Thèmes
Energie

Assurer l’approvisionnement énergétique. Fini les rêveries.

On s’est tellement moqué de l’UDC il y a 5 ans, lorsqu’elle a lutté seule contre l’utopique Stratégie énergétique 2050 et mis en garde contre les risques de pénurie d’électricité via une affiche sur laquelle on voyait une femme contrainte de prendre une douche froide… La Conseillère fédérale d’alors, Doris Leuthard (Le Centre / ex-PDC) avait frontalement dénigré tous les détracteurs de cette Stratégie énergétique et tenu des propos négligents tels que « l’incertitude n’existe pas puisque tous les Etats européens disposeront d’une production d’électricité suffisante ces 20 prochaines années ». Aujourd’hui plus que jamais, nous pouvons clairement le dire : elle s’est bien trompée. Ironiquement, le ministre allemand de l’Economie Robert Habeck (Alliance90/Les Verts) reprend maintenant à son compte l’exemple de la douche froide, appelant sa population à « se doucher moins » afin de ne pas consommer trop d’électricité.

Albert Rösti
Albert Rösti
conseiller national Uetendorf

Les arguments principaux avancés par l’UDC contre la Stratégie énergétique 2050 lors de la campagne de votation sont aujourd’hui tous confirmés

  • La Stratégie énergétique 2050 misait sur une baisse de la consommation d’électricité. Or, avec une immigration toujours aussi massive et la décarbonisation prévue, il nous faudra, un jour, produire au moins 2x plus d’électricité qu’aujourd’hui, soit une quantité pratiquement inconcevable qu’il nous faudra bien produire.
  • Les projets hydroélectriques ne sont pas davantage développés à cause des dispositions de protection de l’environnement. On doit même s’attendre à une réduction de la production électrique issue de la force hydraulique en raison de la nécessité de réguler davantage les débits résiduels.
  • Jusqu’à ce jour, la géothermie s’avère rester à l’état d’utopie.
  • La Stratégie énergétique 2050 misait sur la création de plus de 1’000 éoliennes ; or seule une poignée a été réalisée à ce jour.
  • Seule l’énergie solaire a connu une expansion notable ; or, sans capacités de stockage supplémentaires, le problème de l’approvisionnement électrique en période hivernale ne sera pas résolu.
  • Le seul objectif de la Stratégie énergétique 2050 qui a été atteint est l’abandon du nucléaire. Avec l’actuel démantèlement de la centrale de Mühleberg, la Suisse se retrouve face à une situation de pénurie dont elle est elle-même responsable ; un véritable autogoal. Les Forces Motrices Bernoises (FMB) ont prétendu, à l’époque, que ce démantèlement allait se faire pour des questions de rentabilité. En vérité, cette décision a été prise dans la vague euphorique de la dénucléarisation, approuvée par le peuple et sans que personne ne se préoccupe de trouver une véritable alternative viable pour la remplacer. Ce sont ainsi quelque 3 TWh qui vont manquer dès cet hiver et les conséquences seront très douloureuses.

Affirmer qu’une éventuelle pénurie d’électricité à court terme n’a rien à voir avec la Stratégie énergétique 2050 relève de la méconnaissance des faits : cette Stratégie nous a tellement affaiblis et rendus dépendants de l’étranger que les lacunes d’approvisionnement en gaz cet hiver pourraient être la goutte d’eau qui fera déborder le vase, marquant le début d’une ère de pénurie énergétique et tout cela parce que nous avons manqué à notre devoir. Personne ne s’aventurera à affirmer que le démantèlement de la centrale nucléaire de Mühleberg aurait un lien avec la guerre en Ukraine.

J’ai bien conscience qu’avoir raison ne sert guère à grand-chose, au final. Cette expérience est toutefois nécessaire afin d’en tirer les bonnes conclusions. Car il y a encore des gens qui affirment que la Stratégie énergétique 2050 est LA solution et qu’il suffit d’avance plus vite sur le chemin de cette dernière.

Je reste convaincu que l’énorme quantité d’électricité supplémentaire qu’il nous faut nécessairement produire ne saurait l’être simplement via de nouvelles énergies renouvelables (du moins pas sans des surcoûts exorbitants, ce qui ne fait aucun sens pour l’économie nationale et pour l’environnement). Nous devrions en effet défigurer notre pays et le rendre peu attractif sur le plan touristique, en installant des panneaux solaires sur toute la surface des prairies et des montagnes ou en construisant 10’000 éoliennes. Il ne doit pas en être ainsi, c’est un prix bien trop élevé, selon moi. En outre, même en cédant à cela, des problèmes d’approvisionnement en période hivernale subsisteraient, puisque le problème de l’absence de possibilités de stockage n’est toujours pas résolu.

Une production énergétique écologique n’est possible qu’avec le nucléaire
Quelle est donc la solution que l’UDC prône depuis toujours ? Un approvisionnement électrique écologique, abordable, sûr et simple à mettre en place.

Poursuivre la progression de l’énergie solaire ou du biogaz est juste car le potentiel est loin d’être épuisé et chaque KWh d’électricité supplémentaire contribue à réduire l’ampleur du problème et à consolider l’extension de la production nécessaire à court terme. Mais il faut toutefois impérativement réaliser les 15 projets hydrauliques actuellement sur la table afin que la capacité de stockage nécessaire à la production électrique en période hivernale puisse aussi être réalisée.

Il faut aussi s’assurer, à moyen terme, que les centrales nucléaires existantes soient maintenues afin qu’elles puissent alimenter le réseau aussi longtemps que possible.

A long terme, il existe 3 options pour garantir l’énorme quantité d’électricité supplémentaire requise : 1) les importations directes d’électricité 2) les importations de gaz et la construction de centrales à gaz en Suisse ; deux options qui ne peuvent constituer une solution durable pour une production électrique sûr. La guerre en Ukraine nous le prouve de façon claire.

Il ne nous reste donc plus que l’option 3). L’énergie nucléaire réalise de nets progrès et son développement doit aussi être possible en Suisse, car une production écologique n’est réalisable qu’avec l’énergie nucléaire. Elle seule offre en effet une énergie continue suffisante sans détruire des pans entiers de notre paysage. J’ai bien conscience que cette option est une stratégie à long terme. Notre génération de politiciens doit donc faire le premier pas pour s’éloigner des utopies idéologiques tablant sur des interdictions de technologies. Ces interdictions doivent être levées sans attendre, notamment s’agissant de la loi sur l’énergie nucléaire. La recherche pourra ainsi reprendre en Suisse et les premiers jalons pourront être posés pour le remplacement des centrales nucléaires actuelles par de nouvelles dès 2040 – 2050.

Les interdictions de technologies doivent être levées
L’augmentation de la production électrique est l’un des plus grands défis de notre pays, mais il est urgent de le relever si nous voulons poursuivre la décarbonisation. Sur le plan énergétique, la Suisse a besoin d’environ 200 TWh ; sur ce total, la production électrique représente, elle, 60 TWh. En estimant les gains d’efficacité supplémentaires possibles des diverses technologies, il nous faut au moins 60 TWh d’électricité supplémentaire pour remplacer les 140 TWh restants d’énergies fossile. Il est donc capital que la politique suisse mise sur une réalisation concrète de cette production et ce n’est qu’à cette condition que l’électrification des transports et du secteur des bâtiments sera réellement atteinte.

En résumé, le Parlement doit donc prendre des décisions claires afin de permettre la mise en place de stockage supplémentaire d’énergie hydraulique et d’éviter que des intérêts particuliers dans le domaine de la protection de la nature ne viennent les entraver comme c’est le cas actuellement. En parallèle, il convient de lever les interdictions technologiques sur l’énergie nucléaire, afin de nous donner le choix de la bonne technologie sur le long terme. Je suis convaincu que si nous posons dès maintenant les bons jalons dans ces domaines, nous retrouverons une production électrique suisse sûre, écologique, abordable et éprouvée.

Albert Rösti
Albert Rösti
conseiller national Uetendorf
 
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord