Participer
éditorial

Vote pour une non-application du texte contre l’immigration de masse

Avec la NON-application du mandat décidé le 9 février 2014 par le peuple et les cantons de gérer l’immigration de manière autonome, le Parlement se rend coupable d’une violation crasse – unique sous cette forme – de la Constitution suisse. Le bilan après trois ans de refus d’appliquer le mandat par la majorité du Conseil fédéral et du Parlement est catastrophique et les ruines légales projetées par les architectes du PLR ne traduisent rien d’autre qu’une capitulation hâtive face à l’UE. Une déclaration de soumission unilatérale et humiliante pour la majorité du peuple et des cantons.

Les plafonds et les contingents annuels pour les étrangers exerçant une activité lucrative devraient être fixés en fonction des intérêts économiques globaux de la Suisse et dans le respect du principe de la préférence nationale. Pourtant, la majorité du Conseil fédéral et du Parlement veut maintenant étendre immédiatement l’immigration massive à la Croatie, ce qui est contraire à la Constitution!

La majorité du Conseil fédéral est même contre ses propres principes, pourtant stipulés clairement dans son rapport du 5 mars 2010 «…si la nouvelle disposition constitutionnelle ne se prête pas à une mise en œuvre conforme, le Conseil fédéral considère traditionnellement que son acceptation par le peuple et les cantons doit être comprise comme une obligation de dénoncer les engagements internationaux faisant obstacle à sa réalisation.» C’est exactement cela qu’a expliqué au peuple suisse le Conseil fédéral dans son message concernant l’initiative populaire «Contre l’immigration de masse». La population a donc accepté en toute connaissance de causes les conséquences possibles de l’initiative.)

Que faire maintenant?

Le peuple et les cantons ont répondu à cette question en décidant d’un nouveau mandat constitutionnel, mandat qui fait l’objet d’une réglementation claire dans les dispositions transitoires.

Si les lois d’application afférentes ne sont pas entrées en vigueur dans les trois ans à compter de l’acceptation de l’art. 121a par le peuple et les cantons, le Conseil fédéral édicte provisoirement les dispositions d’application nécessaires par voie d’ordonnance.

C’est justement cela que le Conseil fédéral doit maintenant faire, puisqu’il n’y a pas de législation d’application conforme à la Constitution. La fraction UDC exige du Conseil fédéral qu’il remplisse la mission que lui impose la Constitution et qu’il édicte d’ici le 9 février 2017 une ordonnance spécifique. Si le Conseil fédéral devait également s’opposer à ce mandat constitutionnel, le peuple et les cantons ne pourraient plus alors freiner ces violeurs de la Constitution qu’en lançant une initiative visant à résilier l’accord sur la libre circulation des personnes.     

Un référendum contre la loi qui viole la Constitution donnerait à la majorité du Conseil fédéral et du Parlement, sous la direction du PLR, uniquement l’occasion de mener une fois de plus par le bout du nez et de manière tout ce qu’il y a de plus antidémocratique la majorité du peuple et des cantons. Avec cette violation de la Constitution que nous constatons aujourd’hui, c’est notre démocratie qui est foulée aux pieds.

Cette procédure quasi-traîtresse de la majorité du Parlement, lancée par le PLR et lâchement soutenue par le PDC, qui s’est hypocritement abstenu, traduit un mépris de la démocratie, qu’il sera difficile d’égaler. Quand à savoir si l’expression «violeurs de la Constitution» peut avoir un relent «criminel», c’est à chaque membre du Parlement d’en juger.   

>> Video du vote (en allemand)

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (BE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
21.02.2020
Réuni aujourd'hui à Muotathal (SZ), le groupe parlementaire UDC s'est clairement prononcé contre l'introduction d'une "rente de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
19.02.2020
Le Conseil fédéral souhaite que la Suisse participe avec un montant de 297 millions de francs à... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
18.02.2020
Le Forum PME tire la sonnette d'alarme: la compétitivité de l'industrie suisse s'est massivement détériorée ces dernières... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Armée

La sécurité de la population.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord