Participer
éditorial

Les contrôles aux frontières ont fait baisser la criminalité

A à la suite des attentats de Paris, la France a réinstallé les contrôles aux frontières. Le résultat est immédiat : depuis décembre 2015, les vols, les cambriolages et le trafic de drogue explosent à Annemasse, Saint-Julien et Annecy et baissent à Genève car les délinquants craignent de passer la frontière franco-suisse.

Selon les chiffres de la préfecture de Haute-Savoie, la criminalité est en augmentation spectaculaire, côté français, depuis le renforcement des contrôles aux douanes après les attentats de Paris. Depuis que la surveillance aux douanes perturbe leurs opérations vers la Suisse, les bandes originaires des pays de l’Est, des Balkans et de Géorgie frappent en effet beaucoup plus du côté français où ils sont basés.  Le service de presse de la police genevoise confirme un net recul des cambriolages au mois de décembre 2015 (–14% par rapport à 2014). Idem pour les trafiquants de stupéfiants français, en fait essentiellement albanais, qui hésitent à s’approvisionner à Genève en cocaïne et en héroïne depuis que la frontière est surveillée. Les dealers et les consommateurs français qui avaient l’habitude de se retrouver en Suisse, où les sanctions sont incomparablement plus légères qu’en France, ne prennent plus le risque de traverser la frontière; ils se rabattent sur Annecy, où le trafic est devenu intense.

Trois leçons sont à tirer de ce constat : 

Premièrement, la suspension de l’accord de Schengen a été très bénéfique pour la sécurité de cantons frontière comme Vaud et Genève, bien desservis par des autoroutes et qui sont chroniquement beaucoup plus exposés aux cambriolages et autres actes de criminalité transfrontalière que les cantons de Suisse centrale ou même de grands centre urbains comme Zurich, comme le montrent les statistiques fédérales. Le lien très clair entre criminalité et absence de contrôle aux frontières démontre pour ceux qui en doutaient encore que Schengen est un problème et non une solution.

Deuxièmement, la baisse de la criminalité constatée en Suisse romande correspond à une baisse de la criminalité importée. Elle n’est due à aucune politique particulière des autorités cantonales concernées, encore moins à la disparition spontanée d’un problème, mais à l’action des gardes-frontières français. Il faut donc s’attendre à une nouvelle explosion de criminalité étrangère dès la fin de l’état d’urgence si la Suisse tarde à réintroduire ses propres contrôles aux frontières.

Troisièmement, la sécurité s’améliore lorsque les criminels étrangers restent à l’étranger. L’expulsion systématique des personnes condamnées avec interdiction de revenir sur le territoire suisse pour une durée de 5 à 20 ans constitue donc bien une réponse adéquate aux problèmes de sécurité d’une Suisse beaucoup trop attractive. 

 

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (GE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.02.2020
L'UDC Suisse apprend avec inquiétude que le nombre de personnes malades, voire décédées à cause d'une infection... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
21.02.2020
Réuni aujourd'hui à Muotathal (SZ), le groupe parlementaire UDC s'est clairement prononcé contre l'introduction d'une "rente de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
19.02.2020
Le Conseil fédéral souhaite que la Suisse participe avec un montant de 297 millions de francs à... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Agriculture

Pour une production indigène.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord