Participer
Communiqué de presse

Succès de l’UDC: lesdites « soft law » comme le Pacte pour les migrations de l’ONU doivent être soumises au Parlement

Dans le contexte du pacte de l’ONU pour les migrations, l’UDC exige que le Conseil fédéral soit contraint de soumettre à l’avenir au Parlement même les engagements internationaux en apparence non contraignants. Elle a obtenu raison: la commission préparatoire du Conseil national a soutenu son intervention.

En automne 2018 l’UDC a pu empêcher au dernier moment que le Conseil fédéral approuve de sa seule autorité le pacte de l’ONU pour les migrations. L’adhésion de la Suisse à cette convention internationale fruit d’une idéologie romantique et irréaliste aurait eu des conséquences graves pour la Suisse. Le Pacte des migrations accorde aux migrants une foule de droits et restreindrait massivement la souveraineté de la Suisse en termes de politique des étrangers et d’immigration. Accepter cette convention, c’est admettre que l’étranger dicte à la Suisse combien de migrants économiques elle doit accueillir et quelles conditions elle doit leur offrir.

Voici quelques exemples qui illustrent l’irréalisme du pacte pour les migrations:

  • les conditions du regroupement familial seraient massivement simplifiées, par exemple concernant le revenu, les connaissances linguistiques et l’accès à l’aide sociale.
  • l’arrestation à des fins d’expulsion serait remise en question et les conseils juridiques à ce propos seraient donnés par des avocats gratuits.
  • les migrants, qui quittent leur pays d’origine en raison de menaces de destruction de l’environnement et des conséquences du changement climatique bénéficieraient de visas humanitaires et de programmes de réinstallation.
  • les médias, les portails internet, etc. seraient surveillés pour garantir qu’ils publient des comptes rendus équitables sur les thèmes de la migration. Si tel n’est pas le cas, l’Etat serait contraint de leur retirer son aide.

En Suisse, le Parlement et le peuple font les lois sans que l’étranger ne s’en mêle
Le Conseil fédéral a justifié sa décision solitaire en arguant du caractère juridiquement non contraignant, donc de la nature de « soft law » de ce pacte pour les migrations. C’est juste, mais en théorie seulement. Ce pacte prévoit en effet une surveillance de son application, comme c’est souvent le cas pour des règles de droit public international. Un pays n’appliquant pas une règle internationale, même non contraignante, est cloué au pilori et accusé de mauvaise foi. C’est dire que la Suisse serait contrainte dans les faits d’adapter ses lois et ordonnances.

L’UDC exige donc que le Conseil fédéral soumette au Parlement pour approbation même des engagements internationaux juridiquement non contraignants. La Commission de politique extérieure du Conseil national a soutenu cette revendication. Un premier important obstacle est donc franchi. Est-il nécessaire de rappeler que, dans notre pays indépendant et régi par la démocratie directe, il appartient au Parlement de faire les lois et au peuple d’exercer sa souveraineté législative, et cela de manière autonome et sans immixtion de l’extérieur?

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.02.2020
L'UDC Suisse apprend avec inquiétude que le nombre de personnes malades, voire décédées à cause d'une infection... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Peter Keller
Comment le Conseil fédéral a-t-il résolu les problèmes d’immigration dans les années 60? En fixant des contingents.... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Armée

La sécurité de la population.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord