Participer
éditorial

Deux poids et deux mesures en politique d’asile

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a communiqué mercredi dernier deux décisions en politique d’asile, l’une servant manifestement à détourner l’attention de l’autre. Et une troisième…

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a communiqué mercredi dernier deux décisions en politique d’asile, l’une servant manifestement à détourner l’attention de l’autre. Et une troisième décision a été passée sous silence. Ces attitudes illustrent parfaitement les différentes positions et leurs conséquences au niveau de la politique d’asile suisse. La première affaire: le licenciement d’Alard du Bois-Reymond, directeur de l’Office des réfugiés, est très gênant pour la responsable du DFJP, car il est révélateur de la dérive de cet office. La deuxième affaire: l’information concernant les personnes, qui se sont annoncées aux ambassades suisses de Syrie et d’Egypte, un cas que la conseillère fédérale connaît depuis longtemps et qui a de toute évidence servi à détourner l’attention du public de la première affaire. La troisième vient d’être rendue publique par la presse dominicale: l’Office fédéral de la migration (ODM) a permis récemment à une centaine de personnes, qui avaient déposé une demande d’asile à l’ambassade suisse de Tunisie, d’entrer en Suisse, alors que cette permission est en contradiction avec le droit suisse.

Ces affaires illustrent de manière exemplaire les différences de position dans le secteur de l’asile et leurs conséquences. Alors que dans le deuxième cas l’autorité a agi dans l’intérêt du pays en empêchant que la Suisse ne devienne une destination privilégiée de migrants irakiens n’ayant aucun droit à l’asile, elle a fait exactement le contraire dans le troisième cas. La possibilité donnée aux requérants d’asile de déposer leur demande dans une ambassade étrangère vise précisément à éviter que des requérants sans aucune chance d’obtenir l’asile ne se rendent en Suisse. Si on fait néanmoins entrer ces gens dans le pays, on conduit le système à l’absurde et on viole les dispositions légales en vigueur.

La justesse de la décision prise par l’autorité helvétique en 2006 est confirmée par le fait que nombre de ces demandes ne répondaient pas aux exigences de la procédure d’asile et ont donc pu être classées. Si on était à l’époque entré en matière sur ces demandes, des milliers de migrants auraient sans doute pris le chemin de la Suisse. La Suisse aurait été pressée de laisser entrer durant la procédure d’asile ces personnes qui étaient en sécurité, mais ne séjournaient pas dans leur pays d’origine, et cela même si ces demandes n’avaient aucune chance d’aboutir. De plus, la Suisse courait le risque d’accueillir sur son territoire des Irakiens membres de groupes extrémistes, voire terroristes.

Quel avenir en politique d’asile?
Reste la première affaire, la démission d’Alard du Bois-Reymond, directeur de l’Office fédéral de la migration. Depuis la réorganisation ratée de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf, cet office part à la dérive tant au niveau des structures qu’à celui du personnel. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a été incapable jusqu’ici de corriger le cap. Nonobstant quelques annonces prétentieuses, aucune amélioration concrète n’est à signaler dans le domaine de l’asile. Bien au contraire, la situation continue d’échapper au contrôle des autorités comme en témoignent, par exemple, les problèmes lancinants des requérants d’asile récalcitrants, voire criminels. Il ne serait donc guère étonnant qu’après les élections générales au Conseil fédéral de décembre prochain, et la nouvelle répartition des départements qui suivra, une conseillère fédérale de plus s’enfuie du DFJP.

par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
01.07.2020, de Michaël Buffat
Fin mai, le parlement britannique a voté sa nouvelle loi migratoire qui prévoit la fin de la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
28.05.2020
Les derniers scénarios de l'Office fédéral de la statistique (OFS) continuent de miser sur une fulgurante croissance... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
27.05.2020
L’UDC est déçu de la décision du Conseil fédéral de ne pas mettre fin le 19 juin... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Agriculture

Pour une production indigène.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Armée

La sécurité de la population.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord