Participer
éditorial

L’Etat de droit suisse, un exemple pour la communauté internationale

L’UE n’est pas seule à pouvoir invoquer son droit à l’autodétermination. La Suisse peut parfaitement en faire autant.

Les droits humanitaires et fondamentaux sont garantis en Suisse. La communauté internationale le reconnaît et l’apprécie. Cette qualité vaut à la Suisse des éloges réguliers. Les droits humanitaires et fondamentaux sont à la base de l’Etat de droit et contribuent à la prospérité et à la qualité de la vie. Ce n’est pas un hasard si la Suisse s’installe régulièrement aux premières places du "Better Life Index" de l’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques). Un oui à l’initiative pour l’autodétermination n’y change rien. Il va de soi que la Suisse continuera de respecter les droits humanitaires et fondamentaux.

Le respect des droits humanitaires et fondamentaux va de soi

L’initiative pour l’autodétermination ne limite absolument pas les droits humanitaires et fondamentaux. La nouvelle Constitution fédérale du 18 avril 1999 retient dans ses articles 7 à 34 tous les droits fondamentaux – également ceux qui, avant, n’étaient pas explicitement inscrits dans notre charte.

L’initiative pour l’autodétermination garantit totalement le respect des droits humanitaires et fondamentaux par les tribunaux suisses. Elle est aussi une preuve de confiance dans la justice helvétique qui connaît les conditions suisses et qui est démocratiquement légitimée.

La réputation internationale de la Suisse

La fiabilité de la jurisprudence et, partant, l’Etat de droit suisses suscitent régulièrement des éloges au niveau international. Un partenaire contractuel de la Suisse peut avoir confiance que tous les accords internationaux sont fidèlement respectés et appliqués par les tribunaux suisses.

Les normes nationales et internationales peuvent se contredire. Ce sont précisément ces cas que l’initiative pour l’autodétermination vise à clarifier. La confiance dans l’Etat de droit suisse en sera renforcée. Ce n’est pas parce que quelques commentateurs ont hurlé à la fin de l’Etat de droit suisse au moment du lancement de l’initiative pour l’autodétermination que la réputation internationale de la Suisse a été atteinte. C’est le contraire qui est vrai.

Il ne s’agit pas d’une attaque matérielle contre la Convention européenne des droits de l’homme

L’initiative pour l’autodétermination n’exige pas la résiliation de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales (CEDH). Mais elle en accepte l’éventualité.

Le fait suivant est capital: la soumission de la Suisse aux juges étrangers de Strasbourg n’a jamais été soumise au vote du peuple et des cantons. La communauté internationale manifeste de la compréhension pour la démocratie directe suisse. Il va de soi que même si la Suisse quittait la CEDH, elle ne serait pas considérée comme un pays régi par l’injustice.

On est au contraire convaincu au niveau international que la justice suisse peut entièrement garantir les droits humanitaires et fondamentaux même sans la Cour européenne des droits de l’homme. Le refus de se soumettre à ce tribunal est d’ailleurs devenu tolérable depuis le 18 décembre 2014. Pourquoi dis-je cela? La Cour de justice de l’UE est en effet arrivée à la conclusion dans un avis de droit que l’adhésion de l’UE à la CEDH violerait l’autonomie de l’UE.

C’est une évidence à mes yeux: l’UE n’est pas seule à pouvoir invoquer son droit à l’autodétermination. La Suisse peut parfaitement en faire autant.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (SG)
plus sur le thème
Exposé
partager l’article
03.04.2020
L’épidémie de Coronavirus et ses conséquences n’étaient initialement pas bien connues. Il est aujourd’hui clair que le... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
31.03.2020
Le coronavirus est extrêmement contagieux, mais il est en premier lieu dangereux pour les personnes âgées et... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Agriculture

Pour une production indigène.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Armée

La sécurité de la population.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord