Participer
éditorial

Directive UE sur les armes : l’heure du combat approche

Voilà, c’est presque fait, hélas ! Le Parlement fédéral, refusant d’entendre notre voix et celle des centaines de milliers de détenteurs d’armes de ce pays, s’apprête très vraisemblablement à accepter de reprendre la nouvelle directive de l’UE sur les armes. Si nous ne faisons rien, notre droit sur les armes connaîtra ainsi des durcissements considérables ; un droit étranger, décidé par d’autres, s’appliquera à nous.

Et pourquoi ? Pour rien !
Car le motif avancé par l’UE pour s’en prendre à nos droits et à nos libertés ancestrales, la lutte contre le terrorisme, nous le savons, n’est qu’un prétexte pour nous désarmer. En effet, aucun des attentats qui ont ensanglanté l’Europe ces dernières années n’a été commis par des détenteurs d’armes légales. La révision de notre loi sur les armes, que le Parlement a accepté de se faire imposer par l’UE, ne nous apportera ainsi aucun gain en termes de sécurité publique. Sans aucun effet contre le terrorisme ni contre les criminels, qui cette nouvelle loi frappera-t-elle, injustement ? Nous, citoyens honnêtes respectueux de la loi.

Moins de droits et de libertés pour pas plus de sécurité, c’est quand même cher payé, non ?
La réalité, c’est que les engagements que la Suisse a pris en ratifiant l’accord de Schengen, elle les a déjà honorés : en 2008 et en 2015, en violation d’ailleurs de la promesse faite au peuple en 2005, notre loi sur les armes a été déjà considérablement durcie. De fait, notre pays est l’un des plus sûrs au monde. On ne peut pas en dire autant de tous ceux qui, aujourd’hui, veulent nous imposer leur loi ! Voilà pourquoi nous avons le droit de considérer que la loi en vigueur suffit à garantir la sécurité publique en Suisse. Voilà pourquoi, du même coup, nous avons le droit de refuser tout nouveau durcissement, en tout cas celui qu’une majorité de parlementaires fédéraux s’apprête malheureusement à décider.

Si, vendredi, le Parlement s’obstine à ne pas nous entendre, à ne pas entendre la voix de ces centaines de milliers de détenteurs d’armes que compte notre pays, il ne nous restera plus qu’une arme pour défendre nos droits et nos libertés ancestraux, aujourd’hui gravement menacés, une arme légale : le référendum !

Mardi soir, la Fédération sportive suisse de tir, forte de ses 130’000 membres, après avoir regroupé diverses organisations sous la bannière de la Communauté d’intérêts du tir suisse (CIT), a donné un signal fort, décisif même, celui que beaucoup attendaient depuis quelque temps : elle soutiendra un éventuel référendum contre cette révision de notre loi sur les armes.

Unis sous une même bannière, nous allons montrer ce que le Parlement semble avoir oublié : dans notre pays, c’est le peuple qui décide, pas les commissaires de Bruxelles.

Nous ne nous laisserons pas désarmer !

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (VS)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.02.2020
L'UDC Suisse apprend avec inquiétude que le nombre de personnes malades, voire décédées à cause d'une infection... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Peter Keller
Comment le Conseil fédéral a-t-il résolu les problèmes d’immigration dans les années 60? En fixant des contingents.... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord