Participer
éditorial

Pour notre santé et pour les travailleurs de notre pays, il faut suspendre la libre circulation !

La pandémie de COVID-19 et, plus encore, les mesures ordonnées depuis le 13 mars ont provoqué une paralysie sans précédent de tout le pays et plongé celui-ci dans une crise économique et sociale elle aussi sans précédent. Un tiers des salariés de ce pays (1,85 million) est au chômage partiel et plus de 150’000 au chômage complet.

Une fois la propagation du virus stoppée, il faudra donc bien enrayer la crise économique et défendre les emplois des travailleurs de ce pays.

Les frontières protègent efficacement, l’Union européenne pas

Par quel moyen ? Celui-là même que le Conseil fédéral a identifié comme décisif pour préserver notre santé : le contrôle, au besoin par la fermeture de nos frontières. Car quand ça va mal, les frontières protègent.

Tous les pays signataires de l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) l’ont reconnu : sans aucun souci d’un quelconque intérêt commun, ils ont agi en ordre dispersé, dans l’unique souci de leurs intérêts nationaux. De son côté, l’Union européenne s’est montrée incapable de la moindre influence décisive dans la gestion de cette crise.

Le parlement vote la réouverture des frontières

Et voici qu’en acceptant une motion 20.3130 « Ouverture par étapes des frontières et rétablissement de la libre circulation des personnes », une majorité du Conseil national (sans l’UDC !) en appelle au rétablissement rapide de la libre circulation et à une gestion coordonnée de la pandémie dans l’espace Schengen ! Voici, de plus, que le Conseil fédéral lui emboite le pas en annonçant pour le 11 mai divers assouplissements des restrictions d’entrée en Suisse, cela sans aucun contrôle sanitaire d’entrée !

Et pourtant ! Cette libre circulation que le lobby mondialiste souhaite rétablir au plus vite : après avoir été une libre circulation du virus, il ne faut pas qu’elle devienne celle des chômeurs ! Nous n’avons pas le droit d’exposer les travailleurs de ce pays, déjà durement éprouvés par la crise, au risque de perdre leur emploi du fait d’une concurrence internationale exacerbée.

Les frontières nous protègent de façon décisive contre la propagation du virus. Elles protègeront tout aussi bien nos emplois !

Il faut agir maintenant pour protéger les travailleurs

La logique de l’action de ce lobby, malheureusement suivi par le Conseil fédéral, va ainsi à l’exact opposé des intérêts des travailleurs victimes de la crise : au lieu de les protéger en maintenant des contrôles adaptés à nos frontières, au besoin en suspendant pour une durée limitée l’application de l’ALCP, on veut les exposer au plus vite aux risques de la libre circulation des personnes, avatar européen de la mondialisation et d’une division internationale du travail dont cette crise aura marqué la faillite.

Pour l’UDC, seul parti à défendre vraiment les intérêts des travailleurs de ce pays, il est de notre devoir, comme le permet explicitement l’ALCP (art. 14 al. 2) en présence des « difficultés sérieuses » (c’est un euphémisme) que vivent les travailleurs, de les protéger en demandant immédiatement une réunion urgente du Comité mixte en vue de décider d’une suspension de l’application de l’ALCP pour la durée pendant laquelle la fermeture de nos frontières sera nécessaire pour enrayer la propagation du COVID-19 et préserver les travailleurs de notre pays des conséquences économiques de la crise. C’est ce que demande le groupe UDC dans une motion 20.3199.

plus sur le thème
éditorial
partager l’article
24.07.2020, de Jean-Luc Addor
Il y a dix ans, en 2010, en acceptant l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels, les... lire plus
Exposé
partager l’article
22.07.2020, de Thomas Aeschi
La libre circulation des personnes empêche l'expulsion d'étrangers criminels. Dix ans après l'acceptation de l'initiative sur le... lire plus
Exposé
partager l’article
22.07.2020, de Adrian Amstutz
Ne l'avons-nous pas dit et répété ? L'initiative pour le renvoi des étrangers criminels, que le peuple... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Armée

La sécurité de la population.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord