Participer
éditorial

Politique d’asile: il faut enfin agir!

Lorsque la fumée de ces tirs d’artillerie se sera dissipée, il sera temps de revenir aux faits.

L’article paru dans le journal dominical "Sonntagszeitung" annonçant une éventuelle initiative UDC sur l’asile a provoqué passablement de remous – et c’est très bien ainsi. Comme de coutume en pareil cas, la réaction des autres partis politiques et d’une partie des médias consiste à tirer à boulets rouges sur l’UDC. Lorsque la fumée de ces tirs d’artillerie se sera dissipée, il sera temps de revenir aux faits.

Quel est l’objectif de l’UDC?

Les milieux, qui tentent d’enjoliver la hausse constante du nombre de demandes d’asile, passent complètement à côté de la réalité. Entre avril et juin de cette année, ces demandes ont fait un bond de 50%. Il est grand temps de reprendre le contrôle du secteur de l’asile qui échappe manifestement à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Une comparaison avec les statistiques de nos voisins indiquent clairement que la Suisse subit un afflux disproportionné de requérants d’asile. Voici les chiffres de 2013 tirés de la statistique de l’asile de l’Office fédéral de la migration:

  • Suisse: 8 millions d’habitants, 21 465 demandes d’asile.
  • Allemagne: 81 millions d’habitants, 109 580 demandes d’asile. Si la Suisse recevait le même nombre de requérants proportionnellement à sa population, elle n’en compterait que 10 800 environ. 
  • France: 66 millions d’habitants, 65 894 demandes d’asile. Si la Suisse recevait le même nombre de requérants proportionnellement à sa population, elle n’en compterait que 8000 environ.
  • Autriche: 8,5 millions d’habitants, 17 503 demandes d’asile. Si la Suisse recevait le même nombre de requérants proportionnellement à sa population, elle n’en compterait que 16 500 environ.
  • Italie: 61 millions d’habitants, 27 932 demandes d’asile. Si la Suisse recevait le même nombre de requérants proportionnellement à sa population, elle n’en compterait que 3700 environ.
     

Les conclusions à tirer de ces chiffres sont claires:

  • en comparaison européenne, la Suisse fait partie des pays qui reçoivent le plus de demandes d’asile proportionnellement à leur population (selon le HCR-ONU, la Suisse occupe le 4e rang derrière Malte, la Suède et le Luxembourg). Les pays voisins de la Suisse subissent un afflux de requérants d’asile nettement plus faible. L’idée d’une Suisse non solidaire colportée ces derniers jours par quelques politiques et médias est totalement fausse. C’est le contraire qui est vrai.
  • le traité de Dublin est grossièrement violé, notamment par l’Italie. Contrairement aux termes de cet accord, notre voisin du sud n’enregistre pas la majorité des requérants d’asile arrivant sur son territoire et les envoie tous simplement vers le nord du pays.
  • l’UE et la Suisse tolèrent sans réagir cette violation du traité et la Suisse en supporte, proportionnellement à sa population, les principales conséquences.
  • la promesse faite par le Conseil fédéral et la majorité du Parlement, qui annonçaient que la Suisse, grâce à l’accord de Dublin, n’entrerait pas en matière sur les demandes de requérants provenant de pays sûrs, n’est pas tenue.
     

Partant de ce qui précède, l’UDC formule les exigences suivantes:

  • la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga doit enfin répondre à ses obligations et exiger de l’UE qu’elle veille au respect du traité de Dublin. Ce contrat satisfait l’exigence de l’UDC, à savoir qu’une personne arrivant en Suisse en provenance d’un Etat tiers considéré comme sûr n’a pas le droit à l’asile.
  • le pouvoir d’attraction que la Suisse exerce sur les requérants d’asile doit être réduit et les requérants, dont la demande a été refusée, doivent être systématiquement renvoyés.
  • les réfugiés de guerre doivent rester dans les centres d’accueil que l’ONU – donc également avec l’aide de la Suisse – a installé dans des pays voisins sûrs. Rappelons que la Confédération affecte chaque année quelque trois milliards de francs à l’aide à l’étranger. On peut se demander si cet argent est dépensé à bon escient.
  • compte tenu de la hausse constante du nombre de requérants d’asile et des problèmes que posent ces personnes, il est hors de question que la Suisse accueille en plus un contingent supplémentaire de 5000 réfugiés comme cela a été annoncé dans les médias. Un passage au système de contingentement serait envisageable et judicieux à partir du moment où la Suisse aura repris le contrôle de la situation dans le domaine de l’asile.
  • au lieu de gonfler encore l’industrie de l’asile qui provoque des charges financières exorbitantes, il faut réduire les dépenses à ce titre et soutenir en lieu et place les camps de réfugiés de l’ONU où, rappelons-le, même des familles sans aucun moyen financier ont une chance de trouver un abri sûr – contrairement au système actuel qui pousse des gens à verser des sommes énormes aux organisations criminelles de passeurs et risquer ensuite leur vie en traversant la Méditerranée avant d’atteindre éventuellement les frontières suisses. Et ces mêmes personnes apprennent ensuite après une onéreuse et longue procédure d’asile que leur demande doit être refusée.
partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (BE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
31.01.2020
En publiant aujourd'hui sa statistique de l'asile, la Confédération cherche comme de coutume à minimiser les conséquences... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
08.01.2020
L'UDC est révoltée par la décision du Tribunal administratif fédéral d'interdire le renvoi en Italie de familles... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
15.08.2019
La Confédération annonce une fois de plus une baisse du nombre de demandes d'asile. Pure propagande, car... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord