Participer
éditorial

Comment une gestion autonome s’est transformée du jour au lendemain en un monstre bureaucratique

Que font les parlementaires qui refusent d’appliquer l’initiative contre l’immigration de masse? Ils recourent à toutes sortes de combines. D’abord, ils multiplient les tentatives d’obstruction. Le mandat est pris au sérieux, dit-on et on ajoute qu’on examine le projet, qu’on y travaille beaucoup et qu’on négocie intensément avec l’UE: c’est par ces manœuvres dilatoires que le Conseil fédéral nous a fait attendre deux ans et demi.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a fini par être obligée de fournir quelque chose. Elle a choisi comme à son habitude la stratégie "beaucoup de vent pour rien". Son projet comprenait certes des plafonds annuels, des contingents, la préférence nationale et l’immigration dans les institutions sociales, mais uniquement à la condition que Bruxelles soit d’accord. L’UE a cependant refusé de négocier.

Entre-temps, les associations économiques, l’UDC, le PLR et le PDC ont développé un concept d’application avec plus de 50 propositions. C’est alors que le conseiller national PLR Fluri a recouru, à la surprise de tous, à une autre stratégie, celle des "belles paroles à la place d’actes". L’annonce facultative par les entreprises des places vacantes aux offices régionaux de placement (ORP) serait suffisante pour régler le problème. On a crié au miracle et on l’a baptisé "préférence nationale light". Mais il n’est pas si simple de tromper les citoyens. La situation était d’autant plus délicate que des élections étaient à la porte dans le canton d’Argovie. Le conseiller aux Etats PLR argovien Philipp Müller s’est donc servi à son tour dans la boîte à combines, la stratégie s’appelant alors "quand on ne peut pas vaincre l’adversaire, il faut essayer de semer la confusion". Par adversaire, Monsieur Müller entendait sans doute le peuple. Et d’ajouter vite fait à la proposition Fluri une obligation d’entendre les candidats à un emploi et de motiver leur éventuel refus. Et on a assorti cette obligation d’une amende de 40 000 francs en cas de désobéissance. Histoire de bien faire comprendre qu’on prend les choses au sérieux.

Heureusement que le PLR pouvait compter sur un autre parti admirateur de l’UE, le PS, pour joliment emballer le paquet. Qui remarquera encore que ce projet n’applique pas un seul élément de l’initiative, qu’il n’agit absolument pas sur l’immigration, mais qu’il constitue uniquement une intervention massive de l’Etat sur le marché du travail (notamment au détriment de la gastronomie, de l’hôtellerie et du bâtiment)? Si à l’avenir on continue d’engager à tour de bras de nouveaux immigrants UE via les ORP, cela ne semble gêner aucun parti politique sauf l’UDC. La stratégie de la confusion est à la fête. Mais le Conseil fédéral et les parlementaires auraient tort de se réjouir trop vite. Les prochaines élections viendront sûrement et jusqu’ici le peuple a toujours su s’imposer et garder le dernier mot – nonobstant toutes les astuces malhonnêtes.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseillère nationale (GR)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.06.2019
L'an passé environ 30% des criminels étrangers condamnés ont pu rester en Suisse alors qu'ils ont commis... lire plus
éditorial
partager l’article
21.06.2019, de Marcel Dettling
Le Conseil national a rejeté les initiatives sur l'eau potable et pour l'interdiction des pesticides. A juste... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
18.06.2019
La Commission UE n'a manifestement pas l'intention de prolonger l'équivalence boursière. Elle augmente la pression sur la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Agriculture

Pour une production indigène.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord