Participer
Exposé
Conférence de presse de 05. janvier 2009

Effets de la libre circulation sur les institutions sociales

La Suisse offre les meilleures prestations sociales au niveau européen. Les institutions sociales sont importantes pour la population: elles soutiennent les personnes socialement faibles et permettent

La Suisse offre les meilleures prestations sociales au niveau européen. Les institutions sociales sont importantes pour la population: elles soutiennent les personnes socialement faibles et permettent aux hommes et aux femmes tombés dans la détresse à cause d’un accident, d’une maladie, du chômage, etc. de retrouver une vie digne. La prévoyance-vieillesse est un pilier important de la sécurité sociale.

Personne n’a besoin de mendier dans les rues en Suisse pour pouvoir mener une vie simple, mais digne. La société veille à tout le monde. Mais nos généreuses institutions sociales sont exposées aux abus et à des revendications excessives. Il s’agit donc d’être vigilant et de procéder aux adaptations nécessaires. Aujourd’hui déjà, alors que l’économie va encore bien, les assurances sociales sont surmenées. Elles sont en partie plongées dans les chiffres rouges et cumulent les déficits. Le nombre de bénéficiaires étrangers des assurances et de l’aide sociales est fortement disproportionné par rapport à la part des étrangers à la population suisse. L’extension de la libre circulation des personnes à la Roumanie et la Bulgarie aggravera encore cette situation.

Le fait est connu: la Roumanie et la Bulgarie ne sont pas des pays riches. Bien au contraire, leurs populations vivent dans une grande pauvreté. Il est donc normal que les habitants de ces pays aspirent à une vie meilleure. Si la Suisse, pays extrêmement riche aux yeux des Roumains et des Bulgares, ouvre ses portes aux chômeurs, ceux-ci seront nombreux à venir tenter leur chance chez nous. Ils n’ont de toute manière rien à perdre. Certains trouveront un emploi, mais la majorité d’entre eux resteront sans travail et chercheront d’autres solutions pour survivre.

Certains de ces immigrants choisiront la variante de la situation professionnelle indépendante et fonderont une entreprise à une seule personne. Peut-être engageront-ils un ou deux compatriotes. Ils proposeront et réaliseront divers travaux à des prix de dumping. La qualité ne sera sans doute pas à la hauteur des exigences suisses. Les ressortissants roumains et bulgares n’ont en effet généralement pas la formation requise et ne connaissent pas les conditions et exigences suisses. Bientôt, ils auront dépensé leur dernier franc, ils feront faillite et finiront dans le filet aussi serré que généreux de notre sécurité sociale qui leur garantira, à eux et à leurs familles, la subsistance. Il existe de nombreuses voies pour accéder à nos œuvres sociales. En ouvrir de nouvelles par le biais de la libre circulation des personnes en faveur de pays aussi pauvres serait une catastrophe pour le système social suisse.

La limitation provisoire via des contingentements n’apporte pas grand-chose. Les sept années de délai transitoire sont vite passées. De nouveaux pays entreront dans l’UE et réclameront la libre circulation comme par exemple la Croatie et le Turquie. Le pillage et finalement la ruine de nos institutions sociales ne sont utiles à personne. Il faudra constamment augmenter les impôts ainsi que les prélèvements sociaux à charge des travailleurs et des employeurs. Ce serait un tonneau sans fond et toute l’économie en pâtirait.

Il y a aussi un argument humanitaire contre l’extension de la libre circulation des personnes: c’est sur place, donc dans les pays pauvres, que l’on peut le plus efficacement aider les populations défavorisées.

Si, par le biais de la libre circulation des personnes, nous faisons venir des Roumains et des Bulgares dans notre pays, nous suscitons des espoirs que nous ne pourrons pas combler. En Suisse aussi, le chômage va progresser et non pas reculer. Les personnes en quête d’un emploi seront déçues; il y aura un climat d’insatisfaction et de jalousie. Les gens qui ne trouvent pas de travail ne rentreront pas simplement chez eux. Les recours aux généreuses prestations sociales suisses augmenteront et avec eux les abus.

Conclusion
Pour sauvegarder la qualité de nos œuvres sociales il faut dire non le 8 février prochain à l’extension de la libre circulation des personnes. La Suisse n’est pas membre de l’Union européenne et elle n’y adhérera pas. Il n’existe donc que la voie bilatérale. Dans cette voie, chaque partie doit trouver des avantages et admettre des inconvénients, chaque partie doit donner et recevoir; la puissante UE doit enfin admettre cela.

Il n’est dans l’intérêt de personne, ni de l’Union européenne, ni de la Suisse, que de vouloir pressurer notre pays par simple jalousie devant nos réussites.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Andreas Brönnimann
(BE)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Michaël Buffat
En publiant ses statistiques sur l’immigration et l’asile, la confédération tente de nous faire croire que la... lire plus
Exposé
partager l’article
10.01.2019, de Thomas Aeschi
L'UDC se distingue par sa politique continue et persévérante en faveur de la Suisse. Son groupe parlementaire... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
08.11.2018
Après la Commission des institutions politiques du Conseil national, la même commission du Conseil des Etats approuve... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Politique agricole

Pour une production indigène

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord