Participer
Communiqué de presse

Perdre la sécurité? Perdre l’emploi? SCHENGEN NON!

Le 5 juin prochain, les citoyennes et les citoyens votent sur l’adhésion de la Suisse à l’accord de Schengen. Schengen dépasse le cadre des accords bilatéraux et constitue en fait un pas décisif…

Conférence de presse
du Comité d’action suisse contre l’adhésion à Schengen/UE

Le 5 juin prochain, les citoyennes et les citoyens votent sur l’adhésion de la Suisse à l’accord de Schengen. Schengen dépasse le cadre des accords bilatéraux et constitue en fait un pas décisif vers l’adhésion à l’UE. Si la Suisse dit oui à Schengen, cela signifie que le pays le plus riche d’Europe supprime ses contrôles frontaliers – avec des conséquences extrêmement graves: plus de touristes criminels, plus de clandestins, plus de travailleurs au noir et plus de chômeurs.

Si la Suisse dit oui à Schengen, notre pays ne doit pas seulement supprimer ses contrôles frontaliers; il perd aussi son indépendance en matière de sécurité, de droit des armes et de droit d’asile. Dans ces domaines, la Suisse serait soumise au droit de Schengen et au futur développement de ce droit que Bruxelles dicterait à la Suisse. Jamais encore depuis l’existence de la Confédération moderne, la Suisse n’a signé un accord entraînant une perte de souveraineté aussi massive que l’accord de Schengen/Dublin.

Schengen apporte l’insécurité
Aucun pays membre de Schengen n’a gagné en sécurité en adhérant à cet accord. Dans tous les pays Schengen, la criminalité est plus élevée qu’en Suisse. Cela prouve de toute évidence que rien ne remplace l’efficacité et l’effet dissuasif des contrôles aux frontières. Avec l’accord de Schengen, la Suisse commence par laisser entrer les criminels et les clandestins dans le pays pour ensuite devoir les chercher comme la fameuse aiguille dans la botte de foin. Lesdits « contrôles volants », dans la mesure où il pourraient effectivement se faire, provoqueraient des bouchons monstrueux sur les autoroutes. Les citoyens honnêtes en seraient les principales victimes alors que les criminels passeraient entre les mailles du filet. On ne voit pas non plus pourquoi la Suisse devrait s’imposer 500 pages de droit Schengen juste pour avoir accès à la banque de données SIS (Système d’information de Schengen). Il suffit à cet effet de conclure un simple accord de coopération policière avec l’UE.

L’UE ne résout pas nos problèmes d’asile
L’accord de Dublin permet, prétendument, de renvoyer les requérants d’asile dans le pays où ils ont déjà été enregistrés. Or, le très petit nombre de requérants d’asile qui pourraient effectivement être renvoyés dans un autre pays grâce à l’accord de Schengen/Dublin serait largement dépassé par la foule de requérants qui franchiraient sans encombre les frontières ouvertes de la Suisse. De plus, bon nombre des requérants entrés dans l’espace Schengen par un autre pays ne pourraient pas y être renvoyés parce qu’ils n’y ont tout simplement pas été enregistrés. La Suisse doit résoudre seule son problème d’asile. L’UE ne le fera pas à sa place.

Les touristes ne viennent pas à cause des frontières
Dans le tourisme, les contrôles frontaliers ne jouent aucun rôle. La Suisse d’aujourd’hui, avec ses frontières surveillées, est toujours une des destinations touristiques les plus prisées du monde. Si les touristes viennent en Suisse, c’est à cause de la beauté des paysages, de la propreté et de la sécurité. Quand les vols à la tire, les vols de voiture, les cambriolages et les agressions auront augmenté et que les touristes ne se sentiront plus sûrs en Suisse, les nuitées touristiques fonderont comme neige au soleil.

Dire définitivement non à l’adhésion à l’UE
Si le peuple suisse dit non le 5 juin à Schengen/Dublin, les frontières suisses continuent d’être surveillées et la Suisse demeure souveraine. Et, par la même occasion, les tentatives du Conseil fédéral de pousser la Suisse dans l’UE seraient stoppées pour longtemps.

Informations supplémentaires à l’adresse Internet
www.schengen-non.ch

Berne, 5 avril 2005

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
30.06.2020
L'UDC salue l'ouverture, par son conseiller fédéral Ueli Maurer, de négociations avec la Grande-Bretagne en vue de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
17.06.2020
depuis 1978 et 1996 tombera le 27 septembre 2020. Les adversaires de ce projet, le Groupement pour... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
16.06.2020
Alors que le Conseil fédéral impose des restrictions ruineuses aux arts et métiers, au tourisme et au... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord