Participer
éditorial

Cela suffit, Madame la Conseillère fédérale Sommaruga!

Alors que de nombreuses communes suisses ne savent plus comment financer les investissements dans des infrastructures indispensables comme les écoles et les hôpitaux, les coûts d’entretien pour le nombre croissant de migrants sociaux africains explosent. Le dernier coup de la conseillère fédérale Sommaruga, à savoir faire venir directement des migrants africains par avion depuis la Libye, est proprement inacceptable. La ministre fait preuve d’une impudence grossière à l’égard de la population laborieuse et des contribuables. 

Il va de soi que les bandes criminelles de passeurs sauront s’adapter très vite aux nouveaux débouchés que leur offre Madame Sommaruga, notamment par le biais du regroupement familial.

Entre le début du mois de septembre et la mi-octobre de cette année près de 11 000 migrants supplémentaires ont atterri en Italie du Sud. Au total, ce sont plus de 110 000 personnes qui ont franchi la Méditerranée entre l’Afrique du Nord et le sud italien. En septembre et octobre derniers on a compté plus de 20 000 migrants supplémentaires arrivant en Europe par l’Espagne du Sud, les Balkans et la Grèce. Leurs destinations finales, ce sont évidemment les généreux Etats sociaux comme l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse où ils savent bénéficier d’un accueil confortable. Contrairement à ce que l’on prétend, la situation ne se détend absolument pas, la migration de populations entières depuis l’Afrique vers l’Europe se poursuit sans relâche.

Bien que la nouvelle pratique du Corps des gardes-frontière sous la direction du conseiller fédéral Ueli Maurer ait permis de réduire massivement le nombre de demandes d’asile déposées directement à la frontière, les services de la conseillère fédérale Sommaruga ont tout de même enregistré cette année plus de 16 000 demandes d’asile. C’est dire que la majeure partie de ces requérants d’asile doivent être portés sur le compte d’un généreux regroupement familial.

Ces procédés ont de moins en moins de rapport avec la protection de personnes persécutées conformément à la Convention de Genève sur les réfugiés qui sert de base à notre droit d’asile aujourd’hui totalement dépassé par ces migrations de masse. Le fait est que de nombreux africains pauvres et sans aucune formation abusent, avec la complicité de l’industrie suisse de l’asile, du système de l’asile pour immigrer en Europe et s’offrir une vie confortable au frais de notre système social qui n’a certainement pas été créé pour cela.

La dernière proposition de la conseillère fédérale socialiste de faire venir par avion des migrants africains supplémentaires de Libye est un véritable scandale compte tenu du chaos qui existe déjà en Suisse dans ce domaine. On saura très vite dans toute l’Afrique et surtout parmi les bandes de passeurs qu’il suffit désormais de convoyer des femmes et des enfants en Libye où la gentille Suisse viendra les chercher par avion. Les criminels qui tirent bénéfice des migrants tout en les battant et en violant les femmes profiteront pour chasser un maximum de femmes et d’enfants vers la Libye. Et la simplicité du regroupement familial dont pourront profiter ensuite les hommes augmentera encore le chiffre d’affaires de ces criminels brutaux.

L’effet d’aspiration et le cercle vicieux sont complets: plus le nombre de femmes et d’enfants poussés par les passeurs vers la Libye augmente, plus forte est la pression sur la Suisse pour les transporter rapidement par avion dans notre pays. Mais c’est sans doute exactement ce que cherche la conseillère fédérale Sommaruga. L’industrie suisse de l’asile a connu une telle expansion grâce à la complaisance de la ministre socialiste qu’elle a absolument besoin de nouvelles migrantes et de nouveaux migrants pour s’occuper.

Pour l’UDC, cela suffit maintenant. Nous combattrons avec tous les moyens à notre disposition cette politique intolérable et nous invitons tout particulièrement les deux conseillers fédéraux PLR à se joindre à Guy Parmelin et à Ueli Maurer pour imposer déjà durant la séance gouvernementale d’aujourd’hui une limite ferme aux agissements de Simonetta Sommaruga, une ligne rouge à ne pas dépasser. La Suisse doit rester ouverte aux authentiques réfugiés politiques, mais cette immigration clandestine de la pauvreté doit enfin cesser. Les frontières doivent être strictement contrôlées pour empêcher les passages illégaux. La Suisse doit devenir moins attractive pour les migrants sociaux. Le regroupement familial excessivement généreux qu’elle pratique aujourd’hui doit être restreint. La grande majorité de ces migrants ne répondent absolument pas aux critères de l’asile. Un renvoi systématique et rapide s’impose.

par l’auteur
SVP conseiller national (SVP) BE
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
27.10.2017
Journal du parti
partager l’article
07.09.2017, von Barbara Steinemann
Quelques jours se sont écoulés depuis les grands titres fracassants au sujet du prêcheur de haine biennois... lire plus
Journal du parti
partager l’article
07.09.2017, von Jean-Luc Addor
En 2010, les Suisses ont accepté l’initiative de l’UDC pour l’expulsion des étrangers criminels. Sous la pression... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@svp.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord