Participer
éditorial

Semaine difficile pour la place financiÈre suisse

L’heure n’est plus aux jubilations. Les informations qui ont filtré dans les médias concernant l’accord UBS avec les Etats-Unis ne promettent rien de bon pour la place financière suisse. Les…

L’heure n’est plus aux jubilations. Les informations qui ont filtré dans les médias concernant l’accord UBS avec les Etats-Unis ne promettent rien de bon pour la place financière suisse. Les autorités helvétiques ayant participé à ces négociations, on doit forcement s’attendre à ce que le Conseil fédéral accepte sans coup férir un nouveau ramollissement du secret bancaire. Cela n’est d’ailleurs plus qu’une formalité. La politique semble aussi avoir oublié très vite que cette crise bancaire a failli plonger notre économie nationale dans un désastre. La semaine dernière, la majorité du Conseil des Etats a en effet refusé de prendre des mesures actives afin d’éviter pareil risque à l’avenir.

La politique ne cesse de nous étonner. Le soir de l’annonce de l’arrangement conclu avec les Etats-Unis dans l’affaire UBS, les élus politiques se sont bousculés devant les micros pour commenter ce résultat – dont ils ignoraient les détails. Cet arrangement ne viole pas le droit suisse, affirmait la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf à la télévision. Contrairement aux autres commentateurs, elle connaissait à ce moment-là le contenu de l’arrangement. Il faudra donc la mesurer à l’aune de cette déclaration. Si le public est laissé si longtemps dans l’ignorance du contenu de cet accord, c’est sans doute parce que les autorités américaines espèrent créer un climat d’incertitude qui poussera d’autres clients américains à se dénoncer auprès du fisc américain. Machiavel ne désapprouverait sans doute pas ce procédé.

Tout le monde est content
A entendre les exclamations de joie on pourrait croire que toutes les parties sortent gagnantes de cet arrangement. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Or, nous savons tous très bien que pareils résultats sont pour le moins inhabituels en politique comme en économie, surtout lorsqu’ils interviennent après des semaines d’âpres négociations. Le principe de la double incrimination sera-t-il respecté? Le droit de recours ne sera-t-il pas restreint? Appliquera-t-on réellement l’accord de double imposition existant avec les Etats-Unis dans le cadre de la pratique admise jusqu’ici? Si on peut répondre par oui à toutes ces questions, cette affaire aurait aussi pu se dérouler dans le cadre « normal » de la procédure d’entraide administrative et judiciaire prévue pour ces cas. C’est dire que nous attendons avec intérêts les détails qui permettront de répondre à toutes ces questions.

L’UDC s’engage pour la Suisse
Par sa prise de position réservée concernant l’arrangement UBS, l’UDC s’est placée du côté des clients des banques et de la place financière suisse. L’UDC s’engage sans discuter pour une place financière forte et pour le maintien du secret bancaire. Mais il est clair aussi pour elle que les risques que représentent les grandes banques pour l’économie nationale en cas de crise doivent être minimisés. Nous continuerons de nous battre au Parlement pour faire adopter des mesures efficaces dans ce sens et nous ne nous laisserons pas décourager par le refus du Conseil des Etats d’agir rapidement – un choix dont le PDC et le PRD portent la principale responsabilité.

Le PS sacrifie l’emploi
Le PS a une fois de plus montré son vrai visage la semaine dernière. Ce parti qui combat depuis toujours le secret bancaire peut aujourd’hui jubiler. Une place financière forte est en effet en contradiction avec les efforts visant à pousser la Suisse dans l’UE. Il est évident que cette stratégie des socialistes coûte cher en termes d’emplois. Aussi, les bruyantes et théâtrales critiques lancées contre l’ancienne direction de l’UBS ne doivent-elles être considérées que comme une manœuvre de diversion. On préfère casser du manager que de parler des simples employés de banque auxquels la politique socialiste fait perdre leur emploi. La sournoiserie de la politique n’a décidément pas de limite.

par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
19.06.2020
La proportion de chômeurs variant fortement en fonction de la nationalité des salariés, il est absolument injuste... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
15.06.2020
Il n'est pas tolérable que la Suisse fasse cadeau à l'étranger de plus de 11 milliards de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
10.06.2020
Le Conseil national a durci la loi sur le CO2 par rapport aux projets du Conseil fédéral... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Armée

La sécurité de la population.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord