Participer
éditorial

Car ils ne savent pas ce qu’ils font…

Le Conseil fédéral rouvrira prochainement le dossier "Politique de sécurité". Dans son rapport de politique de sécurité et sans doute aussi dans celui sur l’armée il glorifiera comme d’habitude …

Le Conseil fédéral rouvrira prochainement le dossier « Politique de sécurité ». Dans son rapport de politique de sécurité et sans doute aussi dans celui sur l’armée il glorifiera comme d’habitude la coopération internationale et les engagements militaires à l’étranger. Il est par exemple question d’un accord-cadre sur la participation à des interventions internationales. Les conséquences désastreuses de tels scénarios internationaux sont par exemple révélées par l’actuel débat sur les interventions militaires envisagées en Libye. Même une intervention qui n’a pas eu lieu a failli provoquer une crise d’Etat. Pour l’UDC, c’est une évidence: la place de l’armée suisse n’est pas à l’étranger, mais dans le pays pour y assumer sa mission de défense nationale.

Le rapport de politique de sécurité regorge dans chaque chapitre d’idées sur la coopération internationale. Pourtant, c’est précisément cette conception qui a conduit ces dernières années la politique de sécurité suisse dans une voie sans issue. Des systèmes excessivement onéreux ont été achetés pour garantir cette compatibilité internationale. Avec pour conséquence qu’il ne restait plus d’argent pour équiper les troupes en cours de répétition. L’armée n’est plus capable d’intervenir rapidement à tout moment parce que ses chefs ont adopté la philosophie de la montée en puissance. Les individus qui veulent se défiler devant leurs obligations militaires passent sans problème dans le service civil. Parallèlement, l’orientation internationale de la défense mine en permanence la neutralité suisse. Rien d’étonnant dans ces conditions que l’on commence à s’interroger de plus en plus fréquemment sur la nécessité d’entretenir une armée.

Conseil fédéral contre Parlement
Le Parlement freine parfois les débordements internationalistes du Conseil fédéral. En refusant l’intervention suisse devant les côtes somaliennes, il a posé un jalon clair et net contre une extension des engagements militaires étrangers. C’est dans le même esprit qu’il s’est opposé à l’obligation faite aux militaires professionnels de faire du service à l’étranger et aux cours de répétition à l’étranger. Dans ce contexte, la planification d’une action militaire de libération en Libye parait plus déplacée que jamais. Ce projet suscite des questions de principe: qui a déclenché de telles planifications? Qui en était informé? Qui a décidé quand et dans quelles conditions de renoncer à une telle intervention? Autant de questions qui exigent des réponses claires. Les quelques vagues déclarations faites par la ministre des affaires étrangères dans une interview à un journal ne suffisent pas.

Pour l’UDC, l’affaire libyenne montre de manière exemplaire que l’armée suisse n’a rien à faire à l’étranger. Dans le pire des cas, une intervention militaire en Libye aurait exposé la Suisse à la guerre et à des actions terroristes. Les choses ne sont heureusement pas allées jusque là. La mission de l’armée est de défendre en cas de besoin le pays pour sauvegarder son indépendance et sa liberté. C’est sur ce cas, le plus grave envisageable, que doit se focaliser la politique suisse de sécurité. Il est temps d’abandonner les chimères internationalistes. Ces attitudes minent la neutralité et nuisent à notre pays.

par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
30.06.2020
L'UDC salue l'ouverture, par son conseiller fédéral Ueli Maurer, de négociations avec la Grande-Bretagne en vue de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
19.06.2020
Les passages de plus en plus nombreux vers le service civil de personnes astreintes au service militaire... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
17.06.2020
depuis 1978 et 1996 tombera le 27 septembre 2020. Les adversaires de ce projet, le Groupement pour... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Agriculture

Pour une production indigène.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord