Participer
éditorial

Par le peuple et pour le peuple

La démocratie directe telle que nous la concevons, qui place le citoyen au sommet de la pyramide décisionnelle, est bien mal en point.

Depuis trop longtemps, le Parlement s’est octroyé la prérogative de revisiter les dispositions constitutionnelles introduites par le biais d’initiatives populaires. On ne sera pas étonné que ces hold-up démocratiques frappent exclusivement les textes déposés par l’UDC, parti qui remporte l’adhésion populaire de plus en plus fréquemment, au grand dam des autres formations. Oubliant qu’il incombe au Parlement de transcrire dans une loi d’application les dispositions constitutionnelles soutenues en votations populaires, les partis s’ingénient à ôter toute force aux textes en question.

On vient de le voir ces jours-ci avec l’application de l’initiative contre l’immigration de masse qui heurte de plein fouet ce que Suisses et Suissesses avaient décidé, ceci simplement pour s’aplatir une nouvelle fois devant Bruxelles. Les adeptes de l’adaptation libre ont évoqué la mise en œuvre du texte de l’UDC pour expliquer cette scandaleuse retraite en rase campagne, faisant mine d’oublier que s’il s’agissait effectivement d’un texte UDC avant la votation, c’est maintenant en revanche une disposition constitutionnelle. Dans la pratique, rien ne changera, la volonté populaire restera lettre morte.

Autre exemple avec l’expulsion des criminels étrangers. Là encore, le monde politique était vent debout contre l’UDC qui souhaitait renvoyer chez eux les délinquants venus d’ailleurs. Frappés par le crime vagabond, la population et les cantons avaient apporté leur soutien au texte, pour la plus grande irritation de la classe politique. Cette dernière n’allait pas tarder à se venger en interprétant de façon audacieuse les dispositions constitutionnelles pourtant claires. La montagne allait cette fois encore accoucher d’une souris avec la notion de cas de rigueur qui permet de renoncer à une expulsion, exceptions qui deviendront très vite la règle comme de bien entendu. Peu satisfaite de voir de quelle manière Parlement et Gouvernement foulent aux pieds la volonté populaire, l’UDC a déposé une seconde initiative visant à faire appliquer la première. Au terme de la campagne, la population a soutenu le texte d’application avec ses dispositions aléatoires. Manifestement, les amis de la délinquance sans frontière sont toujours hostiles à l’idée d’expulser les étrangers qui prennent notre pays pour un terrain de jeu.

On ne sera donc pas surpris que le canton de Genève prenne la tête de la fronde en signalant que l’application de la loi posera d’énormes problèmes, énormes problèmes qui conduiront sans doute à une mise en œuvre aussi légère que possible. On évoque une surcharge des tribunaux qui auront à se pencher sur la question de l’expulsion, ce qui ajoutera à l’asphyxie dont ils sont déjà victimes. Ensuite, c’est au niveau de la population carcérale que le bât blessera, impliquant l’incarcération de nombreux condamnés en attente de départ dans des prisons déjà surchargées.

Manifestement, l’appareil judiciaire explique préventivement pourquoi la loi ne sera appliquée qu’avec retenue compte tenu des problèmes qu’elle cause. Pas un mot bien sûr quant à la sécurité qui sera considérablement améliorée avec le départ des criminels hors sol si d’aventure justice et administration voulaient bien faire ce que le peuple attend d’elles.

Face à tant de désinvolture de la part de nos autorités, souvenons-nous des mots d’Abraham Lincoln dans son discours de Gettysburg qui évoquait le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Prononcés le 19 novembre 1863, ces propos restent d’une étonnante modernité face aux fossoyeurs de la démocratie directe.

par l’auteur
UDC conseillère nationale (GE)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
30.03.2020, de Albert Rösti
Communiqué de presse
partager l’article
24.02.2020
L'UDC Suisse apprend avec inquiétude que le nombre de personnes malades, voire décédées à cause d'une infection... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord