Participer
éditorial

Juridiction hors sol de l’ONU contre légitimité démocratique

Ainsi donc, Le Comité des droits de l’homme de l’ONU, organe de surveillance du Haut-commissariat aux droits de l’Homme (HCR), s’apprête à remettre en cause la loi française du 11 octobre 2010 sur la dissimulation du visage dans l’espace public. L’instance, constituée de dix-huit juristes internationaux, devrait rendre en octobre ses constatations à propos de deux requêtes de femmes verbalisées pour avoir violé cette loi. Le Comité devrait juger que la législation française sur le voile intégral « porte atteinte à la liberté religieuse » et crée une « discrimination » à l’encontre de ces femmes.

Laïcité ou liberté ?
Cet avis s’inscrit dans la lignée des dernières prises de position du Comité. L’été dernier, les experts avaient rendu leurs conclusions concernant l’affaire Fatima Atif, du nom de cette salariée marocaine licenciée de la crèche «Baby-Loup» pour faute grave en 2008 après avoir refusé d’ôter son voile au travail. La crèche avait mis en avant l’interdiction du port de signes religieux au nom de la neutralité. Son éviction avait d’ailleurs été validée en 2014 par la Cour de cassation. Toutefois, les juristes du Comité ont estimé en août que « l’interdiction qui lui a été faite de porter son foulard sur son lieu de travail constitue une ingérence dans l’exercice de son droit à la liberté de manifester sa religion ». Ils ont également épinglé la France, jugeant qu’elle « n’a pas apporté de justification suffisante » permettant de conclure que « le port d’un foulard par une éducatrice de la crèche porte atteinte aux libertés et droits fondamentaux des enfants et des parents la fréquentant ».

La volonté du peuple face à la dictature du juridisme
Voilà ce qui nous attend, si nous acceptons que les décisions d’une nébuleuse juridique constituée de juristes cooptés en fonction de leur appartenance idéologique priment sur la Constitution Suisse. Bien sûr, on me rétorquera que ces arrêts de juges étrangers ne sont pas contraignants pour l’heure. C’est vrai, mais la soumission progressive du politique au juridique ne laisse rien augurer de bon. Une juridiction hors sol et internationaliste représente de gros avantages pour les puissants groupes mondialistes cherchant à établir un pouvoir sans frontières : elle n’a besoin d’aucune légitimité démocratique, est malléable à souhait et permet d’ignorer la volonté populaire. Ce qui s’installe peu à peu, c’est une dictature planétaire reposant sur un juridisme orienté en fonction d’intérêts particuliers. Il faut ici se rappeler que le nazisme était nullement un état de « non droit », mais un état basé sur un droit dévoyé. Demain, les fantômes du IIIème Reich pourraient bien nous rattraper au niveau planétaire, si nous n’affirmons pas la primauté de notre Constitution et de la prise de décision démocratique sur un droit international tatillon, déresponsabilisé, abstrait, à géométrie variable et aux ordres. Demain, c’est aujourd’hui. Et aujourd’hui, les citoyens suisses ont encore une arme institutionnelle pour empêcher cette évolution fatale en votant OUI à l’initiative contre les juges étrangers le 25 novembre.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Oskar Freysinger
UDC Chef de campagne pour la Suisse romande (VS)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
30.06.2020
L'UDC salue l'ouverture, par son conseiller fédéral Ueli Maurer, de négociations avec la Grande-Bretagne en vue de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
30.03.2020, de Thomas Aeschi
L'immigration dictée par l'UE causera des dommages irréparables à notre ordre politique et détruira la Suisse telle... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
21.01.2020
Dans le contexte du pacte de l'ONU pour les migrations, l'UDC exige que le Conseil fédéral soit... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Agriculture

Pour une production indigène.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord