Participer
Communiqué de presse

Plus de 14’000 demandes d’asile en 2019: le nombre de migrants économiques est toujours excessif

En publiant aujourd’hui sa statistique de l’asile, la Confédération cherche comme de coutume à minimiser les conséquences désastreuses de sa mauvaise, parce que trop généreuse politique d’asile. 14’269 demandes d’asile en 2019, c’est toujours beaucoup trop, d’autant plus qu’il s’agit dans la plupart des cas non pas de réfugiés, mais de migrants économiques qui, en règle générale, s’installent directement dans l’aide sociale. Il faut aussi rappeler que chaque année plus de 50’000 personnes supplémentaires en chiffre net viennent habiter en Suisse grâce surtout à la libre circulation des personnes. Cette immigration démesurée n’est plus supportable pour notre petit pays. L’initiative de limitation permettrait de ramener enfin cette immigration à un niveau supportable.

Selon le Secrétariat d’Etat aux migrations, 14’269 requérants d’asile sont entrés en Suisse l’an passé. Ce chiffre est certes inférieur de 6,5% à celui de l’année précédente, mais l’effectif de personnes de l’asile et, partant, les coûts de l’asile ne cessent d’augmenter. Aujourd’hui, 126’000 personnes arrivées par la voie de l’asile vivent en Suisse, soit 2979 de plus que fin 2018. De plus, le nombre de personnes admises provisoirement a augmenté de plus de 1000 pour atteindre 47’965. Depuis 2010, année de l’entrée en fonction de la conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga, leur nombre a plus que doublé.

L’UDC est d’avis que la Suisse subit toujours un afflux excessif de requérants d’asile et que les autorisations de séjour sont trop facilement accordées. Il faut rappeler une fois de plus que la grande majorité de ces personnes ne sont pas des réfugiés, mais des migrants économiques à la recherche d’une vie meilleure. Preuve en est aussi le fait que la Confédération n’accorde l’asile que dans 30% des cas.

Renvois vers Italie bloqués parce que ce pays n’offrirait pas tout le confort social souhaitable
Plus de 14’000 nouvelles demandes d’asile, c’est aussi trop parce que le Conseil fédéral a décidé en 2015 sur proposition de l’ancienne ministre de l’asile, Simonetta Sommaruga, de participer à des programmes de réinstallation. En l’espace de quelques années, plusieurs milliers de prétendus réfugiés ont été directement transportés par avion en Suisse dans le cadre de ces programmes.

Le système Dublin fonctionne trop souvent au désavantage de la Suisse: l’Allemagne renvoie de plus en plus de migrants Dublin en Suisse. Comme si cela ne suffisait pas, une cour du Tribunal administratif fédéral, présidée par une juge issue du Parti écologiste, vient de décider que la Suisse ne pouvait plus, conformément à l’accord de Dublin, renvoyer en Italie des requérants d’asile qui ont déjà déposé une demande en Italie. Motif: le régime italien de l’asile ne garantit pas toujours aux « personnes particulièrement vulnérables » tout le confort social souhaitable.

Cette immigration démesurée est insupportable pour la Suisse
A cet afflux de migrants économiques qui pénètrent en Suisse via l’asile, il faut ajouter les plus de 50’000 immigrants en chiffre net – soit autant que la population de la ville de Bienne – qui s’installent en Suisse grâce notamment à la libre circulation des personnes. Cette immigration démesurée est extrêmement nuisible pour notre pays. Nous assistons tous les jours au bétonnage de nos paysages et à la surcharge de nos infrastructures: les automobilistes sont pris régulièrement dans les bouchons; les passagers des chemins de fer doivent supporter des retards et des trains bondés et sales. Les effets négatifs de la libre circulation des personnes sont particulièrement douloureux sur le marché du travail: les salaires sont sous pression et de plus en plus de salariés suisses sont remplacés par une main-d’œuvre importée, jeune et bon marché.

Aujourd’hui six bénéficiaires de l’aide sociale sur dix sont des étrangers
Cette mauvaise politique d’asile et de migration coûte extrêmement cher aux contribuables suisses qui travaillent durement pour payer leurs impôts. Aujourd’hui, six bénéficiaires de l’aide sociale sur dix sont des étrangers. La grande majorité des migrants entrés par la voie de l’asile vivent de l’aide sociale. Chez les requérants d’asile érythréens, la proportion des assistés sociaux est la plus élevée avec plus de 90%. Ils sont même de plus en plus nombreux: en 2019, la majorité des requérants d’asile provenaient de la Corne de l’Afrique. Or, tout le monde sait que la situation politique s’est calmée depuis longtemps en Erythrée.

Gérer l’immigration, stopper les admissions et systématiser les renvois
C’est pour toutes ces raisons que l’UDC a lancé son initiative de limitation. Soumise au souverain le 17 mai prochain, cette initiative exige que la Suisse gère à nouveau de manière autonome l’immigration sur son territoire. Il fait en outre que la Suisse réduise réellement le nombre de requérants d’asile et qu’elle cesse immédiatement de participer aux programmes de réinstallation des migrants. Enfin, les requérants d’asile tombant sous le coup de l’accord de Dublin et les personnes admises provisoirement et originaires de pays tiers sûrs doivent être systématiquement renvoyés.

plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
17.02.2020, de Martina Bircher
Le cas du bébé abandonné à Därstetten (BE) par sa mère allemande Marion W. a choqué la... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.02.2020, de Esther Friedli
L’immigration illimitée en provenance de l’espace européen est avant tout une opportunité pour les grandes entreprises suisses... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.02.2020, de Marcel Dettling
L‘immigration massive est un sujet brûlant pour les Suisses. Pour preuve, notre initiative de limitation a recueilli... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord