Participer
éditorial

L’UDC offre au Parlement le choix demandé

En proposant trois candidats provenant des trois grandes régions linguistiques de Suisse, l’UDC offre au Parlement le choix exigé en vue des élections au Conseil fédéral du 9 décembre prochain.

En proposant trois candidats provenant des trois grandes régions linguistiques de Suisse, l’UDC offre au Parlement le choix exigé en vue des élections au Conseil fédéral du 9 décembre prochain. La concordance au gouvernement national pourra ainsi être rétablie et avec elle la stabilité politique dont la Suisse a un urgent besoin. Les 30% d’électrices et d’électeurs qui ont voté UDC et qui se sont donc prononcés pour la limitation de l’immigration et contre l’adhésion à l’UE retrouveront enfin la représentation qui leur revient à l’exécutif. Continuer dans ces conditions de pratiquer des petits jeux au détriment de l’UDC, c’est agir contre les intérêts du pays.

En proposant trois candidats de qualité égale, l’UDC répond à plusieurs exigences qui avaient été formulées ces derniers temps en vue de l’occupation du siège devenu vacant au Conseil fédéral:

  1. Pour le moment, seul un siège occupé par un représentant de la Suisse alémanique se libère.
  2. Tous les grands partis sont traditionnellement représentés par un conseiller fédéral de langue maternelle française en plus d’un alémanique.
  3. La Suisse italophone attend depuis plus de 16 ans d’être représentée au Conseil fédéral.

Des prétextes

Les critiques avancées contre la proposition que l’UDC fait au Parlement sont le plus souvent infondées, voire carrément malhonnêtes. Que celles et ceux qui ne veulent pas accorder à l’UDC un deuxième siège au Conseil fédéral l’annoncent ouvertement au lieu de se réfugier derrière des arguments de mauvaise foi! Prétendre que le siège vacant ne peut en aucun cas être occupé par un candidat romand, c’est affirmer qu’à l’avenir seuls le PLR et le PS ont encore le droit de présenter des candidats de la Suisse francophone, car ces deux partis ont chacun un représentant romand au gouvernement. Ces mêmes milieux ignorent superbement qu’il y a moins de dix ans un trio romand siégeait au Conseil fédéral avec Pascal Couchepin, Joseph Deiss et Micheline Calmy-Rey. Les critiques lancées contre le candidat italophone ne sont guère convaincantes non plus. Qui serait mieux placé pour représenter le Tessin que le président en exercice du gouvernement tessinois qui, de surcroît, vient d’être brillamment réélu au Conseil d’Etat? Quant au représentant de Suisse alémanique sur le ticket, il s’est imposé contre plusieurs concurrents dans le cadre d’une procédure démocratique au sein du groupe parlementaire UDC. Cette procédure est appliquée depuis toujours par tous les groupes lorsqu’il s’agit de choisir entre plusieurs propositions.

Rien de nouveau sous le soleil

Les milieux qui dénigrent le ticket à trois de l’UDC en le qualifiant de "proposition alibi" expriment ouvertement leur mépris à l’égard des minorités linguistiques et appliquent d’autres poids et mesures à l’UDC qu’aux partis concurrents. Rappelons que l’actuelle conseillère fédérale PDC est issue d’une proposition unique alors que son prédécesseur a été choisi dans un ticket à trois représentant également les trois grandes régions linguistiques de Suisse. Ces propositions ont été acceptées et le Parlement fédéral a fait son choix sans grandes discussions et sans qu’il fût question de coup de force ou d’exercice alibi.

Le nouveau conseiller fédéral représentera l’UDC

Le sommet de l’absurdité est atteint quand on reproche à l’UDC d’exercer un chantage sur le Parlement avec son ticket à trois. L’UDC est-elle le seul parti qui n’a pas le droit de présenter les personnes par lesquelles elle souhaite être représentée au gouvernement national? Autant dire que plus aucun parti ne peut faire de proposition. Les partis représentent les intérêts de leurs électrices et électeurs. C’est leur raison d’exister, si bien qu’ils ont le droit de faire des propositions au Parlement via leurs groupes parlementaires. Dans notre système de concordance, ces différents intérêts sont réunis au sein du gouvernement. Les partis introduisent leurs points de vue et leurs idées dans le collège gouvernemental par l’intermédiaire de leurs conseillers fédéraux. Cette concurrence des idées est un facteur central du profond ancrage de notre gouvernement national et détermine l’acceptation de notre système politique par le peuple.

Petits jeux avec l’UDC

Les critiques lancées ces derniers jours visent également l’art. 9 al. 3 des statuts de l’UDC. Selon cette disposition, des personnes qui acceptent une élection au Conseil fédéral alors qu’elles n’ont pas été proposées par le groupe UDC aux Chambres fédérales ne peuvent pas être membres de l’UDC. Cette règle statutaire clarifie la situation. Durant les vingt dernières années, le Parlement n’a pratiqué ses petits jeux malsains qu’avec l’UDC, et cela quasiment à chaque élection gouvernementale. La dernière fois que l’Assemblée fédérale a élu une personne d’un autre parti qui n’avait pas été proposée comme candidate par son groupe, c’était il y a 22 ans: il s’agissait de Francis Matthey qui a ensuite été forcé par le Parti socialiste de refuser son élection. Conclusion: lorsque l’UDC demande l’élection d’un candidat qui représente la ligne du parti, elle se fait vertement critiquer alors que les autres partis réclament ce droit comme allant de soi.

Les statuts de l’UDC ne restreignent absolument pas le choix de l’Assemblée fédérale. Chacun doit cependant savoir qu’il appartient à l’UDC de décider si un conseiller fédéral élu par le Parlement représente le parti ou s’il ne le représente pas. Compte tenu des lourds défis qui attendent notre pays, on ose espérer que le Parlement fasse preuve de clairvoyance et de sens des responsabilités. Celles et ceux qui continuent de chercher des prétextes pour jouer à leurs petits jeux lors de cette élection n’ont sans doute pas autre chose en tête. Ils prouvent avant tout qu’ils sont incapables d’assumer la responsabilité de leur pays.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (SG)
plus sur le thème
Exposé
partager l’article
03.04.2020
L’épidémie de Coronavirus et ses conséquences n’étaient initialement pas bien connues. Il est aujourd’hui clair que le... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
31.03.2020
Le coronavirus est extrêmement contagieux, mais il est en premier lieu dangereux pour les personnes âgées et... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord