Participer
éditorial

L’UDC augmente la pression pour faire appliquer correctement l’article constitutionnel sur le renvoi

Après la présentation du rapport final du groupe de travail chargé d’appliquer l’article sur le renvoi inscrit dans la Constitution fédérale, la direction de l’UDC a fait une analyse détaillée de…

Après la présentation du rapport final du groupe de travail chargé d’appliquer l’article sur le renvoi inscrit dans la Constitution fédérale, la direction de l’UDC a fait une analyse détaillée de la situation. Les propositions de la majorité du groupe de travail sont inacceptables et violent de manière évidente et grave la volonté du peuple. La criminalité étrangère reste alarmante. Le rapport en fait une description effrayante. Le groupe de travail a néanmoins saisi cet article constitutionnel approuvé par le peuple et les cantons comme prétexte pour placer le droit international non impératif et ses interprétations excessives au-dessus du nouveau droit constitutionnel. Il s’agit là d’une attaque en règle contre l’instrument de l’initiative populaire. La direction de l’UDC Suisse a donc décidé de se présenter vendredi 8 juillet 2011 devant les médias pour informer sur la suite des événements.

L’article constitutionnel sur le renvoi approuvé par le peuple et les cantons ne doit surtout pas provoquer le moindre changement de la pratique de renvoi des étrangers criminels: c’est ainsi que l’on peut résumer la position de la majorité du groupe de travail constitué par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga pour prétendument appliquer l’initiative sur le renvoi. Or, les initiateurs et le peuple qui les a soutenus voulaient exactement le contraire, c’est-à-dire un durcissement de la pratique de renvoi qui doit désormais se baser sur un certain nombre de délits clairement définis. Le groupe de travail a préféré reprendre le contreprojet inapte rejeté par la majorité du peuple et tous les cantons. Avec l’introduction d’une peine minimale de six mois selon la proposition de la majorité du groupe de travail, 84% des étrangers criminels ne pourraient plus être expulsés alors que les délits qu’ils ont commis tombent pour une bonne part sous le coup de l’initiative sur le renvoi.

Le droit international non impératif empêche d’autres renvois
Les variantes retenues par la majorité ménagent de surcroît une large marge d’interprétation qui permettrait tribunaux et autorités exécutantes de saper encore un peu plus l’article constitutionnel, donc d’empêcher un renvoi en se référant par exemple à la libre circulation des personnes ou à des « raisons personnelles graves ». Parmi ces dernières, il y a notamment la situation familiale (enfants, partenaire), sociale (pas de réseau de connaissances dans le pays d’origine) et culturelle (par de rapport avec le pays d’origine) que le criminel étranger peut faire valoir pour éviter une expulsion. Le droit impératif non contraignant et ses interprétations excessives par des tribunaux et autorités (de l’étranger, notamment) passeraient dans tous les cas avant le nouveau droit constitutionnel, donc aussi avant la sécurité des citoyennes et des citoyens.

Chiffres effrayants concernant la criminalité étrangère
Aspect positif du rapport publié par le groupe de travail, la situation dans le domaine de la criminalité étrangère est décrite sans ménagement. Selon l’Office fédéral de la statistique, 24 192 personnes ont été condamnées en 2009 pour des délits graves. Dans 16 408 cas il s’agissait d’étrangers, chiffre qui équivaut à 67,8% de tous les délinquants condamnés. 8013 d’entre eux n’avaient pas d’autorisation de séjour. Ces chiffres témoignent de la proportion inacceptable que la criminalité étrangère a prise en Suisse. C’est dire aussi que l’article constitutionnel sur le renvoi est indispensable pour induire un changement de pratique augmentant la sécurité de la population. S’il en allait selon les propositions de la majorité du groupe de travail, à peine 2500 étrangers criminels seraient expulsés chaque année. Le problème de la criminalité étrangère persisterait et personne n’y changerait rien.

La direction de l’UDC informe sur la marche à suivre
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga ne semble de surcroît nullement pressée d’appliquer l’article constitutionnel. La procédure de consultation concernant les dispositions d’application n’est prévue que pour début 2012 et le message adressé au Parlement ne suivra sans doute qu’un an plus tard. La direction de l’UDC n’accepte pas cette tactique d’obstruction. Elle informera vendredi prochain, 8 juillet 2011 sur la suite des événements. L’UDC n’admet pas que cet article constitutionnel clairement approuvé par le peuple et les cantons ne soit pas correctement appliqué. Les citoyennes et les citoyens ont droit à plus de sécurité – comme ils l’ont clairement exigé dans l’urne.

par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Peter Keller
Comment le Conseil fédéral a-t-il résolu les problèmes d’immigration dans les années 60? En fixant des contingents.... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.02.2020, de Martina Bircher
Le cas du bébé abandonné à Därstetten (BE) par sa mère allemande Marion W. a choqué la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Armée

La sécurité de la population.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord