Participer
Communiqué de presse

MinistÈre public de la confédération: un état dans l’état!

La réaction du Conseil fédéral à la réapparition de documents dans l’affaire Tinner illustre une fois de plus la faiblesse incroyable de ce gouvernement. Au lieu d’ordonner une enquête…

(UDC) La réaction du Conseil fédéral à la réapparition de documents dans l’affaire Tinner illustre une fois de plus la faiblesse incroyable de ce gouvernement. Au lieu d’ordonner une enquête disciplinaire contre le Ministère public de la Confédération, le Conseil fédéral discute avec la Délégation des Commissions de gestion du Parlement. Pourtant, le Ministère public n’a pas détruit des documents contrairement à l’ordre clair et net que lui a donné un Conseil fédéral unanime. L’UDC exige l’ouverture d’une enquête disciplinaire, l’engagement d’un procureur extraordinaire et la démission du procureur fédéral en fonction.

Fin 2007, le Conseil fédéral a ordonné au Ministère public de la Confédération de détruire tous les documents concernant la procédure ouverte contre les frères Tinner. Or, si ce même Ministère public constate fin 2008 qu’il possède encore des copies de ces documents dans ses archives, deux conclusions s’imposent: soit le Ministère public de la Confédération n’a pas obéi à l’ordre du Conseil fédéral, soit il y a un désordre tel dans ce service que la sécurité de la Suisse est compromise. Dans l’un ou dans l’autre cas, l’UDC exige que le Conseil fédéral ouvre immédiatement une enquête disciplinaire pour élucider le fait que le Ministère public puisse tout à coup prétendre posséder encore ces documents. En tout état de cause, le procureur fédéral a violé sciemment ou par négligence un ordre du gouvernement et doit donc démissionner.

Il n’y a pas que l’affaire Tinner qui prouve que le Ministère public de la Confédération se comporte comme la chambre noire de la nation et comme un Etat dans l’Etat: il y a aussi le complot organisé contre l’ancien conseiller fédéral Christoph Blocher et le cas Hollenweger qui est pendant depuis bientôt sept ans. Quand des juges d’instruction fédéraux s’envoient des télécopies falsifiées pour noircir consciemment des accusés et que l’autorité compétente ne réagit pas immédiatement, les portes sont grandes ouvertes à l’arbitraire et la sécurité du droit des citoyens est gravement menacée.

Berne, 2 avril 2009

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
30.03.2020, de Albert Rösti
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019
En dehors du petit sursaut écologique et circonstanciel de cette année, la gauche « traditionnelle » est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
08.10.2019, de Adrian Amstutz
Celles et ceux qui ne voteront pas pour l’UDC le 20 octobre aideront ceux qui expédient notre... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Armée

La sécurité de la population.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord