Participer
éditorial

Le Conseil fédéral se moque de la collégialité

Il semble que le Conseil fédéral devrait examiner le nouveau rapport de politique de sécurité vers la fin mars. Or, ce rapport, qui n’a pas été rendu public, est d’ores et déjà commenté par…

Il semble que le Conseil fédéral devrait examiner le nouveau rapport de politique de sécurité vers la fin mars. Or, ce rapport, qui n’a pas été rendu public, est d’ores et déjà commenté par plusieurs médias et départements – sans indication de source, cela va sans dire. Le ténor est partout le même: pas assez d’engagements militaires à l’étranger, pas assez de collaboration avec l’étranger. Et quand le Département fédéral des affaires étrangères fait dire préventivement par médias interposés qu’il a refusé de collaborer avec le Département de la défense, on comprend très vite qu’on est face à une action concertée dont le but est de nuire au chef du département concerné et à son parti. Ce récent événement n’est que le dernier d’une longue série d’intrigues et d’indiscrétions ciblées dans l’entourage du Conseil fédéral. Aspect particulièrement ironique de cette affaire, le Conseil fédéral va prochainement discuter d’une réforme du gouvernement. Or, toute tentative de réforme est d’avance condamnée à l’échec quand les sept membres du gouvernement et leurs départements sont incapables de collaborer.

C’est à un rythme quasi hebdomadaire que le Conseil fédéral donne des preuves de son incompétence d’affronter comme gouvernement collégial les défis et les problèmes auxquels est confrontée la Suisse. Les sept prétendus Sages se jettent mutuellement des bâtons dans les roues, se critiquent publiquement ou tentent de se nuire par des indiscrétions ciblées. Cela c’est produit une fois de plus la semaine passée avec la tentative de faire couler un rapport qui n’a même pas été publié officiellement. L’état de pourriture avancée de la collégialité gouvernementale est aussi illustré par le fait que les conseillers fédéraux et leurs départements ne tentent même pas de freiner ce développement nocif. Bien au contraire, chacun se précipite sur cette plate-forme bienvenue pour se mettre en évidence au détriment des collègues.

La critique lancée par avance contre le rapport de politique de sécurité sert de prétexte au DFAE pour s’en distancer avant même sa publication. On fait dire par des tiers qu’on a refusé, par mesure de prudence, de collaborer avec le DDPS. Et cela bien que le Conseil fédéral ait exigé en octobre dernier du DDPS de revoir le rapport en impliquant les autres départements. En procédant de la sorte le DFAE peut, d’une part, détourner l’attention du fait que c’est précisément l’internationalisation engagée par la réforme Armée XXI qui est à l’origine des graves dysfonctionnements de l’armée; d’autre part, on peut faire oublier ses propres erreurs et manquements. Dans les mêmes éditions des médias on apprend en effet que le projet de prestige « Forum humanitaire » lancée par le Département fédéral des affaires étrangères et son chef est aujourd’hui virtuellement en faillite après deux années de tentatives de fonctionnement et plusieurs millions de francs dépensés.

Réforme gouvernementale inutile
Ces événements montrent à l’évidence qu’une réforme du gouvernement n’est que du temps perdu. Ce qui pose problème, ce sont les conseillers fédéraux et leur conception du gouvernement et non pas les structures gouvernementales. La prolongation de la durée de fonction du président de la Confédération n’est qu’un moyen de plus pour permettre aux conseillers fédéraux de se pavaner à l’étranger. L’évolution, qui a fait du président de la Confédération un sorte de super-ministre des affaires étrangères, a éliminé le rôle rassembleur que devait avoir le président en tant que « primus inter pares ». La panacée universelle des secrétaires d’Etat supplémentaires aura pour principal effet de voir les conseillers fédéraux se débarrasser encore plus de leurs responsabilités. Tout cela ne renforce nullement le Conseil fédéral, mais l’affaiblit au contraire. Tout au plus les conseillers fédéraux auront-ils ainsi encore plus de temps pour se tendre des croche-pattes.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
27.11.2019
Cela fait vingt ans que l'armée suisse s'engage au Kosovo et le Conseil fédéral demande une nouvelle... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
16.05.2019
L'UDC se voit confirmée dans sa position par les rapports complémentaires demandés par la ministre de la... lire plus
Consultation
partager l’article
14.01.2019
L'UDC rejette ce projet inutile. Pour pouvoir coopérer à l'avenir dans le domaine de l'entraide judiciaire en... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord