Participer
Communiqué de presse
Conférence de presse de 28. février 2022

Mesures urgentes de la Suisse : l’UDC demande une augmentation des dépenses pour la défense de 2 milliards de francs (à 1% du PIB) ainsi que l’augmentation des effectifs de l’armée de 20’000 militaires

L’UDC est consternée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine et appelle les deux parties à un cessez-le-feu immédiat. Elle compatie à la douleur des vic-times de la guerre et tout particulièrement envers la population civile.

L’annonce du président russe Vladimir Poutine de la mise en état d’alerte des forces armées nucléaires marque une nouvelle étape dans l’escalade de ce conflit localisé qui menace potentiellement la stabilité, la sécurité et la paix du monde entier.

Dans ce contexte, la Suisse doit rapidement réagir. La neutralité armée perpétuelle, inscrite dans la Constitution fédérale, a épargné la Suisse de conflits sanglants depuis plus de 200 ans et a permis à la population de vivre en paix et en sécurité.

Les évènements à l’Est de l’Europe nous montrent que la paix n’est pas quelque chose qui va de soi. La sécurité et la liberté doivent sans attendre redevenir des priorités absolues dans la politique Suisse.

Ainsi, les 7 mesures suivantes doivent être prises :

  • Lors de la définition des mesures visant à empêcher le contournement des sanctions, le Conseil fédéral doit veiller à ce que les bons offices de médiation de la Suisse restent une option ouverte pour toutes les parties en guerre. Les démarches de politique étrangère idoines sont du ressort du Conseil fédéral. L’UDC rejette donc les déclarations du Parlement qui limitent la marge de manœuvre du Conseil fédéral ou ne font que confirmer ce que ce dernier fait de toute façon.

 

  • La Suisse doit faire partie d’une solution et non pas du conflit. L’UDC demande au Conseil fédéral et défendre davantage les bons offices de la Suisse et de proposer une conférence de paix sur sol helvétique neutre.

 

  • Les évènements actuels nous montrent une fois de plus et de manière radicale que le Conseil fédéral doit urgemment renoncer à une adhésion au Conseil de sécurité de l’ONU. Dans ce Conseil des superpuissances qui décide de qui va en guerre et qui va en paix, la Suisse serait contrainte de prendre parti, ce qui est incompatible avec la neutralité suisse. Une adhésion au Conseil de sécurité de l’ONU réduit à néant la crédibilité de notre rôle de médiateur et entraîne notre pays dans des conflits internationaux.

 

  • La Suisse doit confirmer qu’elle est prête et capable de garantir elle-même la sécurité, la stabilité et la paix sur son territoire. En ce sens, l’armée doit être rapidement mieux équipées et de façon plus complète. Le Conseil fédéral est appelé, dans une première phase, à porter les moyens annuels au minimum à 7 milliards de francs (soit 2 milliards de plus qu’aujourd’hui) et à augmenter l’effectif de l’armée de quelque 20’000 militaires, soit 1/5 de plus. En comparaison, la Suisse ne se situerait ainsi, proportionnellement, qu’à la moitié du réarmement de l’armée à ce jour prévu par l’Allemagne (+100 milliards d’euros) ou des dépenses de défense de 2% du PIB exigées par l’OTAN à ses Etats membres. En complément du message sur l’armée, Le Conseil fédéral doit donc rapidement soumettre la planification des investissements et les budgets nécessaires pour approbation au Parlement.

 

  • Depuis jeudi, l’importance de la surveillance de l’espace aérien suisse s’est accrue. Le Conseil fédéral est appelé à équiper les avions de combat FA-18 existants afin que toute la flotte soit opérationnelle en tout temps. Parallèlement, l’achat des nouveaux avions de combat F-35 doit être effective sans attendre afin que l’acquisition soit faite à temps, soit avant la fin de la durée possible d’utilisation des FA-18. Le peuple suisse s’est prononcé favorablement sur cet achat suite à un référendum, il n’y a donc aucune raison d’attendre. Nous attendons du parti socialiste (PS), qui est un parti gouvernemental, qu’il retire son initiative populaire contre le F-35, dans l’intérêt de la sécurité de la population.

 

  • La Suisse doit être généreuse dans l’octroi de ses services humanitaires, qu’il s’agisse d’aide sur place ou d’accueil temporaire de réfugiés ukrainiens.

 

  • Une politique de sécurité globale inclut aussi un approvisionnement énergétique autonome, notamment en électricité (clef-de-voûte de l’énergie). La Suisse ne doit pas devenir dépendante des importations d’électricité ou de gaz. Le Conseil fédéral est donc appelé à nommer un responsable de l’électricité chargé d’élaborer, d’ici l’été, des variantes de solutions pour un approvisionnement électrique sûr, indépendant et bon marché. Les objectifs de réduction des émissions de CO2 doivent être reportés, au profit d’un approvisionnement énergétique national sûr.
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
28.06.2022, de Thomas Hurter
Cela fait maintenant quelques mois qu’on nous montre soudainement que nous et plusieurs autres pays avons toujours... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.06.2022, de Werner Salzmann
Depuis la chute du mur de Berlin, la Suisse s’est payé le luxe de réduire ses dépenses... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Armée

La sécurité de la population.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – IBAN:CH83 0023 5235 8557 0001 Y

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord