Participer
Communiqué de presse
Conférence de presse de 19. mai 2011

L’UDC combat le minage de la démocratie directe – refus de la juridiction constitutionnelle

L’UDC s’oppose catégoriquement au minage de plus en plus évident de la démocratie directe. Aussi rejette-t-elle l’introduction de la juridiction constitutionnelle. Cette réforme politiserait encore…

L’UDC s’oppose catégoriquement au minage de plus en plus évident de la démocratie directe. Aussi rejette-t-elle l’introduction de la juridiction constitutionnelle. Cette réforme politiserait encore plus la justice et déplacerait des compétences des citoyens et du Parlement vers les tribunaux. En fin de compte, les droits populaires en seraient affaiblis. Il n’est pas acceptable que les droits populaires soient pareillement sapés.

La récente proposition du Conseil fédéral d’étendre la liste des motifs d’invalidation des initiatives populaires et d’imposer un examen préalable des initiatives avec un « avertissement » figurant sur les listes de signatures doit également été rejetée.

Il s’agit aussi de combattre la tendance de placer tout le droit international au niveau du droit international impératif et de se référer, lors de l’appréciation d’initiatives populaires et de la préparation de textes de loi, à des critères aussi vagues que « la teneur essentielle des droits fondamentaux constitutionnels ».

L’UDC rejette l’avant-projet de la Commission des affaires juridiques du Conseil national visant à introduire une juridiction constitutionnelle. La suppression proposée de l’article 190 de la Constitution fédérale, qui définit les lois fédérales et le droit international public comme droit applicable par les tribunaux, entraînerait un affaiblissement considérable des droits du peuple, encouragerait l’instauration d’un Etat de juges et provoquerait une politisation supplémentaire de la justice. Dans la discussion sur la juridiction constitutionnelle, il ne s’agit pas en premier lieu du rapport entre la Constitution et les lois fédérales, mais bien plus de la question centrale de savoir qui a la compétence de concrétiser des dispositions constitutionnelles imprécises. La suppression de l’art. 190 permettrait aux juges de déclarer anticonstitutionnelles des lois fédérales ou des parties d’elles sans tenir compte de l’avis du Parlement et du peuple. Et cela même si le Parlement et le peuple ont consciemment formulé ainsi une loi fédérale en donnant plus de poids à d’autres facteurs qu’aux dispositions constitutionnelles qui, compte tenu de leur formulation, admettent diverses interprétations. L’instauration d’une juridiction constitutionnelle provoquerait une importante insécurité du droit parce qu’on ne pourrait plus se fier aux prescriptions figurant dans les lois fédérales. Les procédures judiciaires en seraient allongées et plus coûteuses. En fin de compte, l’idée de la juridiction constitutionnelle témoigne d’une méfiance injustifiée à l’égard du peuple en tant que souverain.

Non à l’affaiblissement de la démocratie directe et des droits populaires
L’UDC s’oppose aussi avec force aux tendances croissantes à restreindre les droits du peuple. Le droit international sert de plus en plus souvent de prétexte pour empêcher l’application selon la volonté du souverain d’initiatives parfaitement justifiées et acceptées par une majorité du peuple et des cantons. C’est arrivé avec les initiatives sur l’internement et sur l’imprescriptibilité. Dans le cas de l’initiative sur les minarets et de l’initiative UDC sur le renvoi, on fait également valoir l’argument du droit international pour ne pas appliquer à la lettre ces nouvelles dispositions constitutionnelles.

La récente proposition du Conseil fédéral d’étendre la liste des motifs d’invalidation des initiatives populaires et d’imposer un examen préalable des initiatives populaires avec un « avertissement » figurant sur les listes de signatures doit également être rejetée. Très dangereuse aussi à ce propos la tendance à placer tout le droit international au niveau du droit international impératif et de se référer lors de l’appréciation d’initiatives populaires et de la préparation de textes de loi à des critères aussi vagues que « la teneur essentielle des droits fondamentaux constitutionnels ».

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
09.09.2019, de Albert Rösti
Journal du parti
partager l’article
09.09.2019
Depuis l’introduction de la libre circulation des personnes, nous n’avons plus été en mesure de décider par... lire plus
Journal du parti
partager l’article
09.09.2019
Compte tenu de leur part à la population totale, les migrants affichent un taux de criminalité et... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Agriculture

Pour une production indigène.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord