Participer
éditorial

Les conséquences politiques doivent Être tirées

Le Conseil des Etats enterrera sans doute définitivement aujourd’hui le projet d’une Commission d’enquête parlementaire (CEP) pour examiner la remise illicite de données de clients UBS …

Le Conseil des Etats enterrera sans doute définitivement aujourd’hui le projet d’une Commission d’enquête parlementaire (CEP) pour examiner la remise illicite de données de clients UBS et différents autres aspects de la crise financière. Ainsi, de nombreux détails de cette grave affaire resteront dans l’ombre. Il est incompréhensible que le Parlement fédéral renonce à l’instrument d’investigation le plus puissant dont il dispose. Le débat sur une CEP étant ainsi clos, il faut commencer immédiatement le règlement politique de cette affaire. Mais ce n’est pas tout: deux autres chapitres sombres de l’histoire politique récente attendent eux aussi une mise au jour complète. L’affaire des otages libyens approche de sa conclusion avec le retour de Max Göldi et le sort du lamentable traité d’Etat avec les Etats-Unis se décidera avant la fin de cette session. Il s’avère que les conseillers fédéraux responsables de ces trois dossiers sont plus ou moins les mêmes. Il leur appartiendrait d’en tirer les conséquences.

Le Conseil des Etats ne veut pas d’une CEP. Il s’oppose ainsi à une mise au jour complète d’une affaire qui a nui à la Suisse et à ses institutions comme peu d’autres avant elle dans l’histoire récente de notre pays. Ce refus ouvre cependant la voie au règlement politique de cette affaire. Au moins trois chefs de département se sont rendus coupables de manquements graves. Ces mêmes trois conseillers fédéraux ont pris le 10 août 2009 la responsabilité du traité d’Etat conclu avec les Etats-Unis qui a plongé la Suisse dans la plus grave pagaille politique intérieure et extérieure de ces dernières années. De surcroît, l’ancien président de la Confédération et la ministre des affaires extérieures sont responsables de la conduite chaotique du dossier libyen. Les responsables d’une faute doivent par principe en assumer les conséquences. Il paraît cependant peu probable que les magistrats concernés admettent cette évidence. Bien au contraire, Micheline Calmy-Rey a osé se faire célébrer pour le retour de Max Göldi. Et la ministre de la justice ne cesse de louer le fatal accord conclu avec les Etats-Unis. Seul le ministre des finances se tait. Il sait sans doute pourquoi.

Aucun sens des responsabilités
Que se passe-t-il en pareil cas en Suisse? Ne nous faisons pas d’illusion: il ne se passera rien. Le Conseil fédéral se contente de relever des déficiences structurelles dans l’organisation du gouvernement national. Il affirme qu’une présidence de deux ans et une armée de secrétaires d’Etat arrangeront les choses. Quant au Parlement, il se retranche derrière la liste d’exigences dressée par la Commission de gestion et il compte sur la capacité autonettoyante de l’UBS. Dans d’autres pays, deux femmes et un homme devraient prendre la porte de leurs ministères. Soit parce qu’ils se rendent eux-mêmes compte que c’est la seule issue acceptable, soit parce que la pression du Parlement ou du public les chasserait. La préférence à donner à l’un ou l’autre système doit faire l’objet d’un autre débat. Ce qui est certain, c’est que nos ministres manquent singulièrement de sens des responsabilités. Elus par le peuple, ils en auraient sans doute davantage.

par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
21.02.2020
Réuni aujourd'hui à Muotathal (SZ), le groupe parlementaire UDC s'est clairement prononcé contre l'introduction d'une "rente de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
19.02.2020
Le Conseil fédéral souhaite que la Suisse participe avec un montant de 297 millions de francs à... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
31.01.2020
En publiant aujourd'hui sa statistique de l'asile, la Confédération cherche comme de coutume à minimiser les conséquences... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord