Participer
éditorial

Monnaie pleine… d’incertitudes

L’initiative « Monnaie pleine » a été déposée en décembre 2015 par l’association Modernisation monétaire (MoMo) qui estime que la création de monnaie par les banques au moyen du crédit étend la masse monétaire de manière incontrôlée, ce qui aggrave constamment le risque de nouvelles crises financières. En effet, seul 10% de la masse monétaire est créée par la Banque nationale sous forme de pièces et billets de banque, le reste est mis en circulation par les banques commerciales en octroyant des crédits aux particuliers et aux entreprises sous forme électronique.

L’initiative demande que seule la Banque nationale gère la masse monétaire. Les espèces, mais aussi la monnaie électronique, deviendraient des moyens de paiement officiels assurés par la BNS. Pour mettre cette « monnaie pleine » à l’abri des crises, les banques devraient être en permanence en mesure de garantir en espèce les montants versés sous forme électronique dans leur totalité et à tout moment. L’objectif de « Monnaie pleine » est d’éviter une situation où les clients se précipitent en masse à la banque pour retirer leurs avoirs, causant ainsi la faillite de l’établissement financier qui n’aurait pas les moyens d’assurer tous ces dépôts électroniques sous forme physique.

La fin du crédit tel que nous le connaissons
En limitant la possibilité aux banques de créer de la monnaie, l’initiative aura un impact énorme sur le crédit, et donc sur les investissements, moteurs de l’économie. Les PME en souffriraient particulièrement. En effet, elles génèrent actuellement 89 % du volume total des crédits commerciaux en Suisse. L’initiative « Monnaie pleine » poserait des problèmes aux entreprises désireuses d’investir et de créer des emplois. Une obtention plus difficile de crédit aura également des conséquences pour tous les locataires. Une réduction des investissements signifie une réduction du nombre des logements disponibles. Et quand les prix de l’immobilier augmentent, les loyers suivent tôt ou tard.

Finalement, Le système actuel permet à l’argent de « travailler » en générant des intérêts. Ce principe ne sera plus possible avec « monnaie pleine ». L’argent qui ne travaille pas ne génère pas de bénéfices. Il dort à la banque comme le ferait une pièce de 5 francs dans un coffre. Les frais de gestion augmenteront, car les charges des banques pour le trafic de paiement ne diminueront pas et il n’y aurait pas d’autre moyen de faire fructifier ces comptes. Les frais pour toute transaction, un achat au supermarché par exemple, devraient être répercutés sur les clients. Cela affecterait pratiquement l’ensemble de la population.

Nous ne sommes pas des cobayes.
Ce modèle n’a jamais été testé dans aucun pays. Les partisans de l’initiative admettent volontiers que la Suisse doit servir de terrain d’essai. Ce procédé est malhonnête et à très haut risque. Le système monétaire helvétique serait alors complètement différent du système en vigueur dans le reste du monde, avec toutes les conséquences que cela sous-entend pour la Suisse qui jouit pourtant aujourd’hui d’un système monétaire stable et performant, où les avoirs sont en sécurité sur les comptes. C’est pourquoi il est nécessaire de voter non à l’initiative « monnaie pleine ». Nous sommes tous concernés.

partager l’article
par l’auteur
SVP conseiller national (VD)
en lire plus
Thèmes et positions
Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord