Participer
Communiqué de presse

Nouveau gonflement de l’administration sous le prétexte de l’éducation

La Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil national a accepté un nouvel engagement qui coûtera plus de 100 millions de francs sous la forme d’un accord Suisse-UE…

 

(UDC) Hier jeudi la Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil national a accepté un nouvel engagement qui coûtera plus de 100 millions de francs sous la forme d’un accord Suisse-UE sur l’encouragement de l’éducation. En y regardant de plus près, on constate qu’il s’agit d’un ensemble confus de vagues mesures et objectifs dont l’effet principal sera d’occuper des administrations et des fonctionnaires.

L’UE mène entre 2007 et 2013 divers programmes dans les domaines de l’instruction publique, de la formation professionnelle et de la jeunesse. Non membre de l’UE, la Suisse a jusqu’ici participé ponctuellement à certains projets de ces programmes. Or, le Conseil fédéral souhaite que notre pays participe désormais « officiellement » aux programmes « Education et formation tout au long de la vie » et « Jeunesse en action ». Il a paraphé à cet effet en août 2009 un accord avec l’UE et demande maintenant au Parlement de l’approuver.

Cette participation, qui coûtera quelque 130 millions de francs à la Suisse, comprend, à côté de programmes d’échange d’étudiants, de professeurs et de personnel universitaire (!), des activités interdisciplinaires pour, affirme-t-on, obtenir les meilleures résultats possibles avec les différents programmes partiels et mettre en réseau au niveau international des spécialistes pour l’échange d’expériences, de connaissances professionnelles et de modèles pour le travail avec la jeunesse, etc. Face à ce catalogue, force est de se demander s’il ne s’agit pas plus d’alimenter une généreuse caisse de voyage pour des fonctionnaires et experts de l’instruction publique que de soutenir concrètement et utilement l’enseignement et les jeunes en formation.

Attribution douteuse des moyens
Les moyens nécessaires à ces programmes ne sont pas alloués sur la base de concours (comme, par exemple, pour les programmes de recherche), mais selon les principes de l’encouragement commun de la coopération internationale – sans que l’on sache exactement ce que cela veut dire. Comme ces programmes ne répondent pas à un besoin réel et que même les milieux de l’administration fédérale ne croient pas à une demande suffisante, plus de 15 millions de francs ont été mis à disposition pour desdites mesures d’accompagnement, en l’occurrence pour faire de la publicité en faveur de la participation aux projets. Il faut donc faire de la publicité afin de créer une demande qui, sinon, n’existerait pas. Une autre manière de jeter l’argent par les fenêtres.

Pas de droit de participation
Une fois de plus, la Suisse prend donc des engagements et accepte de surcroît que ses représentants n’aient qu’un rôle d’observateurs et ne puissent assister qu’aux séances portant sur des thèmes importants. La Suisse n’a pas de droit de participation et est exclue des votes. Et, comme si cela ne suffisait pas, le Conseil fédéral s’arroge le droit de d’appliquer provisoirement l’accord au cas où la procédure d’autorisation prendrait du retard côté Suisse (donc au Parlement, voire devant le peuple).

Ce gaspillage de deniers publics en période de crise économique et de lourds déficits est une gifle au visage des contribuables. Il témoigne aussi de l’arrogance sans borne d’une élite autoproclamée de fonctionnaires de l’instruction publique qui cherchent à s’occuper eux-mêmes.

Berne, 16 octobre 2009

 

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
16.08.2019
La Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-CN) refuse de contrôler l'immigration et veut maintenir le... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
13.08.2019
Le complot des valets de l'UE a franchi une nouvelle étape: le PLR, le PDC et le... lire plus
éditorial
partager l’article
29.07.2019, de Andreas Glarner
La gauche, les Verts et tous les autres bienpensants se lancent une fois de plus dans une... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Armée

La sécurité de la population.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Agriculture

Pour une production indigène.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord