Participer
éditorial

Ne vous trompez pas de cible : non le 19 mai !

Sans effet sur les criminels qui ne se fournissent jamais sur le marché légal, la nouvelle directive Schengen veut interdire la détention d’armes par les honnêtes gens. Elle ne cible donc pas les terroristes mais les citoyens, leurs droits, leurs libertés, leur vote, leurs traditions.

Schengen est un traité Frankenstein, on le sait, une fausse bonne idée qui a échappé à ses créateurs depuis longtemps et qui vit sa propre vie technocratique. Fabriqué avec des morceaux de souveraineté prélevés sur les Etats qui l’ont institué, le traité évolutif de Schengen prétend apporter plus de sécurité aux Etats en leur interdisant de contrôler leurs frontières.

De directive en directive, le traité évolutif a conduit l’Union européenne là où aucun peuple n’aurait choisi d’aller. Sa dernière mutation, qui ne convainc personne mais oblige tout le monde, constitue sans doute l’exemple le plus actuel et le plus éloquent du danger qu’il y a pour une démocratie à mettre le doigt dans l’engrenage de la reprise obligatoire du droit évolutif d’une puissance étrangère.

La Suisse officielle aime à souligner que notre pays a le droit de siéger dans les groupes de travail concernés et que des experts suisses y apportent leurs connaissances et leurs expériences lors de l’élaboration d’actes légaux. Certes, mais on sait aussi que la Suisse n’a pas le droit de voter dans ces organes, juste celui de rendre compte de la façon dont elle entend s’acquitter de son obligation d’obéissance.

L’UE ne peux pas nous protéger
Dans le cas présent, elle le fera par une loi fédérale de mise en œuvre d’une directive européenne opposant frontalement les idées de sécurité et de liberté, qui en Suisse vont pourtant de pair, et qui se méfie de la responsabilité individuelle et collective plus encore que des terroristes. Mais une loi sujette à référendum, puisque c’est encore une loi suisse.

Nous voterons donc le 19 mai pour dire si nous aimons mieux obéir à l’UE ou à nos traditions, si nous nous sentons mieux protégés par les fonctionnaires de Bruxelles armés de directives ou par nos concitoyens responsables, et surtout si nous renonçons à une démocratie vivante dans les nombreux domaines régis par le droit de l’UE ou si nous avons encore envie de voter demain sur les sujets qui nous concernent. Pour toutes ces raisons, nous devons voter NON à la directive UE sur les armes le 19 mai 2019.

Pour plus d’informations : eu-diktat-nein.ch/fr/

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (GE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.02.2020
L'UDC Suisse apprend avec inquiétude que le nombre de personnes malades, voire décédées à cause d'une infection... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Peter Keller
Comment le Conseil fédéral a-t-il résolu les problèmes d’immigration dans les années 60? En fixant des contingents.... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Agriculture

Pour une production indigène.

Armée

La sécurité de la population.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord