Participer
Communiqué de presse

Une révision hautement problématique du droit pénal fiscal

Malgré les critiques massives exprimées lors de la procédure de consultation, le Conseil fédéral maintient son projet de révision du droit pénal fiscal qui pose pourtant d’énormes problèmes.

Malgré les critiques massives exprimées lors de la procédure de consultation, le Conseil fédéral maintient son projet de révision du droit pénal fiscal qui pose pourtant d’énormes problèmes. Les choix faits aujourd’hui par le gouvernement ne répondent absolument pas aux craintes exprimées par les milieux consultés. Les administrations fiscales auraient ainsi le droit, au moindre soupçon de soustraction, de violer la sphère privée des citoyennes et des citoyens par des mesures pénales de contrainte comme des perquisitions à domicile, la confiscation des moyens de preuve, etc.). Les portes sont ainsi grandes ouvertes à l’arbitraire de l’Etat.

La révision du droit pénal fiscal, à laquelle le Conseil fédéral a donné aujourd’hui son accord de principe, poursuit le minage du "principe de la bonne foi" sur lequel reposaient jusqu’ici en Suisse les rapports entre les citoyens et l’Etat. L’esprit des règlementations encore en vigueur est animé par le principe que le citoyen met à disposition de l’Etat les moyens dont celui-ci a besoin pour remplir ses tâches alors qu’en contrepartie l’Etat renonce à une mise sous tutelle des citoyens et leur fait assez confiance pour admettre l’auto-déclaration fiscale. Or, le Conseil fédéral détruit progressivement cette conception caractéristique pour la Suisse.

La révision du droit pénal fiscal poursuivie aujourd’hui par le Conseil fédéral donne au fisc un large choix d’instruments permettant de procéder à des mesures de contrainte en cas de soustraction fiscale. L’UDC rejette avec détermination l’application de mesures de contrainte pénales par les autorités fiscales cantonales. Selon le projet de révision mis en consultation, les autorités fiscales pourraient au moindre soupçon de soustraction fiscale ordonner des mesures de contrainte relevant de la procédure pénale comme par exemple des arrestations, des perquisitions à domicile ou l’audition de témoins. Cette règlementation ouvre grandes les portes à l’arbitraire de l’Etat qui pourrait prendre des mesures de contrainte uniquement en présence de motifs de suspicion. Les choix faits aujourd’hui par le Conseil fédéral indiquent que le gouvernement n’a pas l’intention de s’écarter de sa ligne problématique. Les mécanismes de protection prévus sont imprécis et vagues.

Rappelons une fois de plus que la soustraction fiscale est rigoureusement et sévèrement poursuivie en Suisse. Les amendes prévues sont élevées et les conséquences qui guettent les contrevenants sont graves. Il est donc totalement faux de prétendre que la Suisse soit plus "complaisante" à ce niveau que les pays étrangers. C’est le contraire qui est vrai. 

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
21.11.2018, de Franz Grüter
La politique et l’économie, mais aussi les développements sociaux sont toujours plus imprévisibles. Les conséquences pour la... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.11.2018, de Thomas Matter
L’échange automatique de renseignements en matière fiscale (EAR) est appelé à s’étendre à tou­jours plus de pays.... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
07.11.2018
L'UDC demande que la Confédération renonce à augmenter ses dépenses de quelque 850 millions de francs l'an... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord