Participer
Exposé

Augmentation de 150% – sans contrepartie

En adoptant l’arrêté sur le réseau des routes nationales, la majorité du Parlement a approuvé une augmentation du prix de la vignette de 150%, soit de 40 à 100 francs. Aujourd’hui déjà, la…

» Impôts routiers: financement et utilisation (PDF)

En adoptant l’arrêté sur le réseau des routes nationales, la majorité du Parlement a approuvé une augmentation du prix de la vignette de 150%, soit de 40 à 100 francs. Aujourd’hui déjà, la Confédération encaisse auprès du trafic privé des impôts, taxes et redevances pour un montant de 9,5 milliards de francs. A peine 30% de cette somme sont affectés à l’infrastructure routière. Les 70% restant vont à la caisse générale de la Confédération et aux transports publics. Et voilà que l’Etat cherche une fois de plus à tirer de l’argent des poches des automobilistes et des motards qui ont déjà payé bien plus que leur dû. Il faut empêcher cela, car c’est une pure arnaque!

Nonobstant aux allégations des partisans de ce projet, la hausse du prix de la vignette n’apporte absolument aucune plus-value. Les affirmations selon lesquelles nous aurions moins de bouchons et des routes nationales mieux aménagées sont de purs mensonges. Mensonges, pressions, tentatives de chantage – tous les moyens sont bons pour les défenseurs de ce projet dans cette campagne de votation.

L’argent produit par la hausse du prix de la vignette est déjà engagé. Il servirait à l’entretien de routes existantes qui sont aujourd’hui à la charge des cantons. Désormais la Confédération assumerait ces coûts. Il s’agit donc uniquement d’un déplacement de frais. Les cantons seraient déchargés de leurs dépenses actuelles pour les routes cantonales et pourraient garder l’argent économisé. Bref, cette affaire leur rapporte le beurre et l’argent du beurre.

Rappelons aussi qu’une hausse du prix de la vignette de 150% augmenterait massivement les coûts de production des PME entretenant une importante flotte de véhicules. Ces frais seraient forcément déplacés sur les consommateurs. Il est en outre prévisible que les automobilistes utilisant rarement l’autoroute feront l’économie de la vignette à 100 francs. Avec pour conséquence que le trafic augmenterait sensiblement dans les villes, les villages et les campagnes.

La nouvelle règlementation permet par ailleurs l’achat d’une vignette valable deux mois pour 40 francs. En profiteront surtout les étrangers qui traversent la Suisse pour aller en vacances et qui font ainsi bien plus de kilomètres sur nos autoroutes que bon nombre de Suisses qui, eux, seraient contraints d’acheter une vignette à 100 francs.

Nous avons certes besoin de routes bien aménagées, mais il n’est pas acceptable que le trafic privé doive payer de plus en plus. La hausse du prix de la vignette n’est que le début. D’autres taxes et redevances comme une augmentation massive des droits sur les carburants ou une limitation de la déduction fiscale des frais de déplacement des pendulaires sont prévues.

Lors de l’introduction de la vignette autoroutière en 1984, on a promis au peuple que cet argent serait utilisé exclusivement pour la construction d’autoroutes. Or, la majorité des routes cantonales passant sous l’égide de la Confédération ne sont pas des autoroutes. De plus, les partisans de l’augmentation de la vignette affirment dans les explications de vote que l’argent généré par cette hausse servirait également à financer des voies cyclables et piétonnières. Bref, on s’apprête discrètement à miner l’affectation initiale et une fois de plus le peuple se fait leurrer.

Ce projet de vignette est une action irréfléchie et précipitée. J’en veux pour preuve l’idée d’une vignette électronique lancée soudainement dans le débat par la conseillère fédérale Doris Leuthard alors qu’il n’en a jamais été question. Elle et ses partisans ne cessent d’ailleurs de nourrir d’autres illusions quant aux effets de la hausse du prix de la vignette. C’est une raison de plus de dire non à ce projet. On ouvrira ainsi la voie à une solution de financement plus raisonnable.

Avant de faire cracher une fois de plus les usagers de la route au bassinet, il faut présenter un concept clair et net sur l’aménagement nécessaire de l’infrastructure routière, sur ses coûts et son financement durant les trente ans à venir. Il s’agit en premier lieu de mettre en place un fonds d’infrastructure routière alimenté notamment par toutes les taxes sur les carburants, par la vignette autoroutière et l’impôt automobile. Toute autre démarche n’est pas sérieuse et doit être rejetée. Dites non à l’arnaque de la vignette à 100 francs comme le font d’ailleurs aussi toutes les associations routières.

 

plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Magdalena Martullo
L'accord-cadre institutionnel avec l'UE présenté par le Conseil fédéral ne nous convient pas. C'est tout sauf du... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
11.02.2019
L'UDC salue l'accord commercial signé aujourd'hui par le ministre britannique du commerce Liam Fox et le ministre... lire plus
Consultation
partager l’article
06.02.2019
L'UDC approuve l'objectif de cette révision partielle qui se base sur la motion 16.3457 approuvée sans opposition... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Religions

S’engager pour nos valeurs

Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord