Participer
éditorial

Internement à vie des criminels : un petit murmure dans le grand vacarme des attentats !

Nous vivons depuis quelques temps avec une actualité chargée. Après les attentats islamistes du 13 novembre dernier, nous suivons l’avancée de l’enquête en temps réel, ce qui demande une certaine attention. Dans ce tumulte, il convient néanmoins de relever dans notre pays une information dont beaucoup espèrent qu’elle passera inaperçue. En effet, on nous communique discrètement que les experts appelés à se pencher sur le cas de Fabrice A., tortionnaire et meurtrier de l’innocente socio-thérapeute Adeline M. le 12 septembre 2013, aboutissent à la conclusion qu’il ne convient pas de l’interner à vie.

Certes, ces spécialistes bienveillants reconnaissent que ce triste personnage est extrêmement dangereux, irrécupérable en l’état actuel des connaissances scientifiques et que l’on est en face d’un psychopathe sexuel. Néanmoins, ces éminents experts estiment qu’un internement à vie ne doit pas être prononcé car l’assassin est encore jeune – 41 ans – et qu’il est encore en mesure d’évoluer ou de profiter de futures avancées de la science qui permettraient hypothétiquement de le soigner.

On est en droit de s’interroger quant à cette évaluation pour le moins extraordinaire lorsqu’on se rappelle que l’initiative pour l’internement à vie des délinquants sexuels et violents, jugés très dangereux et non amendables, a été acceptée par le peuple et les cantons le 8 février 2004. Lancée par les proches de victimes de quelques tueurs en série ayant sévi dans notre pays, l’initiative avait obtenu le soutien de diverses personnalités pour être ensuite vigoureusement défendue par l’UDC, esseulée au milieu des partis gouvernementaux.

Malgré cela, les experts concluent que Fabrice A. ne doit pas être interné à vie même si, de leur propre aveux, l’intéressé correspond parfaitement au libellé de l’initiative.

Comment est-ce possible ?

Le diable se cache souvent dans les détails et l’un d’eux a échappé aux promoteurs du texte. Il précise qu’un délinquant sexuel "qualifié d’extrêmement dangereux et non amendable dans les expertises nécessaires au jugement" doit être interné à vie sans possibilité de liberté anticipée.

Dans les expertises nécessaires à de tels jugements, ces mots portent hélas le germe de l’échec. On se réfère expressément aux expertises nécessaires au jugement, donc aux experts chargés de les conduire. On fait bien sûr aussi appel à des spécialistes qui ont plus de dix ans d’études derrière eux, période au cours de laquelle ils ont été formés pour guérir les patients en non à constater leur impuissance devant de telles situations.

Pour un expert psychiatre, déclarer qu’une personne entre dans le champ d’application de l’initiative revient à reconnaitre son échec de thérapeute sur une éventuelle guérison. On peut donc craindre que le cas Fabrice A. ne soit que le début d’une longue série de décisions, annulant ainsi la volonté populaire de mettre enfin ce genre de crapules derrière les barreaux et les empêcher de nuire à nouveau.

L’avenir nous le dira, mais le pessimisme est déjà de rigueur. Nous devrons sans doute remettre l’ouvrage sur le métier afin d’éviter que la volonté populaire ne soit une nouvelle fois pervertie par la pensée éclairée de ces experts. L’UDC suivra attentivement le devenir judiciaire des drames que nous avons connus et que nous connaitrons encore suite à ce genre de décision. Notre parti se tient prêt à maintenir la pression et il sera une nouvelle fois aux côtés de celles et de ceux qui préfèrent la sécurité publique aux pulsions meurtrières de quelques pâles salauds.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseillère nationale (GE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
17.06.2020
depuis 1978 et 1996 tombera le 27 septembre 2020. Les adversaires de ce projet, le Groupement pour... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
16.06.2020
Alors que le Conseil fédéral impose des restrictions ruineuses aux arts et métiers, au tourisme et au... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
09.06.2020
L'UDC invite le Conseil fédéral à mettre fin à la situation extraordinaire. Les organisateurs d'événements et la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord