Participer
éditorial

Voulez-vous parier?

Les médias propagent depuis quelques jours la rumeur selon laquelle la Commission européenne rejetterait l’offre du Conseil fédéral de régler les questions institutionnelles. Il semble que, dans…

Les médias propagent depuis quelques jours la rumeur selon laquelle la Commission européenne rejetterait l’offre du Conseil fédéral de régler les questions institutionnelles. Il semble que, dans une première approche des propositions suisses, ladite commission ne dise que du mal de l’accord-cadre suggéré par la Berne fédérale dans le domaine de l’électricité, convention qui devrait par la même occasion servir de modèle à la future coopération institutionnelle. Comment s’en étonner dès lors que le 20 mars 2012, M. Barroso, président de la Commission européenne, avait de facto annoncé la fin de la voie bilatérale à l’issue d’un entretien avec la présidente de la Confédération, Eveline Widmer-Schlumpf? Il sera intéressant de connaître la réaction du Conseil fédéral à l’attitude de l’UE. Plusieurs indices annoncent que le gouvernement pourrait relancer l’EEE comme nouvelle option.

En fait, tout concorde. Depuis quelque temps déjà, Bruxelles augmente les pressions sur la Suisse pour la pousser à s’intégrer davantage dans l’Union européenne. Il s’agit, pour reprendre la terminologie de la Commission européenne, de dépasser le niveau de la coopération sectorielle qui marque depuis vingt ans les relations entre la Suisse et l’UE. Cette dernière souhaite une large harmonisation des régimes juridiques par le biais d’une reprise automatique du droit UE par la Suisse – et cela non seulement dans les domaines régis par les nouveaux accords, mais aussi dans ceux correspondant aux conventions bilatérales déjà en vigueur.

Procédant comme de coutume de manière dissimulée quand il est question des rapports avec l’UE, le Conseil fédéral a réagi cet été aux souhaits de l’UE en lui soumettant un accord-cadre institutionnel « emballé » dans un traité à priori anodin sur l’énergie électrique. Face au public suisse, le gouvernement a présenté ce projet comme un prolongement de la voie bilatérale, mais en réalité il a repris des dispositions essentielles du traité EEE que le souverain suisse a rejeté en 1992. Dans le message que la présidente de la Confédération, Eveline Widmer Schlumpf, a adressée à ce propos au président de la Commission européenne, M. Barroso, les lettres EEE paraissent non moins de dix fois. Et il est vrai que les mécanismes proposées par la Suisse pour la reprise du droit UE, l’interprétation des dispositions légales, le contrôle et le règlement des litiges s’inspirent largement des règles de l’EEE.

Relance du débat sur l’EEE

Parallèlement à ce processus, l’EEE vit comme par hasard une véritable renaissance dans le débat public en Suisse. Les quotidiens comme les médias électroniques l’ont fait revivre dans le courant de la semaine dernière. Même le négociateur en chef de l’époque a été tiré de sa retraite pour louer une fois de plus les avantages de cet accord que le peuple suisse a osé rejeter en 1992. Il va de soi que l’on n’omet pas non plus de préciser à quel point les membres de l’EEE, le Liechtenstein et la Norvège, se portent bien. Et même le Nouveau mouvement européen, qui depuis quelques années végétait dans son coin sans que personne ne s’en rende trop compte, semble avoir repris du poil de la bête. Lui aussi à soudainement thématisé l’EEE dans le cadre d’une manifestation réunissant les protagonistes de l’époque. A le croire, il s’agirait là d’un « plan B » dont la Suisse aurait un urgent besoin.

Or, le Conseil fédéral a toujours nié jusqu’ici tenir un tel plan B en réserve. Le fait est que la Suisse n’a actuellement pas besoin de nouveaux accords avec l’UE. Soit les accords en vigueur posent de gros problèmes à la Suisse (libre circulation des personnes, Schengen-Dublin), soit ils fonctionnent, si bien qu’il n’est nullement nécessaire de les étendre. De surcroît, les incertitudes qui planent sur l’espace UE sont toujours lourdes. Dans la situation difficile actuelle, la Suisse est plus à l’aise à l’extérieur de l’UE, et cela vaut pour presque tous les domaines.

Reste que le tapis rouge déroulé actuellement sous les yeux du public suisse est presque trop séduisant. Et les éléments du puzzle s’ajustent presque trop bien. Le refus de Bruxelles annoncé par les médias convient parfaitement bien à certains milieux. On est prêt à parier que le Conseil fédéral y trouvera un prétexte pour relancer l’idée surannée de l’EEE. En tout cas, les adversaires de ce rattachement de la Suisse à l’Union européenne seraient bien inspirés de se préparer à ce scénario.

par l’auteur
Martin Baltisser
UDC (AG)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.02.2020
L'UDC Suisse apprend avec inquiétude que le nombre de personnes malades, voire décédées à cause d'une infection... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Peter Keller
Comment le Conseil fédéral a-t-il résolu les problèmes d’immigration dans les années 60? En fixant des contingents.... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Armée

La sécurité de la population.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord