Participer
Exposé
Conférence de presse de 11. mai 2009

Accord de libre-échange agricole avec l’Union européenne – La fin d’une agriculture productive en Su

Il est tout à fait possible que dans certaines branches – comme les hautes technologies par exemple – les accords de libre-échange soient intéressants pour les entreprises suisses. Ce n’est pas le…

Il est tout à fait possible que dans certaines branches – comme les hautes technologies par exemple – les accords de libre-échange soient intéressants pour les entreprises suisses. Ce n’est pas le cas pour le secteur agricole. Les conditions et les contraintes sont trop spécifiques dans l’agriculture pour que l’on puisse simplement poser l’équation suivante « libre-échange agricole = plus d’exportations = davantage de revenus pour l’agriculture ».

Le temps, le climat, la qualité du sol et des données spatio-temporelles définissent et limitent les possibilités de production des agriculteurs. Comme nous l’avons déjà évoqué, de nombreuses prescriptions et lois en matière de protection des animaux et de l’environnement et de santé publique entravent aussi les paysans dans leurs activités. Les consommateurs se réjouissent de ces exigences élevées en termes de qualité et d’éthique – tout comme les animaux probablement. Les attentes de la société vis-à-vis du monde agricole et de ses produits sont élevées, et cela à juste titre. Les exploitants de leur côté sont fiers de pouvoir donner le meilleur d’eux-mêmes, pour autant qu’on leur donne la possibilité de tirer un revenu de leur travail et de leur production, qui leur permette de faire vivre leur famille et leur exploitation.

Les exploitations agricoles sont exposées – aujourd’hui déjà même sans libre-échange – à une pression importante sur les prix, exercée par les grandes chaînes de distribution. Aux deux grandes entreprises suisses viennent sans cesse s’ajouter de nouvelles chaînes étrangères, encore plus puissantes, qui accroissent également cette pression sur les prix dans l’ensemble de la branche de l’alimentation – toujours sans accord de libre-échange. Et ce sont ces groupes actifs dans la distribution et la transformation qui engrangent la plus grande partie des marges, et non les paysans qui se trouve au début de la chaîne de production.

La marge du marché décrit le montant que les ménages suisses ont dû dépenser en plus pour acheter des produits alimentaires en Suisse plutôt que dans l’UE (11,6 milliards de francs pour 2002/04).

Les arguments séduisants qui décrivent le potentiel des produits de niche dans le segment du luxe ne convainquent pas. Même si la qualité d’un produit et de sa fabrication sont très prisées, à la caisse le prix reste l’argument décisif dans le choix des produits. Et cela vaut tout particulièrement pour les périodes économiques difficiles. Avec le glissement graduel de la Suisse vers un pays de transformation agricole, la production alimentaire indigène – ou sa transformation justement – est affaiblie et de plus en plus sensible aux crises. Au lieu de cela le secteur agraire devrait être renforcé pour continuer d’offrir une production vaste et diversifiée, à même de protéger et de soutenir notre pays en temps de crise. C’est pourquoi l’UDC demande l’abandon des négociations sur le libre-échange agricole comme concession à une agriculture nationale saine.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
27.12.2018, de Franz Ruppen
L'initiative populaire contre le mitage lancée par les Jeunes Verts exige un gel des zones de construction.... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
14.11.2018
La Politique agricole à partir de 2022 (PA22+), que le Conseil fédéral a mise en consultation aujourd'hui,... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.10.2018, de Marcel Dettling
Ce n’est qu’en disant OUI à l’initiative pour l’autodétermination que l’agriculture suisse telle que nous la connaissons... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord