Participer
éditorial

La concordance est plus nécessaire que jamais

Introduit en 1959, le système de la concordance, ladite formule magique qui attribue aux trois partis comptant le plus de suffrages deux sièges au Conseil fédéral et un siège au quatrième parti…

Introduit en 1959, le système de la concordance, ladite formule magique qui attribue aux trois partis comptant le plus de suffrages deux sièges au Conseil fédéral et un siège au quatrième parti, est toujours garant d’une stabilité politique à long terme. Il implique complètement les principales forces politiques dans le processus de décision politique. Les nouvelles interprétations dans le sens d’une concordance matérielle – une contradiction en soi – ou sous la forme d’une « observation dynamique » sont pour l’essentiel des prétextes à conserver le pouvoir et ne souffrent aucune justification objective.

Une concordance matérielle n’existe pas. Le sens de la concordance est précisément d’intégrer dans un gouvernement des partis ayant des positions différentes. Si les positions des partis concernés concordent, il n’est pas nécessaire de réunir quatre partis au Conseil fédéral. En imposant des conditions matérielles aux membres du gouvernement, on amorce en fin de compte le passage vers un système de coalition avec un gouvernement et une opposition. L’aspect le plus remarquable du débat actuel est que l’on applique deux poids et deux mesures aux partis en place: alors qu’on exige des concessions matérielles aux candidats UDC, les candidats des autres partis sont libres de leurs opinions.

La stabilité avant tout
Compte tenu de l’histoire récente de notre pays, l’exigence d’une « composante dynamique » avancée surtout par la gauche compte tenu des résultats des Verts libéraux et du PBD est tout aussi étonnante. Faut-il rappeler à ce propos que l’on refuse depuis 1999 un deuxième siège à l’UDC au Conseil fédéral précisément parce qu’on voulait d’abord vérifier durant une législature ou deux si effectivement l’UDC pouvait maintenir sa place parmi les trois premières forces politiques du pays? En 1999, l’UDC a dépassé le PDC et le PLR par le nombre de ses suffrages et s’est placée au niveau du PS. En 2003, 2007 et 2011, l’UDC a toujours confirmé sa place loin devant tous les autres partis politiques. Cela n’a pas empêché les concurrents politiques de l’UDC de temporiser, notamment durant les élections gouvernementales complémentaires de la dernière législature où ces mêmes milieux ont renvoyé l’UDC aux élections générales de 2011. Et voici donc que l’on veut attribuer d’autres règles à des partis qui ont atteint juste 5,4% de part électorale et qui n’existent que depuis une ou deux législatures. Le même raisonnement vaut pour les tentatives de politologues et de journalistes de situer tout à coup le PLR, qui conformément à la concordance a droit à deux sièges au Conseil fédéral, à droite de l’échiquier politique alors que jusqu’ici on le considérait généreusement comme faisant partie du centre. Le but de ces manœuvres est manifestement de donner une position aussi exclusive que possible à ce prétendu « nouveau centre ».

Toutes les forces politiques importantes doivent être impliquées
Face aux défis politiques considérables qui attendent la Suisse dans les domaines de l’économie, du social et de la politique extérieure, il est plus important que jamais d’impliquer toutes les forces politiques importantes du pays dans la responsabilité gouvernementale. Cette règle vaut singulièrement pour l’UDC qui, durant les vingt ans écoulés, a représenté la majorité du peuple dans des questions fondamentales. Mais la stabilité incarnée par la concordance ressort aussi d’une considération globale des quatre premiers partis du pays. L’UDC, le PS, le PLR et le PDC représentent encore et toujours les trois quarts des électrices et électeurs du pays. Mis à part le fait que ces quatre partis étaient toujours les principales forces du pays depuis l’introduction du système électoral proportionnel, ils ont toujours représenté la majorité évidente des électrices et électeurs. La part électorale de 72,2% réalisée en 2011 n’est pas du tout la plus faible obtenue par ces quatre partis depuis l’introduction de la concordance. Voilà un constat de plus qui relativise la signification des nouveaux partis. En déduire un changement complet de la situation de départ pour exiger une nouvelle « formule magique », c’est manquer complètement d’objectivité.

L’UDC s’engagera la 14 décembre 2011 pour le rétablissement de la concordance qui a fait ses preuves et elle invite les autres grands partis à renoncer aux jeux tactiques et à assumer leurs responsabilités pour le bien du pays.

 

partager l’article
par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
01.07.2020, de Michaël Buffat
Fin mai, le parlement britannique a voté sa nouvelle loi migratoire qui prévoit la fin de la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
30.06.2020
L'UDC salue l'ouverture, par son conseiller fédéral Ueli Maurer, de négociations avec la Grande-Bretagne en vue de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
19.06.2020
Les passages de plus en plus nombreux vers le service civil de personnes astreintes au service militaire... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Armée

La sécurité de la population.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord