Participer
Communiqué de presse

Quand les verdicts populaires ne comptent plus

A la demande du chef du DFAE, le conseiller fédéral PLR Didier Burkhalter, le Conseil fédéral a donné aujourd’hui à la secrétaire d’Etat qui vient d’être nommée, donc à la première diplomate de Suisse, la responsabilité des négociations avec l’UE qui constituent de loin le plus important dossier de politique extérieure de la Suisse. Du coup, une socialiste et ancienne membre du comité du PS Bâle est censée défendre les intérêts de notre pays à Bruxelles. 

En juin dernier, 51,9% des électrices et électeurs britanniques ont voté dans le cadre d’un référendum pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (le "Brexit"). Qui a été nommé ministre des affaires étrangères dans la perspective des négociations de sortie avec l’UE? Boris Johnson, qui avait mené la campagne pour le Brexit. Un choix logique après une décision démocratique, est-on tenté de penser. Mais en Suisse les choses sont différentes. Le peuple suisse a certes refusé en 2001 déjà avec une majorité de 76,8% l’initiative "Oui à l’Europe" qui exigeait l’adhésion à l’UE. Le peuple a certes approuvé en février 2014 l’initiative UDC contre l’immigration de masse, remettant du même coup en question l’accord de libre circulation des personnes. De nombreux sondages indiquent certes depuis des années que l’immense majorité des Suissesses et des Suisses refusent d’adhérer à une UE chancelante et hostile aux souverainetés nationales. Mais de tout cela, le Conseil fédéral s’en moque complètement. Il donne la responsabilité des négociations avec l’UE, négociations qui devraient en fait consister à défendre opiniâtrement les intérêts de la Suisse face à Bruxelles, à la représentante d’un parti qui milite toujours ouvertement en faveur de l’adhésion à l’UE. Donc d’un parti qui, en cette matière, ne représente qu’une petite minorité de la population. On voit mal les bureaucrates UE prendre au sérieux des négociations menées sur cette base. Une fois de plus le conseiller fédéral Didier Burkhalter révèle son vrai visage. Cela fait longtemps que les avis du peuple suisse ne l’intéressent plus. Il n’a d’ailleurs aucune envie de négocier avec l’UE comme il l’a révélé notamment en encourageant la non-application de l’initiative contre l’immigration de masse. 

L’UDC continuera de s’engager de toutes ses forces pour le respect de la volonté du peuple, pour la liberté et l’indépendance de la Suisse. Elle combattra avec détermination un accord-cadre que la majorité du Conseil fédéral et des hauts fonctionnaires de gauche veulent imposer à la Suisse. Une fois de plus, l’UDC invite le Conseil fédéral à confier enfin la défense des intérêts de notre pays à des fonctionnaires qui sont prêts à se battre de tout leur cœur pour l’application des décisions du peuple suisse. 

 

partager l’article
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
08.10.2019, de Adrian Amstutz
Celles et ceux qui ne voteront pas pour l’UDC le 20 octobre aideront ceux qui expédient notre... lire plus
Journal du parti
partager l’article
08.10.2019
L’UDC demande d’urgence le lancement d’un programme de revitalisation pour sauvegarder l’emploi en Suisse. Les crises politiques... lire plus
Journal du parti
partager l’article
08.10.2019
Le Conseil national a débattu de l’initiative populaire «Pour une immigration modérée» lors de la session d’automne.... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Armée

La sécurité de la population.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord

Êtes-vous prêt à vos engager pour une Suisse sûre et libre ?

Participe - garantir le succès des élections

Engage-toi avec nous:

Je donne mon temps pour une Suisse libre et sûre