Participer
Communiqué de presse

L’UDC demande l’audition d’experts concernant les effets de la libre circulation des personnes

La Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-CN) examine demain l’initiative de limitation de l’UDC. Les représentants de l’UDC demanderont que la commission auditionne des experts sur les effets de la libre circulation des personnes en Suisse avant de prendre sa décision.

Depuis l’introduction de la libre circulation des personnes en 2002, 1,1 million de personnes en chiffre net ont immigré en Suisse. Et les migrants continuent d’affluer à raison de 60’000 à 80’000 par an. Les conséquences pour notre pays sont graves. Plus d’un million d’habitants supplémentaires utilisent les infrastructures, l’approvisionnement en eau et en électricité, les transports publics et les routes, les écoles, les hôpitaux et de nombreux autres équipements. Ce million d’étrangers influence forcément aussi l’identité d’un petit pays comme le nôtre. Les écoles ne parviennent plus à intégrer les enfants étrangers; les travailleurs les moins qualifiés ne trouvent plus d’emploi; les coûts de l’aide sociale explosent; le risque de ghettoïsation augmente.

Les partisans de la libre circulation des personnes affirment que la libre circulation est d’une importance capitale pour l’économie. Ce constat ne vaut que si l’on considère l’économie de manière isolée et que l’on ignore les coûts de l’immigration pour la société, pour les institutions sociales, la santé et la sécurité. Et si on oublie que la libre circulation des personnes met surtout sous pression les salariés de plus de 50 ans qui sont remplacés par de la main-d’œuvre jeune et bon marché – un problème que le Conseil fédéral prétend résoudre avec sa « rente-pont ».

La discussion doit être sérieuse
La position de l’UDC est claire: pour maîtriser les conséquences aussi dangereuses qu’onéreuses de la libre circulation des personnes, la Suisse doit commencer par reprendre en main le contrôle de l’immigration. Elle ne peut le faire actuellement à cause de l’accord de libre circulation qui donne à quelque 500 millions de citoyennes et de citoyens UE le droit d’immigrer en Suisse.

La Suisse peut parfaitement recruter de la main-d’œuvre qualifiée de manière unilatérale et contrôlée, donc sans accord de libre circulation, mais conformément à la Constitution fédérale, donc en tenant compte de la situation économique générale et en assurant la préférence nationale, notamment au profit des travailleurs âgés.

Mais il y a encore une autre question à se poser: notre système juridique libéral supporte-t-il une immigration aussi massive? La dite politique de protection du climat, par exemple, comporte des projets de lois et d’ordonnances qui restreignent sensiblement la liberté et la responsabilité individuelle des gens.

La Commission des institutions politiques du Conseil national discutera demain de l’initiative de limitation. Afin que cet important débat repose sur des bases solides, les représentants de l’UDC demandent que la commission invite des experts pour parler des conséquences de la libre circulation.

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
12.11.2019
Durant la session d'hiver à venir, le Parlement fédéral examinera le projet dudit milliard pour la cohésion... lire plus
Journal du parti
partager l’article
08.10.2019
Le Conseil national a débattu de l’initiative populaire «Pour une immigration modérée» lors de la session d’automne.... lire plus
éditorial
partager l’article
25.09.2019, de Albert Rösti
Tous les partis sauf l'UDC ont refusé aujourd'hui au Conseil national que la Suisse gère de manière... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord