Participer
éditorial

Immigration de masse – Ce qui s’est passé et ce qui se passe derrière les coulisses

L’art. 121a de la Constitution fédérale exige que la Suisse gère désormais de manière autonome l’immigration d’étrangers. Cette gestion doit passer par des plafonds et des contingents annuels. Lors de la fixation de ces plafonds et contingents, les intérêts économiques généraux de la Suisse doivent être pris en compte. De plus, la Suisse doit appliquer le principe de la préférence nationale. La décision prise par le Conseil national le 21 septembre dernier ne tient aucun compte de ces lignes directrices explicitement inscrites dans la Constitution. Bien au contraire, une simple obligation d’annoncer les places vacantes ne permet pas de gérer la migration de façon autonome. De nombreuses contrevérités ayant été répandues dans les débats publics, il est grand temps de rétablir la vérité des faits. 

Dans le contexte du débat sur l’application de l’art. 121a cst., on a trompé, triché et menti à un point rarement atteint jusqu’ici. De toute évidence, on a voulu suivre fidèlement l’expression bien connue du président américain Harry Truman: "If you can’t convince them, confuse them!" Lorsqu’on est incapable de convaincre, il faut jeter la confusion sur ses adversaires politiques. Il n’est pas simple de trouver des solutions utiles dans un tel contexte. Et si même les rapporteurs des commissions des deux chambres font sciemment de fausses déclarations, il est définitivement impossible de mener un débat objectif.

Ainsi, la conseillère nationale socialiste Cesla Amarelle a osé prétendre sans hésiter: "Quant au groupe UDC, il n’a jamais été capable de faire une proposition de concept général." Et c’est avec un sans-gêne tout aussi énorme que le conseiller national PLR Kurt Fluri a reproché aux représentants de l’UDC que l’inclusion du secteur de l’asile et des frontaliers n’avait jamais été évoquée par les auteurs de l’initiative, tout comme la question de savoir s’il faut inscrire ou non des chiffres concrets dans la législation d’application.

Des mensonges grossiers, car ces thèmes ont parfaitement été introduits dans le débat (bien entendu aussi en commission) et cela a plusieurs moments.

L’UDC était le seul parti à proposer un concept

Le groupe parlementaire UDC a été le seul à présenter des propositions détaillées pour l’application de l’art. 121a. Il y en a eu plusieurs douzaines au fil des séances des commissions. L’UDC a également demandé que le Conseil fédéral et l’administration examinent l’efficacité de diverses propositions, par exemple concernant les conséquences quantitatives de certaines mesures de limitation. La grande majorité des amendements ont été rejetés. La commission n’était de toute évidence pas intéressée à connaître des détails précis.

Cette superficialité du débat a été illustrée par une autre déclaration de Kurt Fluri, porte-parole du PLR: "Si on se contentait d’inscrire dans la loi les notions ‘plafonds’ et ‘contingents’ sans les concrétiser par des chiffres, cela signifierait que nous cédons au Conseil fédéral la compétence de de chiffrer ces notions." Or, l’art. 121a cst. règle de manière explicite cette question et prévoit des plafonds et contingents annuels. Cela a été voulu ainsi. Une précision chiffrée dans la loi serait non seulement contraire à la Constitution, mais ne permettrait de surcroît pas de tenir compte des intérêts généraux de l’économie. Cela a été dit et répété dans la commission et aussi clairement exprimé lors des entretiens entre les associations économiques et les partis de droite. Kurt Fluri a assisté à toutes ces séances. Contrairement à ce qu’il a prétendu, il était donc parfaitement au courant.

29 propositions UDC contre 9 propositions d’autres partis

Les propositions de l’UDC se basaient sur les exigences de l’art. 121a cst.: l’UDC estime en effet que les lignes directrices fixées par la Constitution fédérale doivent être strictement respectées. Le débat au plénum a reflété les travaux préparatoires: 29 des 38 propositions provenaient de l’UDC alors que les autres partis n’ont déposé qu’un petit nombre d’amendements.

Le nouveau "concept" de l’alliance du centre gauche résulte de la fusion de quelques propositions PDC, PVL et PLR qui ont été rédigées à la demande des socialistes. Rien n’a subsisté des propositions qui avaient été débattues par les associations économiques et les partis de droite. Gerhard Pfister, président du PDC, a d’ailleurs critiqué ce point dans une interview: "L’entente conclue était claire: le PLR dépose à la commission la proposition avec la préférence nationale, le PDC celle avec la clause de sauvegarde. (…) Ce que le collègue Fluri a fait ensuite est l’exact contraire de ce qui avait été convenu" (Schweiz am Sonntag, 25.9.2016). Cette déclaration est juste. 

Les faits:

  • l’art. 121a cst. contient un concept clair et net. La Suisse doit gérer de manière autonome l’immigration sur son territoire et fixer à cet effet des plafonds et des contingents.  Ces mesures sont assorties de la préférence nationale. De plus, il faut tenir compte des intérêts économiques généraux de la Suisse. Les conventions internationales qui sont en contradiction avec ces décisions doivent être renégociées et adaptées jusqu’au printemps 2017.
  • sur les 38 propositions débattues au Conseil national le 21 septembre, 29 proviennent de l’UDC. Les autres partis n’ont guère apporté de propositions aux débats en commission et se sont contentés, à la fin des délibérations, de se mettre d’accord sur une combinaison d’un petit nombre de propositions.
  • les ententes qui avaient résulté des entretiens entre les associations économiques, le PLR, le PDC et l’UDC n’ont pas été respectées par le PLR. Le fait que l’association economiesuisse ait elle aussi changé d’avis et qu’un représentant de cette organisation ait qualifié de positif les décisions du Conseil national ne change rien à ce constat. 

L’économie avait proposé un concept

Les associations économiques et notamment l’Union patronale ont tenté de développer des solutions tenant compte aussi bien des exigences de la Constitution que des accords internationaux. Leur modèle prévoyait dans une première phase la préférence nationale. La première phase aurait comporté une préférence nationale dure (obligation des entreprises de prouver). Dans une deuxième phase, on aurait imposé des plafonds et d’autres mesures de restriction limitées à des régions et dans le temps ainsi que touchant des groupes professionnels définis. Le président de l’Union patronale, Valentin Vogt, a qualifié cette deuxième phase de "frein d’urgence" au cas où la préférence nationale n’aurait pas les effets souhaités (Neue Zürcher Zeitung, 31.8.2016).

La décision de la commission et du Conseil national, à savoir une annonce facultative des places vacantes, ne correspond absolument pas à cette idée. On comprend dès lors l’insatisfaction de Gerhard Pfister, président de l’UDC, qui a relevé que les résultats des innombrables et longs entretiens entre les trois partis bourgeois et les associations économiques étaient tout à coup bons à être jetés à la poubelle. Une perte de temps, a-t-il conclu (Schweiz am Sonntag, 25.9.2016). Il est vrai que ce travail a été parfaitement inutile puisque les représentants du PLR ont soudainement soutenu d’autres propositions qui sont diamétralement opposées aux ententes.

Gerhard Pfister décrit la situation comme suit avant la session d’automne: "Après la séance de la commission, nous nous sommes retrouvés avec les associations économiques. La consternation était grande, d’autant plus que l’ancien président du PLR était le premier à vouloir défendre au Conseil des Etats ce que ses gens ont refusé dans la commission du Conseil national" (Schweiz am Sonntag, 25.9.2016).

Les faits:

  • la déclaration selon laquelle le PLR n’a jamais changé de position est fausse. Les représentants du PLR se sont toujours montrés positifs à l’égard des propositions des associations économiques (de manière explicite ou tacitement) durant les séances dans la mesure où il existait une entente.
  • la distance prise soudainement par le PLR face à l’Union patronale est surprenante. La position de Valentin Vogt, président de l’Union patronale, est "incompréhensible", a déclaré Kurt Fluri. Et d’ajouter qu’on ne sait pas s’il représente effectivement la position de toute l’économie (Schweiz am Sonntag, 11.9.2016). Jamais de telles déclarations n’ont été faites lors des séances du groupe de travail.
  • la coalition de centre gauche n’est de toute évidence pas intéressée à régler le problème de l’immigration. Kurt Fluri résume ainsi cette position: "L’immigration ne peut pas être freinée comme on aurait pu le souhaiter. (…) Des importants accords internationaux doivent avoir la priorité sur la Constitution fédérale" (Südostschweiz am Sonntag, 10.9.2016).

L’obstruction du PLR, du PBD et du PDC renforce la gauche et les syndicats

En refusant obstinément de résoudre les problèmes de l’immigration, les partis du centre gauche risquent d’encourager l’introduction de nouvelles mesures d’accompagnement. De plus en plus d’immigrants accroissent les charges pesant sur les institutions sociales, provoquent une hausse du chômage, surchargent les infrastructures et menacent de plus en plus la sécurité publique.

Cette inaction face à l’immigration encourage des solutions dirigistes et bureaucratiques. L’exemple du canton du Tessin illustre ce propos:

  • dans sa legge sulle Imprese Artigianali (loi sur les entreprises artisanales), le canton du Tessin oblige les entreprises artisanales du canton de s’enregistrer dans un registre artisanal, une exigence bureaucratique aussi lourde qu’onéreuse. Le premier enregistrement coûte 2500 francs, la vérification technique des connaissances professionnelle jusqu’à 2000 francs et la remise à jour annuelle du registre 300 francs. Cette mesure rappelle plus le rigide système des corporations du Moyen Âge qu’une économie de marché moderne et libérale.
  •  le 5 juin 2016 les citoyennes et citoyens tessinois ont approuvé une taxe spéciale sur les parkings: des entreprises et centres d’achat offrant plus de 50 places de parc doivent à l’avenir verser une taxe (entre 1 franc et 3.50 francs par place). Cette taxe devrait être reportée sur les employés – notamment les frontaliers italiens et les clients.

Si l’autorité fédérale continue de refuser de mettre en place une gestion efficace de l’immigration, des mesures de ce genre pourraient trouver des majorités dans d’autres cantons. Aujourd’hui déjà, le PS parle d’une intensification des contrôles du marché du travail et du développement d’une politique publique du logement et du sol. On peut aussi s’attendre à une obligation d’engager faite aux entreprises et à un renforcement supplémentaire de la protection contre les licenciements. Bref, ce serait la fin du marché du travail libéral.

Les libéraux-radicaux s’allient-ils aux PS et aux syndicats?

Le plus inquiétant après ce débat du Conseil national est que le PLR pourrait s’entendre avec les syndicats et le PS pour favoriser des interventions de ce genre. Gerhard Pfister, président du PDC, a fort bien résumé la situation: "Vous soutiendrez les mesures d’accompagnement qui se cachent derrière la préférence nationale. Vous proposerez le modèle de Genève au Conseil des Etats" (Schweiz am Sonntag, 25.9.2016). Gerhard Pfister se réfère à l’obligation d’annoncer des postes vacants que le canton de Genève impose aux entreprises d’Etat ainsi qu’à l’obligation d’entendre des candidats valables.

Albert Rösti, président de l’UDC, argumente de manière semblable: "Le PLR fait alliance avec le PS. On peut se demander ce que le PLR a promis au PS en matière de mesures d’accompagnement. Si ce même PLR reproche aujourd’hui à l’UDC de n’avoir rien fait pendant deux ans, nous atteignons le comble de la mauvaise foi. Je rejette formellement ce reproche" (Schweiz am Sonntag, 25.9.2016).

Conclusion et prochaines étapes

La décision du Conseil national ignore les exigences explicites de la Constitution fédérale. Cette règlementation empêche une gestion autonome de l’immigration. Le projet ne prévoit ni contingents, ni plafonds, ni préférence nationale. L’annonce facultative de places vacantes que le Conseil national a approuvée n’est d’aucune utilité.

C’est dans ce contexte que l’initiative populaire "Prima i nostri" a été acceptée le 25 septembre 2016. Elle prévoit explicitement une préférence nationale. Contrairement à la décision du Conseil national, l’initiative tessinoise respecte les principes statués à l’art. 121a cst. L’Assemblée fédérale devra donc donner sa garantie à cette modification de la constitution cantonale tessinoise.

Ce modèle d’une préférence nationale cantonale pourrait faire école – si le Conseil des Etats ne revient pas à une solution qui respecte la Constitution. Mais il ne reste plus beaucoup de temps. Et la pression populaire est grande. 

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
15.05.2019
Le Conseil fédéral tente dans la précipitation d'atténuer les graves problèmes que posent la libre circulation des... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Thomas Matter
L‘immigration incontrôlée pose de plus en plus de problèmes dans notre pays. Les Suisses disposent de moins... lire plus
éditorial
partager l’article
06.05.2019, de Thomas Matter
L'immigration incontrôlée en Suisse pose de plus en plus de problèmes. Il reste aux Suissesses et aux... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Armée

La sécurité de la population.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord