Participer
éditorial

Faites-nous confiance, qu’ils disaient!

Il y a dix ans, en 2010, en acceptant l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels, les Suisses ont donné au Parlement une mission claire : quel que soit leur statut, les étrangers condamnés pour des crimes graves ou qui abusent de nos assurances sociales ou de l’aide sociale doivent rentrer chez eux. Parce que le Parlement n’a pas voulu écouter le peuple, l’UDC a dû recourir à un moyen jamais vu auparavant : une seconde initiative populaire, pour mettre en œuvre effectivement la première. Craignant un second succès populaire de l’UDC, cette alliance troublante de la gauche, des verts (pour autant qu’ils ne soient pas juste un autre visage de la gauche) et des partis du centre-droit a concocté un contre-projet indirect : sous prétexte de proportionnalité, une révision du code pénal consistant en une version édulcorée de l’initiative avec comme clé de voûte une clause d’exception.

Dans le langage courant, une exception (La Palice l’aurait dit) devrait rester… exceptionnelle. C’est ce que les artisans de cette combine ont réussi à faire croire aux Suisses qui, en février 2016, leur ont fait confiance et ont préféré le contre-projet édulcoré à une initiative qui avait le mérite d’être claire.

Qu’est-il advenu de ces belles promesses ?

D’une manière générale, seuls 58% des étrangers qui devraient être obligatoirement renvoyés le sont effectivement. Autrement dit, près de la moitié restent chez nous, tranquillement, impunément. En d’autres termes encore, l’exception est devenue… la règle.

En fonction des situations, la réalité est encore plus choquante. Pour protéger les victimes, le peuple voulait renvoyer les étrangers condamnés pour des abus sexuels sur des enfants ? Eh bien, seuls 43,5% sont effectivement expulsés. Moins de la moitié ! Les Suisses voulaient renvoyer ceux qui abusent de nos assurances sociales ou de l’aide sociale ? Ils ne sont qu’environ… 5% à devoir rentrer chez eux !

De qui se moque-t-on ?

Grossièrement trompés en 2016, les Suisses vont-ils se souvenir de ceux qui ont alors abusé de leur confiance ? Voient-ils que ceux qui les ont trompés, ce sont les mêmes que ceux qui, de peur que les Suisses ne confirment leur vote de 2014, essaient de leur faire de semblables promesses en vue de la votation décisive du 27 septembre prochain sur l’immigration ? Se souviendront-ils alors de la valeur de leur parole ?

Plutôt que de nous abandonner à de vaines promesses, allons à la racine de problèmes sociaux importants que vivent les habitants, les travailleurs de ce Pays. Pour garantir l’emploi des travailleurs suisses face à la concurrence étrangère, pour limiter la surpopulation qui cause bétonnage excessif et surcharge de nos infrastructures de transports, pour éviter de continuer à nous entasser toujours plus nombreux dans un pays dont les limites et les ressources ne sont pas extensibles, disons OUI, le 27 septembre, à l’initiative qui propose de limiter vraiment l’immigration !

plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
01.09.2022, de Jean-Luc Addor
Pénurie en tous genres, énergétique bien sûr mais encore alimentaire, sans parler de tous les bouleversements intervenus... lire plus
éditorial
partager l’article
11.08.2022, de Marco Chiesa
Journal du parti
partager l’article
28.07.2022, de Yves Nidegger
Le retour à la neutralité stricte ne procède nullement d’une démarche de contemplation nostalgique du passé mais... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Armée

La sécurité de la population.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – IBAN:CH83 0023 5235 8557 0001 Y

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord