Participer
éditorial

Le prix des expulsions empêchées

L’initiative UDC sur le renvoi a été approuvée le 28 novembre 2010 par 52,3% des citoyennes et citoyens et par 17,5 cantons. Ce même jour, le souverain a rejeté le contreprojet du gouvernement qui visait à diluer les dispositions sur le renvoi de délinquants étrangers. Et qu’a-t-on fait durant les cinq années qui ont suivi ce verdict populaire? Rien, strictement rien! L’UDC a donc été contrainte de lancer sa dite initiative de mise en œuvre pour forcer le gouvernement de respecter la volonté du peuple.

Criminalité importée
Cette attitude est d’autant plus choquante que les cantons, dont on connaît les soucis budgétaires, sont frappés par des coûts supplémentaires considérables dans le domaine de l’exécution des peines. En tant que ministre de la formation et de la sécurité du canton du Valais, je suis confronté à un problème onéreux que personne ne veut appeler par son nom: il s’agit de l’importation de la criminalité à la suite de la perméabilité de nos frontières qui, à son tour, est la conséquence d’un accord international. Cessons d’en faire un tabou et citons quelques chiffres concrets.
 
Onéreuse exécution des peines et mesures pour les étrangers
Extrapolée sur toute l’année 2015 (extension des statistiques des 9 premiers mois à toute l’année), l’exécution des peines et mesures coûte au Valais 20,6 millions de francs. 30,1% des détenus sont des Suisses, 69,9% des étrangers. Les détenus suisses coûtent donc 6,2 millions, les étrangers 14,4 millions de francs. Ce montant comprend la détention provisoire, l’exécution des peines, les mesures de contrainte, les régimes de semi-liberté et le travail externe ainsi que l’exécution des mesures pour les mineurs et les jeunes adultes. A ces quelque 20 millions de francs il faut ajouter 1,9 million pour l’exécution des peines hors canton, dont 1,4 million pour des détenus étrangers. Enfin, l’exécution hors canton des mesures coûte 3,7 millions, dont environ 816 000 francs pour des étrangers. Au total, l’exécution des peines et mesures pour les détenus étrangers aura donc coûté au canton du Valais 16,66 millions de francs en 2015.
 
Jusqu’à 2000 francs par jour
Il faut relever à ce sujet que les coûts journaliers sur lesquels se base ce bilan sont des prix concordataires, donc définis politiquement, alors que les prix réels sont beaucoup plus élevés. A noter également que certains établissements hors canton d’exécution des mesures (pour des cas comme celui de Carlos) facturent entre 1200 et 2000 francs par jour. Conséquence: le Conseil des Etats a dû ces deux dernières années voter des crédits additionnels de 2,5 et 2,8 millions de francs pour payer la facture dans le domaine de l’exécution des mesures. En considérant ces chiffres, on imagine facilement quels montants énormes la criminalité importée coûte aux collectivités publiques sur le plan suisse.
 
Caractère préventif d’une expulsion systématique
Le problème principal auquel je suis confronté en tant que conseiller d’Etat dans le domaine de l’exécution des peines et mesures, c’est que l’expulsion et les mesures ne sont pas ordonnées par mes services, mais par les tribunaux. Mon département n’a plus qu’à payer les factures. Une expulsion systématique a un effet préventif. Les délinquants étrangers ayant commis des crimes graves et/ou les récidivistes qui ont été expulsés ne commettent plus de délits en Suisse. Les coûts peuvent ainsi être effectivement baissés à moyen terme pour les détentions provisoires et l’exécution des mesures. Autre effet utile: la situation dans les prisons se détendrait. Certains établissements pénitentiaires sont en effet totalement surpeuplés. Dans le canton de Genève, ce problème a eu pour effet que la peine de certains criminels violents a été réduite pour faire de la place à de nouveaux condamnés.
 
Il est impardonnable de fermer les yeux devant ce problème. Le domaine de la détention pénale est une bombe à retardement en Suisse, aussi bien financièrement qu’humainement. Il est donc indispensable de se doter des instruments permettant de corriger en bonne partie cette situation.
 
L’initiative UDC pour le renvoi effectif des étrangers criminels est un de ces instruments.

partager l’article
par l’auteur
Oskar Freysinger
UDC La direction du parti (VS)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
15.09.2020
Le groupe parlementaire UDC s'est aujourd'hui opposé à l'unanimité à la dangereuse "initiative 99%" de la Jeunesse... lire plus
Papier de position
partager l’article
14.09.2020
Communiqué de presse
partager l’article
08.09.2020
Le groupe parlementaire fédéral UDC s'est prononcé aujourd'hui pour l'entrée en matière sur la loi Covid-19 afin... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Armée

La sécurité de la population.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord