombre croissant de chômeurs, la pauvreté progressera et les charges sociales exploseront en Suisse. Il faut donc enfin cesser de distribuer des centaines de millions de francs d’argent des contribuables à l’étranger.

Le coronavirus nous préoccupera jusqu’à ce que la science ait découvert un vaccin efficace contre cette maladie. On peut aujourd’hui affirmer que le danger de la pandémie a été initialement exagéré. Jusqu’à 97% des décès concernent des personnes de plus de 65 ans et affectées de pathologies préexistantes. Chez les plus jeunes, le taux de mortalité est quasiment zéro.

Il suffit donc que les personnes de plus de 65 ans affectées de pathologies préexistantes s’isolent. Les autres – les personnes âgées en bonne santé et les plus jeunes – doivent pouvoir à nouveau se rendre dans les magasins, aller au travail, participer à la vie sociale, aller à l’école, bref vivre normalement.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Exposé
partager l’article
22.07.2020, de Thomas Aeschi
La libre circulation des personnes empêche l'expulsion d'étrangers criminels. Dix ans après l'acceptation de l'initiative sur le... lire plus
Exposé
partager l’article
22.07.2020, de Adrian Amstutz
Ne l'avons-nous pas dit et répété ? L'initiative pour le renvoi des étrangers criminels, que le peuple... lire plus
Conférence de presse
partager l’article
22.07.2020
Ce que l'UDC a prédit depuis longtemps est désormais officiellement confirmé: l'initiative pour le renvoi des étrangers... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord