Participer
éditorial

Le PLR vend la Suisse pour une bouchée de pain

En approuvant l’accord-cadre avec l’UE, le PLR a franchi ses propres lignes rouges. Il brade des valeurs centrales de la Suisse – indépendance, souveraineté, propre juridiction et démocratie directe – pour une bouchée de pain. On est aux antipodes d’une politique fiable.

L’accord que le Conseil fédéral a négocié avec Bruxelles est inacceptable aux yeux de l’UDC pour la simple raison qu’il impose une reprise automatique du droit de l’UE. L’UDC n’est certes pas le seul parti qui rejette l’accord institutionnel. En apparence du moins, le PLR, le PS et le PDC en font autant. Ou du moins le faisaient-ils, car le PLR a déjà basculé. Depuis samedi dernier les libéraux-radicaux approuvent l’accord. C’est un changement de cap de 180 degrés : en novembre 2017, Petra Gössi, présidente du PLR, exigeait encore dans une interview à un hebdomadaire alémanique la suppression de la clause de la guillotine. Et en juillet dernier elle déclarait au quotidien « Blick » : « Si l’accord ne correspond pas à nos exigences clairement définies et à nos lignes rouges, dont les mesures d’accompagnement font partie, nous ne participons pas à l’opération. »

Les lignes rouges ne manquaient pas côté PLR. Dans son document de fond « Garantir et développer la voie bilatérale – lignes rouges et exigences du PLR » ce parti rejetait notamment la reprise automatique de droit de l’UE. Il s’opposait aussi à la directive sur la citoyenneté européenne ou à la résiliation automatique d’accords bilatéraux en cas de désaccord politique des parties au contrat, c’est-à-dire en cas de « non-application d’une interprétation de la Cour de justice de l’UE ». L’accord-cadre que le PLR a approuvé samedi dernier franchit toutes ces lignes rouges.

Pourquoi ce changement d’opinion ? La réponse est aussi simple que navrante : le PLR a tourné sa veste dans le sens voulu par un petit nombre de grands groupes industriels. Le PLR ne se préoccupe ni de la sauvegarde de la démocratie directe, ni du bien-être de la population ou des petites et moyennes entreprises ; son unique souci est de satisfaire aux exigences de quelques grands patrons économiques rassemblés sous le toit de l’association economiesuisse. Le changement de cap du PLR était prévisible dès la fin janvier dernier lorsque l’organisation economiesuisse avait annoncé publiquement son soutien à l’accord institutionnel. Le retournement de veste du PLR n’a donc rien d’étonnant, mais ce qui surprend, c’est le moment choisi pour l’annoncer. S’engager dès à présent à fond pour cet accord est archifaux non seulement au niveau matériel, mais aussi d’un point de vue tactique. Au lieu de soutenir le Conseil fédéral dans d’éventuelles renégociations, le PLR réduit toute pression en faveur d’améliorations de cet accord inacceptable. Les libéraux-radicaux vendent la Suisse pour une bouchée de pain.

Le PDC et le PS s’inclineront aussi

Fort des expériences du passé on peut prédire dès à présent que ce ne sera qu’une question de temps de voir aussi les autres partis s’incliner et soutenir l’accord institutionnel. Mentionnant toujours l’adhésion à l’UE comme un objectif dans son programme politique, le PS avalera sans doute avec délice les appâts en politique intérieur que sont le congé parental, la protection contre les licenciements, le salaire minimal ou encore la semaine des 35 heures comme prix pour son adhésion à l’accord-cadre. Et le PDC a d’ores et déjà prononcé un « oui » assorti d’un petit « mais ».

S’il en va selon la volonté de Bruxelles, l’accord institutionnel coupe non seulement la voie bilatérale, mais enterre par la même occasion notre démocratie directe, donc notre droit de participation politique. Si le Conseil fédéral signe cet accord, la Suisse devra à l’avenir appliquer automatiquement le droit actuel et futur lié aux cinq traités des accords bilatéraux I et aux accords futurs, accepter les jugements de la Cour de justice de l’UE et effectuer régulièrement des versements à l’UE. La reprise de la directive sur la citoyenneté européenne n’est certes pas mentionnée dans l’accord institutionnel, mais l’UE pourra l’imposer sans problème par le biais du prétendu tribunal arbitral. Il y aura sans doute encore des votations populaires après la signature de l’accord institutionnel, mais ce ne seront que de purs exercices alibis : au cas où le peuple suisse oserait refuser de reprendre du droit européen, il serait menacé de mesures punitives. De plus, une clause de super-guillotine veillerait à ce que tous les accords soient caducs au cas où la Suisse refuserait de s’aligner sur la volonté de Bruxelles.

L’UDC refuse donc cet accord – non seulement avant, mais aussi après les élections !

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (BE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
15.05.2019
Le Conseil fédéral tente dans la précipitation d'atténuer les graves problèmes que posent la libre circulation des... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Roland Rino Büchel
Les différentes commissions parlementaires ont terminé leurs auditions sur l‘Accord-cadre avec l’Union européenne. Le Conseil fédéral a... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Thomas Matter
L‘immigration incontrôlée pose de plus en plus de problèmes dans notre pays. Les Suisses disposent de moins... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Armée

La sécurité de la population.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord