Participer
éditorial

Lex Netflix, quand l’Etat prétend dicter nos choix

La Loi sur le cinéma ou Lex Netflix vise non seulement à augmenter les subventions en faveur du cinéma suisse mais prétend également imposer aux grands diffuseurs internationaux la diffusion d’un quota de 30% de productions européennes sur nos écrans. Cela en faisant fi du choix du consommateur.

En principe, le spectateur choisit ce à quoi il veut assister en fonction de ses goûts personnels. C’est ainsi que certains artistes connaissent le succès, d’autres non. Le public décide souverainement, on ne saurait lui imposer un spectacle dont il ne veut pas. Mais il boude trop souvent le cinéma suisse. La production indigène ne correspond pas à ce dont la majorité d’entre nous souhaite profiter. Lorsqu’un produit rate sa cible, on le modifie. Mais pas en matière de cinéma. Pour compenser le désintérêt populaire, il faut augmenter les subventions. La loi se propose donc de prélever 4% des bénéfices réalisés par les diffuseurs à succès pour sponsoriser des productions confidentielles réservées aux seules Journées de Soleure. Toujours 18 millions de plus à disposition de cinéastes produisant des œuvres sans public.

En parallèle, on veut imposer un quota de 30% de films européens dans la programmation des Netflix, Disney+, TFI, M6 et autres. Les diffuseurs ne seraient donc plus souverains en matière d’offre. Ils ne pourraient plus se baser exclusivement sur les goûts de leur clientèle. Et donc, cette même clientèle ne serait plus maitresse de ses choix. Avec la Lex Netflix, l’Etat entend contrarier notre libre arbitre en nous imposant des produits dont nous ne voulons pas. C’est en quelque sorte une forme de culture obligatoire, un mauvais moment à passer pour mériter ce que nous apprécions.

C’est un non déterminé que nous devons glisser dans l’urne le 15 mai prochain. En matière de cinéma pas plus qu’ailleurs, il ne saurait être question de taxer le succès pour sponsoriser l’échec. C’est à l’artiste de convaincre, c’est par son talent qu’il trouve son public. Et c’est à nous de décider où porter notre intérêt. L’Etat n’a pas à choisir à notre place, à nous assigner le statut de public contraint. La Lex Netflix vise à instaurer le divertissement obligatoire, ceci au mépris de la liberté du public. Le principe général se résume ainsi, moins il a de spectateurs, plus le cinéaste touche de subventions. Mais l’argent ne remplace pas le talent.

Non le 15 mai prochain.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseillère nationale (GE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
25.09.2022
Le OUI du peuple à la réforme de l'AVS est un pas important vers des rentes sûres... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
21.09.2022
L'UDC s'engage au Palais fédéral en faveur des habitants de la Suisse. Lors des sessions extraordinaires qu'elle... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
20.09.2022
L’acceptation du contre-projet à l’initiative sur les glaciers par la majorité de centre-gauche du Parlement en cette... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Armée

La sécurité de la population.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – IBAN:CH83 0023 5235 8557 0001 Y

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord